Rencontre avec Eisaku Inoue et Keiichi Ichikawa – Japan Expo 2023

Cette année la Japan Expo avait fait fort avec des invités tous plus prestigieux les uns que les autres. Mais deux noms nous ont interpellés, je veux parler de Eisaku Inoue et Keiichi Ichikawa animateurs sur des séries emblématiques de notre enfance comme Saint Seiya et plus récemment One Piece. On a voulu les rencontrer pour une interview express, et voici le résultat de cet entretien.

"Eisaku Inoue et Keiichi Ichikawa" à Japan Expo 2023
  • GBG : Eisaku Inoue et Keiichi Ichikawa, bonjour et merci d’avoir accepté de répondre à nos questions. Vous êtes deux animateurs reconnus, notamment pour votre travail sur Saint Seiya, Ring ni Kakero et plus récemment sur One Piece, mais pour nos lecteurs qui ne vous connaîtraient pas pourriez-vous vous présenter ?

Keiichi Ichikawa : Bonjour, je suis Keiichi Ichikawa, je travaille actuellement comme directeur général de l’animation sur One Piece.

Eisaku Inoue : Et moi je suis Eisaku Inoue et je suis homme à tout faire sur One Piece (rires).

  • GBG : Nous allons remonter un peu en arrière, quelles sont les œuvres qui ont nourri votre vocation ?

Eisaku Inoue : En ce qui me concerne, c’est Uchū Senkan Yamato (NDR : Connue dans nos contrées sous le titre Space Battleship Yamato). C’est vrai qu’étant plus jeune je regardais des animés en tant que simple téléspectateur, notamment Mazinger Z que j’aimais beaucoup, mais je ne sais pas pourquoi, quand j’ai vu Uchū Senkan Yamato, j’ai eu une sorte de déclic d’un point de vue artistique, quelque chose que je n’avais pas remarqué jusqu’alors et qui m’a marqué, j’ignore pourquoi. C’est d’ailleurs suite au visionnage de cette série que j’ai eu envie de devenir animateur. Venant d’un milieu peu aisé, les seuls moyens de distraction que nous avions à l’époque étaient la télévision ou des pages de dessins dans les journaux où nous faisions des croquis. J’avais la passion du dessin et j’aurais pu envisager de devenir mangaka, mais après avoir découvert cette série, j’ai décidé de m’orienter vers l’animation. Et peut-être que je n’avais pas non plus les capacités de devenir mangaka.

La série "Yamato"

Keiichi Ichikawa : Comme tout le monde je regardais aussi la télévision, et c’est l’année de mes 14 ans, en 1984 que j’ai vu trois films d’affilée qui m’ont bouleversé : Lamu Beautiful Dreamer de Mamoru Oshii, deux mois plus tard Kaze no tani no Nausicaä (NDR : Nausicaä de la Vallée du Vent chez nous) de Hayao Miyazaki et encore trois mois plus tard, en juillet, j’ai vu Do You Remember Love le film de Macross de Kawamori et là j’ai eu une sorte de révélation. Enfin plus une pensée qui m’a fait me dire que, finalement, l’animation ce n’était pas que pour les enfants et qu’on trouve des œuvres incroyables pour un public plus âgé. Cela m’a conforté dans mon idée de devenir animateur et puis j’ai rencontré le manga Saint Seiya en 1986 et là l’idée est devenue une certitude. J’ai donc tout d’abord terminé mes études et j’ai ensuite tout fait pour rentrer dans le milieu de l’animation.

Lamu "Beautiful dreamer"
"Do You remember love" Macross film
  • GBG : Durant votre carrière, vous avez tous les deux travaillés sur des adaptations de manga de Masami Kurumada, notamment Saint Seiya et Ring Ni Kakero, comment était le travail sur ces séries ? Avez-vous pu en tant qu’animateurs apporter votre touche personnelle dans le changement de graphisme de ces séries animées ?

Keiichi Ichikawa : Comme vous le savez nous ne sommes pas les character designer de ces séries, nous nous contentons de travailler sur des œuvres déjà designées, par Shingo Araki notamment. Il est vrai que, surtout pour Ring ni Kakero, Araki avait toujours essayé de se rapprocher du style de Kurumada afin de ne pas faire du Seiya et de garder en tête l’esprit de Masami Kurumada. Parce que même si les dessins ont été faits par Shingo Araki, à l’intérieur de ses dessins, il y a toujours l’essence de Masami Kurumada, les points forts de ses personnages. Araki les a juste modifiés afin que tout le monde puisse les redessiner. Nous ne faisions que les corriger et pour savoir si vraiment il y a eu un apport personnel, il faudrait poser la question à Madame Imeno (NDR : ici il s’agit de Michi Imeno character designer sur Saint Seiya).

"Ring ni kakero" de Masami Kurumada
"Saint Seiya" de Kurumada
  • GBG : Depuis quelques années vous travaillez sur la série animée One Piece, comment êtes-vous arrivés sur ce projet ?

Keiichi Ichikawa : Tout d’abord j’ai commencé à travailler sur un épisode spécial nommé l’Histoire de Sabo en 2015, puis j’ai enchaîné avec le film de 2016 (NDR : One Piece Gold). En 2017 on m’a demandé de devenir le directeur général de l’animation sur One Piece. Mais jusqu’à présent je me demande encore pourquoi on est venu me chercher puisque je ne correspondais pas, en termes d’image, à l’univers de One Piece, comme je venais de l’univers de Seiya. C’est alors que le producteur qui était également un ancien producteur de Saint Seiya m’a dit : “Ne t’inquiète pas, viens”. En plus le personnage de Sabo est doublé par Tōru Furuya la voix de Seiya, donc je me suis que je n’avais rien à perdre. Ne faisant pas partie du staff de One Piece, j’en faisais un et si ça ne marchait pas je serais allé travailler sur autre chose et on ne m’aurait pas rappelé. Bon il se trouve qu’on m’a rappelé et depuis j’en suis le directeur général de l’animation.

One Piece Gold sur lequel à travaillé "Keiichi Ichikawa"

Eisaku Inoue : En fait, en 1991 à l’arrêt de Saint Seiya il y a eu une période compliquée dans le milieu de l’animation, une période de disette et je me suis retrouvé à faire autre chose. À ce moment-là, un de mes anciens camarades m’a dit : “Écoute je fonde ma société, qui s’appelle Compil, est-ce que tu veux y entrer ?” C’était une société de publicité, pour laquelle j’ai travaillé notamment sur l’animation d’une pub pour un jeu vidéo, qui a tapé dans l’œil de certains producteurs. Malheureusement, cette société à elle aussi fait faillite et je me suis retrouvé démuni. C’est alors qu’un ancien producteur de la Toei m’a contacté pour me demander de les aider à renforcer l’équipe d’animateur sur Dr Slump, qui s’est arrêté peu après. Mais cette fois-ci on est venu me voir pour me parler d’un projet qui allait débuter et qui s’appelait One Piece et c’est comme ça que je me suis retrouvé à travailler sur la série depuis le tout premier épisode.

Dr Slump un des travaux de "Eisaku Inoue"
  • GBG : Merci encore messieurs de nous avoir accordé tout ce temps pour répondre à nos questions.
Vous devriez Lire aussi
Rencontre avec Yūsuke Kozaki - Japan Expo 2022

Dans le même genre

Laisser un commentaire