Process of Elimination

"Process of Elimination" Affiche

Avec Process of Elimination, NIS America avait un but clair, tenter de détrôner le sacro-saint Danganronpa en proposant sa propre version du jeu d’enquête. Annoncé en fin d’année dernière, le titre de Nippon Ichi Software a donc tout à prouver pour surpasser, dans le cœur des joueurs, le jeu de Spike Chunsoft. Et il faut bien l’avouer, le trailer dévoilé était aussi alléchant que mystérieux en ce qui concerne son gameplay. Disponible depuis le 14 avril 2023, nous avons eu la chance de le recevoir, ce qui nous a permis de mener l’enquête. Nous vous livrons ici nos conclusions.

Ce test a été réalisé sur une version Nintendo Switch.

Sans pour sang incompétent

le "Quartering Duke" est un tueur en série sans aucune morale

Process of Elimination commence avec la diffusion pirate d’un show en stream. L’image se lance sur deux personnages costumés. Puis une voix nous demande de nous exprimer, de faire un choix : Quel serait d’après nous le moins utile à la société, celui qui a des diplômes ou celui qui vit reclus chez lui ? Suivant notre proposition, l’un des personnages costumés est éliminé. Par la suite, après révélation du côté sombre de celui que notre choix a épargné, vous devrez confirmer ou pas votre envie de le sauver. Pas de suspens, quel que soit votre choix, il se terminera forcément par le meurtre de la deuxième victime.

Le "show" du meurtrier à un succès fou

Comme on pouvait s’en douter, cette diffusion n’est que la première d’une longue série, propulsant son instigateur, le “Quartering Duke” (le “Duc écartelé”), ainsi que son show tordu, dans une célébrité malsaine. Après quelque temps de diffusion, le Duc ayant fait des émules chez ses spectateurs, les meurtres gratuits sont monnaie courante et le monde a sombré dans le chaos. C’est dans ce contexte que Wato Hojo, un lycéen, détective privé de l’agence Gunjoji à ses heures perdues, est recruté par l’Alliance des détectives, qui souhaite mettre un terme aux agissements du tueur en série. Inquiet quant à son manque de talent pour enquêter avec les détectives géniaux qui constituent l’alliance, Wato est alors endormi et se réveille seul sur l’île de Morgue.

"Wato Hojo" est le héros du jeu
Wato est en,levé et emmené sur "l'île de Morgue"

Arrivé dans un manoir qui sert de QG à l’alliance, il rencontre enfin ses treize pairs, chacun doté d’un pseudo en rapport avec sa capacité spéciale d’enquêteur. Surnommé “Incompetent Detective”, Wato apprend qu’il a été amené ici à la demande d’”Ideal Detective”, la cheffe du groupe, qui possède un passé commun avec notre héros. Alors que le QG se révèle rempli de pièges mortels, il devient vite évident que le Duc et certains de ses disciples se sont glissés parmi les détectives. Mais la mort d’Ideal va obliger Incompetent à prendre la tête du groupe, lui qui a hérité des talents psychiques de la jeune femme, afin d’essayer de sauver ses nouveaux partenaires et de démasquer le meurtrier.

les "quatorze détectives" réunis

Le clues du détective

Il est vrai que pour un jeu d’enquête, le style visual novel est en général le genre de prédilection et Process of Elimination ne fait pas exception à la règle, laissant une très, très, très… Trop grande place aux dialogues. Certes, il est très important de poser l’histoire et les personnages pour induire un attachement du joueur envers la petite équipe qu’il va devoir diriger tout au long de l’aventure, mais passer de longues heures à lire des textes sans aucun gameplay quel qu’il soit et alors que certaines interactions n’apportent strictement rien à l’intrigue, il faut vraiment être accroché.

Il y a beaucoup de texte dans "Process of Elimination"
les interactions ne sont pas toujours intéressantes dans "Process of Elimination"
"Ideal detective" partage un passé commun avec le héros

Pourtant, les graphismes sont très beaux et on s’attache vite à certains de ces enquêteurs particuliers, comme “Incompetent”, “Ideal”, “Downtown”, “Techie”, ou encore “Doleful”, ce qui est moins évident avec des personnalités plus caricaturales comme “Workaholic”, “Posh” ou même “Renegade”, l’archétype cliché du détective qui n’éprouve aucun problème à se changer en tueur suivant les situations. Autre problème, sans un excellent niveau en anglais, Process of Elimination vous laissera sur le bord de la route tant il est bavard. Le doublage japonais, le seul disponible, est assez bon, et la musique habille le tout de façon efficace, sans que jamais ni l’un ni l’autre ne brille ou n’apporte un éclat supplémentaire au titre de NIS.

la raison pour laquelle Wato est devenu détective est cette fille dans "Process of Elimination"
"Renegade detective" est à la limite du bien et du mal
Les pièges sont légions dans "Process of Elimination"

Pareillement, les quelques bribes de réponses sélectionnables par le joueur sont extrêmement éparses, trop pour maintenir l’attention intacte durant les interminables phases de dialogues. Celles-ci d’ailleurs, en présentant trop souvent des scènes assez légères de moment en commun, finissent par éclipser la tension inhérente au fait que le Duc se cache sûrement parmi l’équipe de détective et peut frapper à n’importe quel moment. De plus, ces réponses à donner, hors conclusions d’enquêtes, n’ont absolument aucune incidence sur la suite de l’intrigue, ce qui est dommage puisqu’un système où le joueur peut, ou non, se voir accorder la confiance des autres protagonistes en fonction de ses réactions aurait trouvé parfaitement sa place dans Process of Elimination et aurait pu combler ce petit sentiment de vide.

La tension n'est pas toujours palpable dans "Process of Elimination"

Modus approfondi

Pourtant, c’est lorsque vous mènerez véritablement l’enquête sur un crime que le jeu va enfin se révéler. Car les phases d’enquête de Process of Elimination tiennent du génie, même si elles sont trop peu nombreuses à mon goût. Une fois qu’un meurtre a été commis, vous agirez comme un chef d’orchestre, donnant des ordres à vos partenaires pour leur permettre de rechercher efficacement des indices qui vous mèneront logiquement à la résolution de l’affaire en cours. Sur un plateau de jeu rappelant celui du Cluedo et séparé en cases, vous aurez le choix de faire avancer vos pions vers tel ou tel point d’intérêt, afin de découvrir ce qu’il cache comme indice.

Les phases d'enquêtes ressemblent à u plateau de "Cluedo"
Le menu de choix dans "Process of Elimination"

Chacun de vos détectives possède des stats propres qui le rendront apte, ou pas, à venir à bout de l’énigme seul dans un temps acceptable. Si ce n’est pas le cas, et pour éviter le game over dû à l’épuisement du nombre de tours attribué pour mener l’enquête, vous pourrez combiner la force de plusieurs personnages pour découvrir l’indice plus vite. Mais attention, tous les détectives ne seront pas enchantés de collaborer avec vous et certains agiront à leur manière sans que vous ne puissiez les en empêcher, ce qui ajoutera de la difficulté lorsqu’un piège sera déclenché par inadvertance.

certains détectives seront sourd à vos ordre dans "Process of Elimination"

Méthode et diligence seront donc vos meilleurs atouts pour arriver au terme de votre mission. L’analyse des indices découverts est également un facteur important à prendre en compte puisqu’il permettra de débloquer de nouveaux points à investiguer. Bien entendu, chaque protagoniste aura des statistiques plus ou moins importantes en analyse, inspection, mouvement, assistance et déduction en fonction de ses capacités spéciales. Ainsi, “Armor Detective”, qui est l’archétype même du preux chevalier surtout doté de force brute, aura un niveau d’analyse, de déduction et d’inspection assez bas, tandis qu’il pourra efficacement porter assistance à un autre détective et se déplacer plus loin que notre héros par exemple.

On peut analyser les indices dans "Process of Elimination"
Les indices à trouver dans "Process of Elimination"
Il est possible d'associer des détectives dans "Process of Elimination"

En parlant de Wato, souvenez-vous, “Incompetent Detective” a hérité des pouvoirs psychiques d’”Ideal Detective” à sa mort, il se retrouve ainsi capable de voir des fragments du futur ainsi que de pouvoir trouver des fragments de mémoire qui vont lui permettre de revivre certaines scènes ayant eu lieu plus tôt. Étant le seul capable de lire ces fragments, il vous faudra déterminer si ceux-ci sont importants pour l’enquête en cours, car amener Wato sur les lieux risque de vous faire perdre un temps précieux.

Il existe un "temps limité" pour résoudre une enquête

Nettoyage par le crime

Quand j’ai entendu parler d’un nouveau jeu d’enquête avec l’ambition affichée de concurrencer Danganronpa, je n’ai pas pu m’empêcher de m’enthousiasmer en attendant de mettre la main sur le titre. Ma première déception en ce qui concerne Process of Elimination fut que je l’ai reçu sur Switch. Vous commencez à comprendre, mon modèle n’est pas ce qu’il y a de plus fiable, et pour m’éviter la frustration de ses plantages intempestifs, j’avais demandé une version PS4. Mauvaise pioche, c’est donc sur ma Switch que j’ai réalisé ce test.

Renegade Detective ou comment être du côté de la "justice" seulement quand ça l'arrange
Les vidéos du "Duc écartelé" font le buzz
Ideal detective est la cheffe de l'alliance des detectives

J’ai quasiment tout de suite (au bout de trois heures de jeu tout de même) identifié un point extrêmement noir de Process of Elimination : le titre ne possède pas de système de sauvegarde automatique, et il y a de longs moments durant lesquels il est impossible de sauvegarder. Au bout de quatre bugs m’ayant fait perdre au total une dizaine d’heures de partie (ah ça je connais le début de Process of Elimination par cœur !), je vous assure que j’ai maudit le studio de ne pas y avoir pensé, tout en ayant une furieuse envie de donner un cours de vol à ma Switch. J’ai, de ce fait, avancé dans l’intrigue aussi tendue, voire beaucoup plus, que les protagonistes, mais pas du tout à cause de la menace latente du Duc écartelé.

l'arrivée de wato au "manoir" est suspicieuse

Puis j’ai découvert les phases d’enquêtes et elles m’ont réconcilié avec le titre, me donnant envie de pousser toujours plus loin. Toutefois, si vous ne possédez pas un bon niveau en anglais, je vous déconseille de vous lancer dans Process of Elimination et d’attendre une éventuelle traduction française. Certes, je ne suis pas bilingue, mais en ce qui concerne ma compréhension de l’anglais, je suis assez sûre de moi, et j’avoue que beaucoup de références dans le texte me sont passées au-dessus, tant le vocabulaire utilisé est poussé.

"Holmess" est toujours de bon conseil, même en temps que fantôme
le trio de détective dans "Process of Elimination"
Autre vue de la phase d'enquête dans "Process of Elimination"

Je m’explique, prenons deux exemples concrets avec Downtown et Techie. Downtown, dont la capacité de détective est l’analyse sociale, est donc une fashionista adepte de la socialisation et qui utilise le langage typique de la génération Z, quand Techie, qui est un génie de la mécanique et des sciences, va utiliser des termes extrêmement techniques qui dépassent mes compétences de la langue. Certes, cela ne nuira à la compréhension que de certaines subtilités de langage, mais je trouve ça plus que dommageable pour un jeu dans lequel le texte prend une telle place.

La dernière phrase est pour Holmes dans "Process of Elimination"
Pour conclure…

Si Process of Elimination peine à convaincre, au regard du monstre qu’il voulait détrôner, il possède tout de même de bonnes idées qui méritent que l’on s’y intéresse, pour peu que les longues phases de textes sans aucune interaction ne vous semblent pas rédhibitoires. Pour les non-anglophiles, passez votre chemin, ou attendez qu’une version sous-titrée arrive, au risque de vous retrouver perdus dans les méandres de ce récit qui, malgré tous ses défauts, s’avère passionnant.

La  note  de la  rédaction

3/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Une histoire prenante

Des phases d’enquêtes passionnantes

Des personnages charismatiques

Les points négatifs

De trop longues phases sans aucun gameplay

Pas de système de sauvegarde automatique

Choix de réponses sans aucune incidence sur l’intrigue

Pas de traduction française

Vous devriez Lire aussi
Captain Tsubasa : Dream Team

Dans le même genre

Laisser un commentaire