[Preview] Trials of Mana

[Preview] Trials of Mana

Trials of Mana est un remake 3D du jeu du même nom, développé et édité par Square-Enix. Il sortira sur PC, PS4 et Nintendo Switch le 20 avril 2020. La démo est accessible sur ces mêmes plateformes depuis le 18 mars.

Histoire

Le monde était en proie aux ténèbres, la déesse Mana utilisa l’épée de Mana afin de terrasser les huit bénévodons. Pour cela, elle les enferma dans huit pierres, les pierres Mana. La déesse devint ensuite un arbre et s’endormit. Mais le mal tente toujours de libérer les bénévodons, et la puissance de Mana commença à décliner.

C’est dans ce contexte que vous aurez le choix entre 6 différents protagonistes. Chacun d’eux dispose d’une histoire qui vous sera contée au début du jeu en tant que prologue. Il faudra en choisir un en tant que personnage principal (dont on verra le prologue) et deux autres qui seront vos compagnons, vous rejoignant plus tard dans votre périple. Choisirez-vous Duran le chevalier, Angela la magicienne, Kévin le lycanthrope (loup-garou), Charlotte la prêtresse, Hawkeye le voleur, ou bien Riesz l’amazone ?

Trials of mana est tout d’abord sorti sur Super Nintendo uniquement au Japon en 1995 et a fini par sortir partout dans le monde, avec des traductions en plusieurs langues dont le français, via la Collection of Mana sortie sur Nintendo Switch en juin 2019 (lire le test ici). C’est d’ailleurs grâce à cette sortie que le jeu gagne son nom, avant appelé par sa dénomination japonaise, Seiken Densetsu 3. Il s’agit donc du troisième jeu de la série Mana.

Gameplay

(Les touches sont indiquées pour la version Nintendo Switch du jeu)

Le gameplay de Trials of Mana version 2020 est différent de la version d’origine, sans toutefois trahir l’esprit de celle-ci.

D’une part, ce remake est en 3D, alors que la version Super Nintendo était en 2D. Cela ajoute donc la gestion de la caméra et donc de nouvelles possibilités de mouvements. Ensuite, il a été modernisé afin d’être plus dynamique et sans doute aussi plus simple d’accès.

La première chose que l’on remarque, c’est que l’on peut désormais sauter (bouton B), mais aussi esquiver les attaques (bouton X). Ça n’a l’air de rien comme ça, mais ça change tout. On a également accès, en plus de l’attaque de base (bouton A) à une attaque plus puissante (bouton Y) qui peut en plus être chargée en maintenant le bouton appuyé pour encore augmenter son efficacité. La jauge d’attaque spéciale se remplit en récoltant de petits cristaux s’échappant des ennemis lorsqu’on leur inflige des dégâts. Une fois plaine, on pourra déclencher une compétence via le bouton L + les touches A / B / X / Y, selon celle que vous voulez exécuter. Il sera possible d’ailleurs de changer les raccourcis d’une touche à l‘autre. La zone de combat a un peu évolué, car elle est désormais clairement indiquée via un cercle rouge, que l’on pourra aisément quitter pour fuir la bataille.

Les menus circulaires sont toujours présents mais en bas de l’écran, et vous pourrez assigner facilement un objet ou une compétence à un raccourci à partir d’ici. L’anneau des objets est sur la flèche haut tandis que celui des compétences est sur la flèche bas, et on peut passer de l’un à l’autre en appuyant une seconde fois sur la même touche si besoin. On naviguera dedans avec les flèches droite et gauche. Il y a également un menu en appuyant sur Start, donnant accès aux menus d’équipement, d’inventaire, de gestion des stats, … En parlant des stats, le système d’attribution des points à la montée en niveau a lui aussi un peu changé, devenant plus clair à comprendre.

Il est désormais possible de trouver des objets dans le décor, soit il est indiqué par une lumière jaune, soit en détruisant certaines jarres.

Technique

Techniquement, le jeu est beau, rendant hommage aux graphismes 16 bits en leur donnant une troisième dimension. La direction artistique est typée manga, ce qui donne un très bel aspect tant aux personnages qu’aux décors et aux monstres. Visuellement, la version Switch est tout de même un peu en dessous des versions PS4 et PC, on notera que les textures sont moins percutantes et un peu plus floues, mais aussi que les contours des personnages par exemple sont moins prononcés. Le jeu reste cependant assez fluide et assez beau, surtout en mode portable, où la taille de l’écran gomme ces petits défauts.

La bande son est quant à elle toujours aussi enchanteresse, avec des thèmes tristes, joyeux mais aussi épiques. On aura d’ailleurs la possibilité dans les options de passer de la version remasterisée à la version d’origine, un plus intéressant, bien que la nouvelle version soit très bonne. On notera également un doublage des personnages principaux, disponible en version anglaise ou japonaise au choix.

Le jeu est bien évidemment traduit en français, comme la version d’origine le fut l’an dernier dans Collection of Mana, mais aussi en de nombreuses autres langues. La taille des textes peut s’avérer un poil petite pour le mode portable de la Switch, mais ce n’est pas non plus illisible et le tout reste tout à fait jouable.

Conclusion

Cette démo de Trials of Mana montre un jeu maîtrisé, rendant hommage à sa version d’origine en gardant le matériau de base et en l’améliorant sans le trahir. Vous pourrez, grâce à elle, découvrir le début du jeu, avec les 6 personnages, comprenant donc le prologue de chacun et une partie de la suite. Vous pourrez faire progressez vos héros jusqu’au niveau 7, largement de quoi se faire une bonne idée du jeu. La démo est disponible depuis le 18 mars 2020, elle nécessite 4,7 Go d’espace libre sur Switch et 7,4 Go sur Steam. La sauvegarde sera transférable à la version complète du jeu, qui sort, pour rappel, le 20 avril 2020.

Pour conclure…

Voici un petit stream réalisé à partir de la démo :

Laisser un commentaire