[Preview] Crash Team Rumble

Prévu pour une sortie cross-génération PlayStation et Xbox le 20 juin prochain, Crash Team Rumble nous propose une bêta ouverte de quatre jours pour nous faire découvrir les bases de ce futur titre multijoueurs.

Cette preview a été réalisée sur une version PS5.

On ne stoppe plus le Bandicoot ! Fort du succès de Crash Bandicoot 4 et du remake de Crash Team Racing, Activision a créé la surprise en annonçant un tout nouveau concept. Les fans de la première heure s’inquiétaient de voir débarquer un clone de Mario Party un peu tiède, comme Crash Bash en son temps. Mais il n’en est rien ici : Crash Team Rumble est un véritable hybride de jeu de plateformes et de MOBA, tout à fait surprenant.

Avant de continuer, il est important de préciser que cette bêta ouverte n’inclut pas tout le contenu du jeu. Seules trois cartes sont jouables, ainsi que cinq personnages. Toys for Bob promet nettement plus à la sortie ; vu la nature du jeu, nul doute que des mises à jour viendront l’alimenter par la suite. Crash Team Rumble n’est pas free-to-play, mais n’est pas non plus au tarif AAA. Par ailleurs, le contenu de cette bêta ne se transférera pas lors de la sortie du jeu en juin.

Prêts pour le Rumble ?

Mais alors, c’est quoi Crash Team Rumble au juste ? C’est un jeu d’équipe qui oppose deux équipes de quatre joueurs où le but est de récolter 2000 fruits Wumpa en premier. Le choix de personnage n’est pas anodin puisqu’ils ont un rôle spécifique à remplir. Et une équipe polyvalente ne sera pas de trop pour gagner ! Les Encaisseurs, comme Crash lui-même, ont pour tâche de ramener les Wumpas le plus vite possible dans leur goal d’équipe. Ils sont donc très axés mouvements rapides. Les Bloqueurs, de véritables tanks, prennent le rôle de défenseurs costauds. Enfin, les Amplificateurs soutiennent leurs équipes à l’aide de compétences entravant les adversaires, comme les tirs plasma du Dr Neo Cortex.

Et bien sûr, l’autre équipe ne va pas simplement vous regarder faire les bras croisés. La bagarre est souvent au rendez-vous dans Crash Team Rumble ! Il faudra savoir quand distribuer les coups et quand se replier : toute élimination nous retire de l’action pendant de précieux instants. Qui plus est, prendre des coups nous fait également perdre une partie des Wumpas en possession de notre personnage ! Il faut aussi savoir changer de stratégie à la volée. Par exemple, un Bloqueur campé au goal ennemi pour les empêcher de marquer ne pourra pas forcément défendre ses alliés. Communiquer avec son équipe est par ailleurs possible même sans casque, grâce à un système de ping très simple.

En plus de jouer des coudes, chaque partie de Crash Team Rumble peut basculer à l’aide de bonus spécifiques à chaque carte. Ils s’activent en récoltant des reliques, et en les déposant au bon endroit. Sur les Tours Tiki, il sera ainsi possible de faire pleuvoir des météorites ou d’activer des trampolines pour se déplacer plus facilement. Attention surtout au danger majeur de chaque carte ! En accumulant assez de reliques, l’équipe bénéficiaire peut prendre un avantage significatif.

Un autre aspect à surveiller dans Crash Team Rumble : les gemmes. Ces plateformes spéciales doivent être activées en sautant dessus, puis en les gardant sous contrôle. Si le contrôle s’effectue jusqu’au bout, l’équipe bénéficie d’un bonus d’encaissement de Wumpas. Mais si un adversaire s’en mêle, il faudra rapidement l’expulser pour qu’il ne gâche pas le bonus !

Heureusement, chaque personnage peut compter sur une capacité spéciale de son choix pour les situations corsées. Quatre sont proposées dans cette bêta, certaines nettement plus fortes que d’autres. Je me suis servie du frigo de soin à chaque partie, tant il se synergise bien avec mon perso de prédilection – Dingodile, un Bloqueur. Ces capacités se chargent en remplissant son rôle, tout simplement. De quoi renverser la vapeur en cas de pépin !

Une expérience multijoueur bien de son temps

Au cours de ces quatre jours avec Crash Team Rumble, j’ai surtout joué avec Crash, Tania et Dingodile. Leurs Gameplays sont très différents, mais pas au point de se sentir dépaysé. D’autant plus si vous avez déjà joué à Crash Bandicoot 4. Je dois avouer être très curieuse de tester des personnages qui n’ont jamais été jouables auparavant et de voir ce qu’ils vont apporter comme synergies d’équipe. Jouer avec son personnage préféré permettra d’ailleurs d’accumuler de l’expérience et d’obtenir des cosmétiques pour le customiser à chaque niveau passé.

La customisation de personnage permet aussi de rendre chaque partie de Crash Team Rumble un peu plus unique. On peut par exemple changer la musique qui se joue pour un adversaire lorsqu’il est éliminé, avec des morceaux provenant des quatre jeux Crash Bandicoot. Des skins peuvent également se débloquer en progressant dans le pass de combat. Un système qui sera certainement plus intéressant à étudier lors de la sortie du jeu.

Je dois avouer être agréablement surprise par Crash Team Rumble. Bien qu’il soit trop tôt pour dire si le jeu sera très actif, j’ai pu jouer de nombreuses parties franchement sympa au cours de cette bêta ouverte. Le type de Gameplay de Crash Bandicoot se prête finalement bien à l’exercice. J’ai parfois plus eu l’impression de jouer à un jeu comme Overwatch ou encore League of Legends, mais ce n’est pas une critique négative. Au contraire, c’est typiquement le genre de spin-off que j’aurais adoré étant plus jeune.

Pour conclure…

Crash Team Rumble sera certainement une porte d’entrée relativement inoffensive pour les plus jeunes vers le monde des jeux multijoueurs. Pour les fans du marsupial, c’est surtout l’occasion de tester un jeu à la fois familier et très différent. Je suis en tout cas très curieuse de voir ce que le jeu final donnera lors de sa sortie en juin.

Les notes de la rédaction

Les points positifs

L’essence de Crash Bandicoot y est

Fun à jouer

Du fan-service appréciable

Les points négatifs

Certaines capacités sont nettement moins intéressantes que d’autres

Vous devriez Lire aussi
[Preview] Stuffed

Dans le même genre

Laisser un commentaire