Nearly Dead – Live and Let Die

La fin du monde, les zombies et autres créatures. C’est un peu le sujet vu et revu sur le marché du jeu vidéo et si certains sortent du lot, beaucoup se ressemblent trop pour être appréciés. Nearly Dead – Live and Let Die vous propose de vivre ou plutôt survivre jour après jour durant une apocalypse de zombies. Incarnez plusieurs personnages, créez vos armes et explorez les différentes maps pour survivre et devenir de plus en plus fort.

Ce test a été réalisé sur une version PC fournie par l’Éditeur.

L’histoire de Nearly Dead – Live and Let Die

La mort a débarqué sur Nearly Dead, le monde n’est plus ce qu’il était. Incarnez un des 14 survivants (10 à acheter et 4 à débloquer) et survivez comme vous le pouvez. La journée vous pouvez explorer et nettoyer les zones afin de récolter de quoi manger (soin), crafter ou bien vous armer. Mais à la nuit tombée, vous devez vaincre des vagues de zombies afin de gagner de l’or. C’est ce qui vous permettra de faire évoluer votre personnage.

Lorsque le moment sera venu, vous pourrez vaincre des ennemis plus forts et découvrir de nouvelles zones.

Lundi matin… L’empereur, sa femme et le petit princeuh

Le jeu pourrait être associé à cette comptine. Vous survivez jour après jour et autant vous dire que la vie se ressemble d’un jour à l’autre. Le soleil est au zénith, vous craftez, explorez et chargez vos armes. La nuit tombe et là vous devez tuer les hordes de zombies qui arrivent en utilisant les capacités propres à chaque personnage. Ici, j’ai choisi Margot et autant vous dire que ses Minions violets sont très très utiles. J’avais aussi testé Knox et son chien.

Le jeu est multijoueur, je vous conseille vivement de jouer à plusieurs. En solo, il est vite redondant et assez compliqué surtout quand vous récupérez une vingtaine de zombies sur la tête. Alors privilégiez le jeu en équipe ou les personnages qui peuvent avoir un allié comme le chien de Knox ou les Minions de Margot.

Vous allez donc devoir avancer jour après jour mais comme si ce n’était pas déjà assez dur comme ça, vous allez aussi devoir prendre en compte le côté Rogue-like. Et oui si vous mourez, pouf fin du game et retour à zéro. La seule chose que vous gardez ce sont les améliorations faites avec l’or que vous gagnez. Pour le reste, l’équipement, le stock, pouf envolé.

Range ta manette !

Nearly Dead se joue exclusivement au clavier et à la souris. Dommage car en soi le gameplay est totalement faisable par manette et aurait même été plus pratique. N’étant pas une fan du clavier souris, j’ai eu pas mal de morts stupides parce que j’ai ripé sur une autre touche. En effet, pour éviter les ennemis qui vous foncent dessus vous devez constamment bouger sur la carte tout en tirant ou en tapant alors quand mon doigt ripe… ça crée de la rage.

Armez-vous donc de vos doigts et de votre patience car personnellement je trouve le jeu moins confortable de cette façon.

La survie même dans l’inventaire

Un des points clef dans les jeux de survie c’est la peur de manquer. Et là clairement on y fait face et c’est là que le stress monte. Au début, nous n’avons que 4 places. Par chance, les aliments s’ajoutent quand ils sont les mêmes. Mais des fois vous allez devoir choisir entre certains objets et en laisser sur le sol. C’est là que le stress monte.

Vous allez pouvoir récupérer de la place en évoluant dans votre partie car à chaque fin de nuit on vous propose un pouvoir et parmi eux, il y a l’extension d’inventaire.

La punition de la mort

Les Roguelike sont parfois injustes. Une simple petite erreur et c’est la mort. Si dans certains jeux on garde notre équipement et on recommence, d’autres sont plus punitifs et on perd tout. C’est ce qui se passe là et en prime il n’y a pas d’expérience à cumuler juste de l’or pour déverrouiller des compétences. Et autant vous dire que ça coûte un rein. C’est sûrement ce que j’ai le moins aimé au final. Pourtant j’en ai fait des rogues. Mais là quand tu joues 2h et que pouf tu perds tout car tu es mort autant vous dire que la moutarde monte doucement au nez.

Il vous faudra donc compter sur les pouvoirs proposés à la fin de chaque nuit. Vous pouvez d’ailleurs modifier la proposition avec un lancer de dés.  Et il faudra explorer un maximum de maps pour espérer tomber sur des armures solides sans les crafter ou sur de bonnes armes.

Un graphisme Pixel art

Niveau graphisme, on est sur du pixel art assez sympathique et bien travaillé. C’est simple et efficace tout en ayant quelques détails aguicheurs. Par contre, gros bémol sur l’ambiance sonore. Je l’ai trouvée agaçante et agressive au niveau des oreilles. Par chance, plus vous avancez plus l’ambiance s’assombrit au niveau sonore et donc vous pouvez reposer vos oreilles. Personnellement, j’ai été obligée de mettre le son au minimum afin de juste entendre les bruitages qui sont limite plus agréables.

Mon avis sur Nearly Dead – Live and Let Die

Nearly Dead – Live and Let Die est un jeu qui demande beaucoup de temps. Surtout qu’à moins d’être très patient, vous allez surtout faire quelques petites sessions chills de temps en temps. C’est un jeu qui est très redondant et très difficile malgré le choix de difficulté.

Malgré le côté redondant et l’ambiance sonore agaçante, le fait de vivre au jour le jour avec des choix à faire pour explorer est quand même assez sympa. On ne sait jamais sur quoi on va tomber. Une map safe ou une map remplie de monstres ? Des monstres qui évoluent. Si au début ce sont de simples zombies, on passe vite à des cracheurs qui vous touchent de loin ou à des griffeurs qui tapent et font bien mal.

Niveau map, il y a de quoi faire aussi et c’est assez aléatoire donc au final vous aurez toujours des surprises et vos games ne se ressembleront jamais.

Bref, le thème est sympa (logique je suis une fan de zombies). Le concept n’est pas nouveau et le côté pixel art est appréciable. Mais personnellement voir ma partie de 2h s’envoler a vite été rageant. Alors certes j’ai recommencé encore et encore mais au final j’ai plus l’impression de perdre mon temps. Je conseillerais donc ce jeu aux gros joueurs de Rogue mais pas à ceux qui veulent juste chiller en explorant et en tuant des zombies. Sans le côté punitif je pense que j’aurais clairement apprécié le jeu.

Pour conclure…

Nearly Dead – Live and Let Die un énième jeu de zombies vous permet de survivre chaque jour qui passe. À vous d’arriver au jour suivant en combattant les hordes la nuit et en explorant le jour. Un jeu entièrement en pixel art et avec une ambiance digne des séries Z.

La  note  de la  rédaction

2/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Un graphisme simple, efficace et mignon (J’adore Margot)

On évolue, c’est top et ça donne envie d’avancer

Le côté survie et angoisse du manque

Les points négatifs

Des bugs (Les alliés qui se coincent dans les obstacles)

Compliqué en solo

Ambiance sonore agaçante

Redondance énorme

Difficulté mal dosée

Clavier souris uniquement

Vous devriez Lire aussi
WRoEF Entre admiration et choquant

Dans le même genre

Laisser un commentaire

En savoir plus sur GeeksByGirls

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading