Mario + Lapins Crétins : Sparks of Hope

En 2017, Ubisoft et Nintendo nous présentait un partenariat plutôt original sous la forme de Mario+Lapins crétins : Kingdom Battle, un titre mêlant habilement les univers de Mario et des léporidés les plus décérébrés de la galaxie. Il s’agissait d’un jeu reprenant un gameplay plateforme pour l’exploration et Tactical-RPG pour les combats. Fort de la réussite du premier opus, Ubisoft nous sort en cette année 2022 un second jeu : Sparks of Hope. Alors, toujours un succès ?

Le début du jeu

Histoire

Mario+Lapins crétins: Sparks of Hope est une suite du premier opus Kingdom Battle. Tout le monde vit paisiblement au royaume champignon, malgré quelques facéties des lapins. Soudain, une petite créature, ressemblant à un Luma (apparus dans Super Mario Galaxy), surgit dans le ciel et percute Mario. Celle-ci est poursuivie par un monstre beaucoup plus massif et sombre aux allures de raie Manta. Lapin Peach se retrouve malgré elle capturée et Mario s’empresse de partir à sa rescousse. Bien évidemment, notre héros fera face à des ennemis qu’il devra battre pour sauver son amie puis fuir ensemble le dos du monstre.

La némésis de Sparks of Hope

Nous apprenons ainsi que les “lumas” sont poursuivis par une créature nommée Cursa, la némésis de ce jeu. Ces lumas n’en sont pas totalement. En effet, ils sont Luma ET Lapin crétin, ils seront ainsi appelés des Sparks. Ces derniers contiennent énormément d’énergie, et c’est exactement pour cette raison que Cursa cherche à mettre la main sur eux. Ce dernier envoie ses sbires à leur recherche. Pendant ce temps, notre équipe de héros va parcourir la galaxie pour sauver les Sparks mais aussi pour trouver Harmonie, craignant pour sa santé.

Gameplay

En plus de nous présenter le scénario et les différents protagonistes, le début de Mario+Lapins crétins: Sparks of Hope sert de tutoriel pour expliquer les différentes mécaniques du jeu. Elles sont introduites petit à petit afin de ne pas trop surcharger le joueur d’informations. C’est l’occasion de découvrir un peu les possibilités d’exploration, comme par exemple secouer un arbuste ou un arbre pour faire sortir / tomber des pièces, objets / fragments d’étoile et de faire de courts combats d’apprentissage.

L’exploration de la galaxie de Sparks of Hope

Mario+Lapins crétins : Sparks of Hope s’inspire pour cette fois de Super Mario Galaxy. On se déplacera de planète en planète à l’aide d’un vaisseau spatial. Mais pour cela, il faudra du carburant. On l’obtiendra lors de certains combats contre des tentacules de Confusi-Ombre. Sur chaque planète, vous aurez diverses quêtes, la principale bien sûr et les secondaires. Chacune d’elle vous donnera une récompense, à savoir la monnaie de la planète ou un nouveau spark. La monnaie locale permet d’acheter des souvenirs mais aussi des skins pour les armes. Les souvenirs donnent des informations sur le lore du jeu et peuvent vous aider pour résoudre des énigmes.

Pendant l’exploration, on pourra se balader librement dans les environnements. On y trouvera bien sûr les traditionnelles pièces d’or disséminées un peu partout, mais aussi des lapins crétins, tantôt PNJ, tantôt faisant les pitres dans le décor. On retrouve ainsi l’humour de la licence d’Ubisoft et que l’on avait déjà dans le premier opus de Mario+Lapins crétins.

Au fil de l’aventure, on débloquera de nouvelles capacités pour Beep-O. Cela nous permettra par exemple de casser certains blocs et faire tomber des plateformes, autorisant l’accès à de nouvelles zones. Pour finir une planète à 100%, il ne faudra pas hésiter à y revenir avec ces nouvelles possibilités.

Les combats

Des ennemis seront visibles pendant l’exploration. À vous de voir si vous voulez engager le combat ou les éviter. S’il y a contact, le combat se lance. Comme pour le premier épisode de Mario+Lapins crétins, chacun d’eux se déroule dans une arène plus ou moins grande. Il y aura beaucoup d’endroits pour se planquer et ainsi éviter de recevoir des dégâts. Mais attention, ces protections ne peuvent subir qu’un certain nombre de coups, après ils cassent et vous laisse à découvert.

Dans certaines arènes, il y aura aussi des tuyaux, augmentant les possibilités de déplacement, autant pour notre équipe que pour les ennemis. Il faudra bien prendre cela en compte lors de vos placements. Pour ces derniers, on est limité à une zone plus ou moins vaste selon les capacités de déplacement des personnages. Mais on pourra toujours compter sur le saut d’équipe pour aller plus loin ou en hauteur.

La puissance de feu

Pendant les déplacements, il est possible d’effectuer une charge sur les ennemis à portée. Cela leur inflige des dégâts sans utiliser de point d’action (limité à 2 par personnage et par tour). Il est donc important de prendre cette possibilité en compte, d’autant que si des adversaires sont alignés, on peut en charger jusqu’à 3 en ligne. Certains ennemis chargés deviendront ramassables. Les bomb-omb, par exemple, peuvent être récupérées et lancées plus loin pour exploser. D’autres sont invincibles et devront être jetés hors du terrain pour être vaincus.

Outre la charge, vous disposez d’un arsenal composé de votre arme à feu (chaque personnage a la sienne qui est différente des autres), jusqu’à 2 sparks et une technique. Vous pourrez aussi utiliser 1 objet par personnage et par tour si besoin. Chaque action vous coûtera 1 point sur les deux disponibles en début de tour pour chaque allié. À vous de voir comment les utiliser au mieux !

Les Sparks

Chaque Spark dispose de pouvoirs spéciaux, un actif et l’autre passif. Par exemple, il pourra donner un bonus de feu à votre arme et donc enflammer un ennemi qui y est sensible. En passif, vous serez protégés contre les attaques de feu et ne pourrez pas vous enflammer. Bien sûr, chaque ennemi dispose d’une faiblesse à exploiter mais aussi d’une résistance contre certains effets. Il ne faudra pas hésiter à changer les sparks assignés à votre équipe en début de combat pour maximiser vos chances de victoire.

Vous pouvez les améliorer via le menu dédié. Il est en effet possible d’augmenter leur niveau en échange d’une potion étoile (1 niveau d’un coup) ou d’un certain nombre de fragments d’étoile. Plus le niveau à atteindre est élevé, plus le coût en fragments sera important. Améliorer un spark augmente ses compétences, comme par exemple le nombre de tour pendant lequel l’effet dure, le pourcentage de dégâts bonus, etc. Enfin, on ne peut pas juste monter le niveau d’un spark à l’infini, on est limité par le niveau des personnages de l’équipe. Pour aller au-delà, il faudra que nos héros atteignent eux-même un certain niveau.

Vous devriez lire aussi  Les Sims 4 - Écologie

L’arbre de compétences et les armes

Tout comme dans le premier volet, chaque personnage aura accès à un arbre de compétences passives et actives à débloquer au fil des niveaux. Chacune d’elle coûtera 1 ou plusieurs PC pour être activée ou améliorée (certaines ne sont pas améliorables). Les héros gagnent tous un PC par niveau et il est important de préciser que tous les héros gagnent de l’expérience à chaque combat, qu’ils y aient participé ou pas. Important car cela évitera de devoir farmer pour monter les personnages que l’on utilise le moins pour les mettre à niveau. On peut également à tout moment récupérer les points et les assigner ailleurs, et cela gratuitement.

Petite nouveauté : une catégorie Sparks dans l’arbre de compétences. Cet onglet se débloque à l’aide d’un objet spécial, un prisme d’or. Je vous laisse le soin de découvrir comment les obtenir. Vous trouverez ici de nouveaux bonus passif liés à vos sparks, comme par exemple 25% de chance de gagner un point d’action supplémentaire. Un avantage non négligeable même si aléatoire !

Concernant les armes, cela a pas mal changé. Dans Sparks of Hope, il n’est plus question d’acheter de nouvelles armes pour gagner en puissance ou obtenir des effets bonus. Ici, la puissance augmente avec le niveau des personnages tandis que les effets sont donnés par les sparks et activables à l’envie. C’est à la fois plus simple pour les novices et plus polyvalent pour les tacticiens puisque les effets ne dépendent plus de l’arme, on pourra donc les changer à volonté. D’autant qu’il ne faut pas oublier que chaque personnage peut avoir jusqu’à 2 sparks assignés, donc 2 effets différents possibles ! Il est en revanche possible d’acheter dans les boutiques des différentes planètes des skins et de les équiper.

Technique

Graphiquement, Mario+Lapins crétins: Sparks of Hope est très beau. La direction artistique a un tout petit peu changé mais cela n’est pas flagrant non plus. On retrouve donc les héros du premier opus ainsi qu’un univers très coloré et cartoon. On a toujours droit à de petites scénettes dans le décor avec des lapins crétins faisant n’importe quoi ou des tableaux à regarder, le tout accompagné d’un petit texte comique de Beep-O.

Le jeu tourne en 1600*900 en mode TV et en 1066*600 en mode portable, ce qui est pas mal. Concernant la fluidité, le jeu est bloqué sur un maximum de 30 FPS, largement suffisant pour un jeu de type plateforme / Tactical-RPG. Par contre, si je trouve le mode portable plutôt fluide, j’ai rencontré quelques ralentissements en mode TV, comme pour le précédent jeu, et ce malgré un premier patch correctif amenant entre autres une réduction de ce problème dans certaines zones. Rien de bien méchant ceci dit, tout est parfaitement jouable.

Le son de Mario+Lapins crétins : Sparks of Hope

Pour la partie sonore, on retrouve une bande son bien adaptée à l’ambiance et agréable à écouter. On peut aussi parler d’une scène d’infiltration (enfin sauf si vous voulez faire tous les combats comme moi :P) où la musique ne se joue que lorsque les personnages de votre équipe avancent, et où sa vitesse dépend de la leur également. Le jeu dispose d’un doublage en français pour les personnages, avec toutefois uniquement le début d’une phrase ou quelques mots pour la plupart des dialogues hors cinématiques. Personnellement, je n’aime pas trop, je préfère avoir soit des personnages qui disent tout leur texte, soit qui ne parlent que dans les cinématiques.

Le reste

Bien sûr, qui dit Mario et Ubisoft dit traduction française intégrale, entre autres. Tout le jeu est donc disponible dans la langue de Molière, pour le plus grand plaisir des plus jeunes d’entre nous et pour les réfractaires à l’anglais.

Le gameplay du titre est assez intuitif et simple d’accès, permettant au plus grand nombre d’en profiter. De plus, la difficulté est ajustable à tout moment. À propos de celle-ci, le mode normal ne devrait pas spécialement poser de problème sauf pour certains boss qui demanderont un peu plus de réflexion / tactique pour en venir à bout. Enfin, tout comme pour Kingdom Battle, Sparks of Hope dispose d’un Season Pass. Celui-ci intègre 3 vagues de DLC à venir ainsi que le Galactic Prestige Bundle, un pack de skins pour les armes. Chaque DLC ajoutera “de nouveaux combats et défis”, sans plus de précision pour le moment, les dates de sorties prévues étant 31/12/2023 et 31/12/2024, des dates placeholder en attendant les définitives. Il est aussi possible d’acquérir le titre en Édition Gold, comprenant le jeu de base et le Season Pass.

Pour conclure…

Mario+Lapins crétins : Sparks of Hope est une excellente suite de la nouvelle licence co-créée par Nintendo et Ubisoft. Le gameplay change légèrement et le titre reste toujours aussi beau et amusant que dans le précédent opus. Une nouvelle histoire, de nouveaux personnages jouables, de nouvelles possibilités de personnalisation, tout ce qu’il faut pour faire un bon jeu qui plaira aux plus grands comme aux plus petits !

Mario+Lapins crétins : Sparks of Hope est à retrouver en exclusivité sur Nintendo Switch depuis le 20 octobre 2022 en version cartouche ou dématérialisée pour entre 45 et 59,99€ dans sa version de base et selon les boutiques. La version eshop vous demandera environ 5,8 Go d’espace disponible à l’heure où j’écris ce test.

La  note  de la  rédaction

5/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

L’univers de Mario et des Lapins Crétins

Toujours aussi beau graphiquement

Un gameplay simple mais efficace

De nouveaux ennemis, boss et personnages

Les points négatifs

Quelques ralentissements dans certaines scènes

Le doublage partiel pour certains dialogues

La caméra qui parfois se place mal

Dans le même genre

Laisser un commentaire