Manga & Sport, une passion japonaise

“Manga & Sport, une passion japonaise” est un livre qui propose une analyse sur le sport dans l’univers du manga, et notamment son influence sur la société japonaise. Écrit par Antony Teixeira (dit Rufio), l’ouvrage est disponible depuis le 26 mai 2021 chez Thirds Editions.

Couverture du livre Manga & sport, une passion japonaise
Couverture du livre Manga & sport, une passion japonaise

Synopsis

Aujourd’hui comme hier, le sport fascine.

Mais les historiens nous expliquent que la puissance du sport ne se limite pas aux recettes, aux contrats et aux audiences. Le sportif a pu être au XXè siècle un outil politique, mais aussi le grand héros des spectateurs qui suivaient ses performances à la télévision. Inévitablement, des artistes se sont glissés parmi les curieux ou les pratiquants.

Le manga de sport, comme beaucoup d’autres, naît après la guerre et il n’arrêtera pas d’évoluer avec son temps : manga et société japonaise allant de pair, l’un se développera au rythme de l’autre. Dans cette longue période de transformation, le manga s’impose en effet dans le pays comme un médium particulièrement efficace, accessible et populaire.

Ainsi, des premiers combats d’Ashita no Joe aux matches millimétrés d’Eyeshield 21, le manga de sport a toujours su trouver son public et il constitue le reflet de l’histoire politique et économique du Japon.

Thirds Editions

Là où tout commence…

Cela fait quelque temps déjà que je lis beaucoup de choses sur le Japon. Et la plupart des ouvrages reviennent tous au même point : 1868. Pour les lecteurs qui n’auraient pas encore lu mes précédents articles, laissez-moi vous faire un mini-cours d’Histoire. 1868 est une date clé pour le pays du soleil levant. Elle marque la fin d’une époque et aussi le début de l’ère Meiji (du nom de l’empereur). C’est à cette date que le Japon s’est ouvert à la culture occidentale et, depuis, sa société en a été influencée. Bien entendu, le sport n’y échappe pas ! En revanche, le manga est un support propre au Japon, bien que d’autres pays aient aussi utilisé la bande dessinée, que ce soit pour raconter des histoires ou pour passer des messages politiques.

Le, ou plutôt LES sports, une histoire de valeurs humaines

Quand j’ai reçu le livre, nous étions au début de l’Euro 2021 (compétition de football). Et je me demandais, justement, d’où nous venait cet entrain pour le sport ? Qu’est-ce qui fait que cela rassemble autant de personnes pour regarder une compétition ? J’ai en partie eu ma réponse via l’ouvrage d’Antony Teixeira. Du moins, pour comment ça se passe au Japon. Comme je le disais précédemment, tout ou presque commence avec l’ère Meiji. Le Japon est notamment connu pour les sports de combat que je dirais “doux” : Judo, Kendo… Les valeurs qu’ils véhiculent sont bien loin de cet esprit de compétition, plus axées sur les valeurs humaines, l’entraide, l’empathie, et la maîtrise de soi. La compétition, le fait de dominer et de montrer qui est le plus fort tout en écrasant l’autre, vient de l’occident. Tout comme de nombreux autres sports mais j’en parle un peu plus bas !

Résilience & ouverture

L’ouvrage “Manga & Sport, une passion japonaise” traite le sujet vraiment en profondeur et de manière chronologique. Malgré des faits historiques très marquants (je pense notamment à la seconde guerre mondiale), les Japonais sont un peuple qui fait preuve de beaucoup de résilience, et qui, qu’importe les domaines, va toujours s’investir à fond. Bien qu’ils soient très fans du baseball, tous les sports (ou presque) sont représentés en manga. Que ce soit la boxe, le foot, le basketball, le kendo, le tennis, et même des sports de réflexion comme le Go. Tout y passe ! Une chose qui est très bien soulignée, c’est que même avec l’arrivée de la télévision dans les années 70, le manga reste un support très apprécié, aujourd’hui également. Il offre de nombreux avantages, contrairement à un film ou une série télé, mais met à rude épreuve les artistes qui les produisent.

Couverture et style d’écriture

“Manga & Sport, une passion japonaise” est très sincèrement un très bel ouvrage. La couverture nous met de suite à table, malgré sa sobriété. Le sujet est relativement bien traité sans non plus assommer le lecteur. Les passages avec les extraits des divers mangas qui sont cités apportent cette petite touche qui pousse le lecteur à vouloir en savoir toujours plus. Malgré un nombre de pages important (192), cela se lit très facilement. J’ai redécouvert certains dessins animés que je regardais enfant. Olive & Tom (Captain Tsubasa) bien sûr, mais aussi Jeanne & Serge (un autre manga sur le volley-ball). D’ailleurs, ils les repassent à la télévision si l’envie vous en dit. D’autres, qui semblent tenir très à cœur à l’auteur, me sont complètement inconnus, mais cela m’a donné envie de les découvrir. Je veux bien sûr parler de Eyeshield 21 ou encore Tiger Mask.

Mon avis sur Manga & Sport, une passion japonaise

J’ai beaucoup aimé (même si je vous entend déjà dire que je ne suis pas très difficile en matière de lecture). J’ai appris énormément de choses, comme par exemple l’introduction du sport dans le système éducatif japonais. Pour nous européens, c’est quelque chose de normal. Je ne pensais même pas que c’était possible de ne pas avoir la matière “sport” durant son parcours scolaire. Le contenu est bourré de synopsis et de petites références à d’autres œuvres n’ayant pas forcément un rapport direct avec le milieu sportif, et ce sur différents formats, que ce soit les jeux vidéos ou les mangas plus récents comme Naruto.

Et, comme je le disais aussi juste à l’instant, le fait que ce soit vraiment varié. Chose étonnante aussi, et en même temps c’est la partie la plus intéressante, les manga de sport ne parlent que très peu de la discipline. Ils sont surtout axés sur cette notion de valeur dont je vous parlais plus haut. Je n’imaginais pas un seul instant que les mangaka puissent être autant créatifs ! Et en même temps, même si cette passion du dessin les anime, je ne peux que compatir à cette pression qu’ils ont pour sortir toujours plus vite du contenu.

Pour conclure…

Encore une fois, un très bel ouvrage et fort intéressant ! Vous pouvez le retrouver chez Thirds Édition dans la version First Print (29,90€) ou, comme moi, la version “normale” (24,90€). J’espère que cet article vous a plu et j’en profite pour remercier l’auteur et les éditeurs. Je vous dis à très vite sur GeeksbyGirls et n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire 🙂

Dans le même genre

Laisser un commentaire