LongStory

LongStory est un jeu vidéo indépendant de type dating games / aventure. Développé et édité par Bloom Digital Media, il est disponible depuis le 07 décembre 2017 sur PC et macOS. Il a ensuite atterri le 21 février 2021 sur Nintendo Switch, et c’est sur cette plateforme que le test à été réalisé.

Synopsis

LongStory : une longue histoire…

Dans LongStory, vous incarnez un(e) lycéen(e) et enquêtez sur la disparition d’un élève dont vous avez hérité du casier lors du premier chapitre. Ensuite, vous allez faire de nombreuses rencontres et peut-être allez-vous vous laisser guider par votre cœur ? Le jeu est relativement réaliste d’un point de vue scénaristique. Je me suis vite replongée dans mes années lycée / collège. Des histoires de dragues “qui aime qui ?”, le fait de dialoguer avec d’autres jeunes sur Internet sans s’être jamais rencontrés en vrai.. Et, bien sûr, les embrouilles d’adolescents ! Jalousie, disputes pour un(e) amoureux(se) commun… Je prends ça avec beaucoup d’amusement maintenant que je suis plus âgée.

Gameplay de LongStory : faire des choix

Le jeu est relativement simple et très facile à prendre en main. L’histoire se déroule sous forme de dialogues, et vous serez amené(e) sur certains à faire des choix. Chacun d’eux possède une petite icône sur la droite afin de vous indiquer plus ou moins la tournure que va prendre la conversation. Par exemple : deux bonhommes dont les yeux sont des cœurs symbolisent “la drague”, deux bonhommes avec un air méchant “la dispute / colère”, et ainsi de suite… Attention, malgré des symboles différents, certains choix n’auront aucun impact sur la suite de l’histoire, ce qui est un peu dommage.

La fonctionnalité la plus sympathique et en plus très pratique, c’est de pouvoir revenir sur le choix qui vient d’être fait. Par exemple, vous vous trompez, alors vous avez la possibilité de revenir en arrière pour faire un choix différent. Attention, ce n’est possible que sur le choix venant d’être fait, ce n’est pas rétroactif sur les autres. De même, si les dialogues vous “saoulent”, il existe une avance rapide. Cependant, cette fonctionnalité n’est utile que dans le cas où vous souhaitez refaire le jeu.

LongStory

Design & bugs visuels

LongStory est très proche de la bande dessinée en termes de design. Chaque personnage est détouré avec une fine bande blanche. Ma seule remarque, c’est qu’il y a une petite différence entre la présentation des personnages et comment ils apparaissent dans le jeu. Ce n’est pas gênant, c’est plus en termes de cohérence. Sur la présentation, ils sont un peu plus détaillés que dans le reste du jeu. Ce que j’ai bien aimé aussi, c’est que les dialogues sont disposés certaines fois sur du papier avec des lignes. Ça fait très scolaire et ça plonge le joueur un peu plus dans l’ambiance lycée.

Autre remarque, et qui n’est pas des moindres, le jeu possède quelques bugs visuels. Lorsque le texte doit être en italique ou en gras par exemple, les balises html apparaissent. Étant informaticienne, ça m’a fait sourire, mais suivant le joueur, ça peut être bloquant. Je pense notamment à ceux qui sont dyslexiques ou qui ont quelques difficultés dans la lecture. Ça ne doit pas être trop compliqué à régler et j’espère qu’il y aura une petite mise à jour pour corriger ce petit souci.

LongStory

Autres aspects de LongStory et avis

Ce qui fait la force de LongStory, c’est avant tout son scénario et les thèmes qui y sont abordés. C’est la première fois que la transidentité est matérialisée de manière claire et textuelle dans un jeu vidéo pour adolescents. Un des personnages possède notamment le pronom “iel”, ce qui est assez récent dans l’actualité. Pour celles et ceux qui ne le savent pas, c’est un nouveau pronom qui n’est ni “IL” ni “ELLE” mais un mélange des deux. Il permet à une personne qui ne se sent ni garçon, ni fille, de pouvoir être reconnu sans pour autant avoir un genre / sexe attribué.

L’adolescence est une période particulièrement difficile dans le sens où l’on se cherche et on se définit. On explore aussi des pistes, tout en ayant une “pression” extérieure : nos parents, nos proches, notre religion, la société… les choses sont en train de bouger mais le combat n’est pas fini.

Les jeux vidéos et l’addiction sont aussi abordés. Je revois encore mes parents penser que j’étais accro quand j’étais jeune, alors que les jeux vidéos sont aussi un bon moyen pour développer sa créativité, sa sociabilité et l’esprit d’équipe. Bien entendu, je ne dis pas que l’addiction n’existe pas, il y a une limite à tout mais, personnellement, cela m’a permis de prendre confiance en moi.

Concernant les rencontres sur Internet, je préconise de toujours informer quelqu’un de confiance quand vous décidez de rencontrer dans la vraie vie votre interlocuteur(ice). Pas forcément vos parents, mais quelqu’un qui pourra vous aider et agir si besoin. Là aussi, je ne dis pas qu’il y a des méchants partout, mais disons qu’il faut rester prudent. On se cache derrière des avatars, et tout ça car on aime cette part de mystère, mais il existe aussi des prédateurs / manipulateurs comme dans la vraie vie. Soyez prudent 🙂

Pour conclure…

LongStory est un bon jeu pour apprendre et se découvrir de manière ludique. Il fait pas mal réfléchir et propose de bonnes pistes de réflexion. C’est juste un peu dommage qu’il soit aussi court. Il m’a aussi beaucoup fait penser au jeu en ligne Amour Sucré ou encore Eldarya. Cependant, Long Story a l’avantage d’inclure la transidentité et le contexte actuel. Ce n’est pas un simple dating game ! Il est actuellement au doux prix de 9.99€ sur le Nintendo eShop et sur Steam. Et n’hésitez pas à me mettre en commentaire si le jeu vous intéresse.

La  note  de la  rédaction

3/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Actuel

Réaliste

Bon scénario

Les points négatifs

Court (quelques heures, pas plus)

Uniquement disponible en anglais et français

Bugs visuels, notamment les balise html dans certains textes

Dans le même genre

Laisser un commentaire