Google Stadia

Dans le cadre du confinement et des opérations des divers éditeurs (jeux vidéos, presse…) visant à promouvoir le rester chez soi, Google a annoncé il y a peu la possibilité d’essayer Stadia Pro gratuitement pendant deux mois. Nous allons donc pouvoir tester ce nouvel acteur du marché de la vente de jeux vidéos mais également du streaming de ces derniers.

Qu’est-ce que Stadia ?

Stadia est un nouveau service de Google disponible depuis le 19 Novembre 2019. Il s’agit d’un service de streaming de jeux vidéos. Alors, concrètement, le jeu est exécuté sur un serveur dédié surpuissant, capable de le faire tourner avec toutes les options graphiques à fond et dans des résolutions élevées, l’image et le son étant envoyé sur votre machine et les contrôles de votre manette envoyés vers ce serveur. Vous trouverez quelques détails supplémentaires sur notre article de présentation ici.

Stadia Pro est une offre payante permettant d’obtenir chaque mois quelques jeux gratuitement (tant que vous êtes abonnés) mais aussi des réductions sur certains titres du catalogue. Il est également possible de jouer en 4K, l’offre gratuite ne dépassant pas le 1080p.

Concernant le catalogue de titres, Stadia Pro offre actuellement (le 2 mai 2020 à l’heure où j’écris ces lignes) 13 jeux. Le store contient quant à lui seulement 45 jeux, après avoir enlevé les DLC et différentes éditions disponibles. C’est un peu faible mais il y a de bons titres, tels que Assassin’s Creed Odyssey, Red Dead Redemption 2, Borderlands 3 ou encore Wolfenstein YoungBlood. Outre les triple-A cités précédemment, on peut également trouver Octopath Travelers et les différents jeux SteamWorld.

Côté fonctionnalités, il n’y a pas besoin de la manette Stadia pour pouvoir profiter du service, une manette XBox One fonctionnant très bien (d’autres aussi certainement mais je n’en ai pas d’autre à disposition). Il est aussi possible de jouer au clavier et à la souris, un must-have pour les FPS. Google avait annoncé énormément de possibilités intéressantes pour son service, malheureusement il n’y a pas grand-chose encore à se mettre sous la dent, tout juste pouvons-nous faire des screenshots et des clips de 30 secondes, comme sur Nintendo Switch. La conférence qui a eu lieu le 28 Avril 2020 nous promet que le reste va arriver prochainement. On l’espère tant certaines s’avéraient prometteuses sur le papier.

On teste quelques jeux !

Disposant d’une connexion fibre optique (1 Gb/600 Mb, faible latence), je peux m’adonner dans des conditions optimales au streaming de jeux vidéos. Car oui, ce type de service nécessite une très bonne connexion, que cela soit au niveau des débits mais aussi du ping. Le premier à cause de la résolution et le nombre d’images par seconde du jeu (pouvant être paramétré actuellement uniquement via l’application Stadia sur smartphone) et le second influençant énormément la sensation de temps entre l’appui sur un bouton et l’affichage de l’action sur l’écran. Il ne faut pas oublier que, comme pour un jeu online, plus le ping est élevé, plus le décalage est grand. Je ne dispose pas d’un écran 4K mais j’ai laissé le paramétrage dessus histoire de tester avec la plus haute qualité et donc le plus haut débit consommé.

On commence avec un jeu de course automobile : GRID. Le jeu se lance assez rapidement, les graphismes sont beaux mais me semblent ternes, je désactive donc le HDR via l’application mobile. L’image est tout de suite nettement mieux sur mon écran 1080p. La voiture réagit correctement aux commandes de la manette, malgré le fait que je sois assez mauvais dans ce genre vidéoludique.

J’ai continué avec un FPS : Destiny 2. La première chose qui m’a surpris par rapport à mes parties faites sur ma machine, c’est les éclairages. La qualité de ses derniers était bien supérieure à ce que peut produire ma modeste 1060 GT 6 Gb. Là encore, le délai entre la commande et l’exécution était plutôt correct, mais n’étant pas un progamer, je n’ai peut-être pas le niveau pour la détecter. En tout cas, l’action s’avère fluide, la jouabilité est au rendez-vous.

Enfin, je termine avec un jeu indé, un RPG : SteamWorld Quest, dont vous pouvez retrouver le test de la version Nintendo Switch ici. Bon, peu de surprise dans ce genre-là puisqu’il s’agit d’un jeu au système de combat au tour par tour. Les graphismes sont plutôt pas mal mais les textures ne sont peut-être pas adaptées pour le PC, je trouvais le tout plus beau sur la Switch mais ce n’est qu’un avis personnel.

Notre avis sur Stadia Pro

Lorsque l’on dispose d’une très bonne connexion (c’est-à-dire de la fibre optique), les conditions sont idéales pour jouer sur Stadia. Pas de lag à noter pour ma part, les graphismes sont fluides et les commandes répondent immédiatement. Je n’ai pas non plus noté de décalage entre le son et l’image, bref, la jouabilité était présente. Cependant, j’ai tout de même noté sur GRID que l’image me semblait un peu trop compressée. L’image était belle, les effets magnifiques, mais en faisant attention, on pouvait déceler relativement facilement des artefacts de compression. Je n’ai pas vu ce problème sur Destiny 2 ou SteamWorld Quest, cela dépend peut-être du jeu.

La compatibilité avec la manette XBox One de Microsoft est très bonne, encore une fois rien à dire côté commandes, pareil avec le clavier et la souris pour Destiny 2.

Mais alors, faut-il s’abonner ou pas à Stadia ?
C’est une question épineuse. En effet, si vous ne disposez pas de la fibre optique, vous n’aurez pas une expérience optimale, que cela soit pour les graphismes ou tout simplement pour l’input lag entre votre machine et le serveur distant (l’adsl ayant un ping bien plus élevé dans 80% des cas). Mais si vous disposez de la fibre, la question se pose toujours. Si vous ne disposez pas d’une carte graphique récente et souhaitez profiter des titres récents avec une excellente qualité, cela peut être très attractif. Cela dit, le catalogue, même s’il dispose de quelques gros titres triple-A, n’est pas très étoffé, et il ne dispose pas non plus de toutes les dernières sorties. Cela est un peu décevant selon ce à quoi vous voulez jouer. De plus, si vous êtes un gros joueur, vous devez probablement posséder la plupart de ces jeux sur d’autres plateformes. Devoir repasser à la caisse est assez frustrant, on se contentera donc des jeux gratuits avec Stadia Pro ou des jeux du catalogue que nous n’avons pas et qui nous intéresse, ce qui réduit encore le choix disponible.

Enfin, dernier point et pas des moindres : combien de temps Stadia existera ? En effet, lorsqu’un service ne marche pas ou n’est pas beaucoup utilisé, Google n’hésite pas à le fermer. Alors avons-nous envie d’acheter des jeux sur une plateforme au futur incertain ? La réponse est évidente.

Pour conclure…

Stadia est un service ayant des points très positifs et d’autres très négatifs. En l’état, la plateforme n’est pas plus attrayante qu’une autre, malgré de beaux graphismes (sous réserve d’une connexion fibre). Si le catalogue va s’étoffer de plus en plus dans le futur, il faudra surtout qu’il apporte énormément de jeux pour être compétitif. Les fonctionnalités manquantes tels que le streaming en direct, la possibilité de commencer une partie exactement à l’endroit où se trouve un streamer, et bien d’autres, donneront un bon coup de fouet au service lorsqu’elles arriveront. On espère que Stadia saura palier ses problèmes de jeunesse assez rapidement pour devenir un acteur incontournable du secteur, mais on espère surtout qu’il ait un avenir sur le long terme et ne finisse pas dans la poubelle des services google supprimés.

Ne disposant pas d’une carte d’acquisition dédiée, cette vidéo ne rend pas totalement hommage à la qualité visuelle que Stadia peut fournir. De plus, je ne sais pas d’où viennent les lags sur le stream de Destiny 2, je n’en ai subit aucun en jeu.

La  note  de la  rédaction

3/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Graphismes au maximum sans avoir besoin d’une carte graphique haut de gamme dernier cri.

On peut jouer aussi sur la TV ou une tablette.

Les points négatifs

Nécessite une très bonne connexion (fibre optique fortement conseillée).

Le catalogue n’est pas très étoffé.

Fonctionnalités annoncées encore absentes.

Vous devriez Lire aussi
Devil May Cry 5

Dans le même genre

Laisser un commentaire

  • Tres bien. Je tai même laisser un com sur ta vidéo youtube.
    Je t’invite dailleur à venir faire un tour si tu veux.
    Ca fait plaisir de voir un travail complet et pas seulement du bashing gratuit.
    Apres oui la connections est obligatoire, mais en même temps son nom « cloud » veut tout dire.

    • Merci, ça fait toujours plaisir à lire 😉
      Oui on est bien d’accord que comme c’est du cloud, il faut une connexion permanente au serveur pour jouer.
      Ce que je soulevais c’est surtout la nécessité d’une bonne connexion, et stable. J’imagine que Stadia ne compresse pas beaucoup l’image et le son avant de l’envoyer sur les machines.
      Si j’ai l’occasion, je testerai XCloud de Microsoft et GeForce Now de nVidia, histoire de voir si ça consomme autant en débit.