Firefighting Simulator – The Squad

"Firefighting Simulator - The Squad" Affiche

Comme je vous l’annonçais en grande pompe la semaine dernière, Firefighting Simulator – The Squad se lance (à incendie) désormais également sur PS4, PS5, Xbox One et Xbox Series. Disponible depuis le 17 novembre 2020 sur PC, cette simulation créée par le studio allemand Chronos Unterhaltungssoftware (comme ça se prononce) et éditée par astragon Entertainment, vous propose de vous mettre dans la peau d’un pompier américain. Vous êtes chaud ? Nous on était bouillant pour le découvrir sur PS5, mais le test nous a éteint…

Sammy les bons tuyaux

Le principe de Firefighting Simulator – The Squad est simple. Nous sommes un soldat du feu patenté qui dirige un groupe de trois autres pompiers, et nos missions consistent à éteindre des incendies et sauver les personnes piégées sur les lieux de nos interventions. Ni plus, ni moins ! Aucune histoire ou fil rouge n’entoure les différents buts à atteindre et l’on comprend immédiatement que nous sommes dans la simulation pure et dure avec tout ce que le terme comprend d’austérité. Un petit mode carrière, nous faisant passer de nouvelle recrue à commandant d’escouade, aurait pourtant été appréciable pour habiller un peu le titre, ou mieux, des missions “popant” un peu partout dans la ville auraient été plus réalistes et un bien meilleur choix pour une simulation du genre.

Une intro pour chaque mission dans "Firefighting Simulator - The Squad"

Après un rapide passage au centre d’entraînement, servant de tutoriel pour les différentes commandes du jeu, une carte sera accessible avec différents objectifs et interventions, qui se débloquent au fur et à mesure que notre avatar engrenage de l’expérience. Avec une quarantaine d’objectifs à réaliser sur une carte d’une soixantaine de kilomètres de surface, on aurait pu s’attendre à une grande variété de tâches à effectuer. Malheureusement, le réalisme de Firefighting Simulator – The Squad s’arrête avec le système de physique complexe de propagation du feu et des dégâts que celui-ci provoque. Ainsi, le jeu ne rend aucunement compte de la pléthore de missions qu’un pompier volontaire peut être amené à réaliser, pour ne se concentrer que sur la lutte contre les incendies.

Map de "Firefighting Simulator - The Squad"
Tutoriel du centre d'entraînement dans "Firefighting Simulator - The Squad"

Un parti pris sûrement volontaire des développeurs, mais qui n’aide pas à étouffer ce sentiment de redondance qui nous assaille au bout de quelques missions. De plus, le titre datant de 2020, une optimisation globale du jeu pour son passage sur console aurait été salutaire, plutôt que de se retrouver avec un simple portage de la version PC. Qui plus est, l’utilisation des retours haptiques de la DualSense PS5, pourtant décrite comme une nouveauté phare par l’éditeur, est anecdotique et n’apporte pas grand chose en cours de partie.

En solo tout se passe avec des "IA"

Retrouvez notre news sur l’arrivée de Firefighting Simulator – The Squad sur console ici !

Bras-Heroes

Ne soyons pas trop glacial, tout n’est pas noir non plus dans Firefighting Simulator -The Squad. Les différentes étapes du tutoriel sont bien amenées et assez efficaces pour nous permettre de prendre le jeu en main facilement. De plus, au détour des explications des différentes règles de gameplay, le joueur pourra apprendre quelques petites astuces assez utiles en cas de départ de feu et de conduite à tenir si cela arrive à son domicile. Un plus sur lequel nous n’attendions pas le jeu, mais qui fait son effet tout de même. Si le jeu souffre de très nombreux bugs d’affichages, de collisions, de clippings et j’en passe, les graphismes sont tout de même assez beaux pour un titre du genre, et les équipements tout comme les camions sont modélisés à la perfection.

La "conduite de camions" aussi scabreuse qu'inutile
Les "coéquipiers" sont dur à contrôler parfois

On sent que le budget, assez réduit dans ce type de production, est passé en grande partie dans l’achat des licences officielles des camions Rosenbauer America et de l’équipement des pompiers US (avec des marques comme Cairn, HAIX, Leatherhead Tools…). En effet, le jeu souffre de nombreux ralentissements et beaucoup d’animations sont manquantes, quand on franchit une fenêtre ou que l’on monte à l’échelle par exemple. Ceci étant dit, il faut bien reconnaître que la physique de propagation des flammes est impressionnante, même si on ne ressent aucune chaleur en ouvrant une porte menant sur un brasier par exemple. L’immersion est bonne, mais quand il s’agit de commander ses hommes, c’est une tout autre paire de lance…

Les feu de graisses doivent être éteint à l'"extincteur"

Incendies folies

Dans Firefighting Simulator – The Squad vous aurez le choix entre trois modes de jeu : multi, solo et coop (mais toujours en ligne). En solo, vous serez le chef d’escouade et votre mission (si vous l’acceptez) sera de donner des ordres à vos subordonnés pour qu’ils vous aident à accomplir votre tâche. Malheureusement, les IA qui vous accompagnent ont l’intelligence et l’esprit d’initiative d’un bulot cuit. Vous ne pourrez donc pas les quitter de vue une seule seconde sous peine qu’elles ne fassent n’importe quoi ou restent à se tourner les pouces.

La roue des ordres dans "Firefighting Simulator - The Squad"

Toutefois, on ne retrouve pas ce défaut lors de parties en multijoueur ou avec des amis, puisque les différents pompiers étant incarnés par des joueurs qui réfléchissent un minimum, mener sa mission à bien en devient presque trop simple, pour peu que l’on répartisse bien les tâches dès le départ et que l’on arrive à trouver rapidement les victimes pour les sortir du brasier. Autre défaut qui vous fera rager : la vitesse de déplacement de votre personnage. Dès que celui-ci porte une victime ou une lance à incendie, il se déplace en marchant, mais tellement lentement que s’il ralentissait encore il reculerait ! Un comble lors d’interventions où la vitesse d’exécution est primordiale.

Une victime à sauver dans "Firefighting Simulator - The Squad"

De plus, avec Firefighting Simulator – The Squad, pour jouer avec vos amis vous n’aurez pas le choix, cela se fera exclusivement en ligne et vous obligera à acheter chacun votre version. C’est vraiment dommage car j’aurais bien aimé pouvoir combattre le feu avec des amis en local lors de soirées à la maison, cela aurait donné un peu plus d’intérêt au titre selon moi. Enfin, je ne m’attarderais pas trop sur les phases de conduite précédant les interventions, mais au-delà d’être inintéressantes, celles-ci sont flanquées d’une maniabilité plus que bancale, rendant les camions aussi faciles à contrôler que des bouts de bois.

Se garer relève du défi dans "Firefighting Simulator - The Squad"

Lance la douche froide 

Je pense que le constat est clair, je ne suis pas une habituée des simulations, mais vous commencez à me connaître, je suis assez ouverte d’esprit quand je découvre un nouveau genre. On ne va pas se mentir, au vu de mes prestations sur Firefighting Simulator – The Squad, je n’ai pas la fibre d’un pompier volontaire et il vaut mieux me tenir éloignée de toute flamme quelle qu’elle soit. Je ne nierais pas qu’il y a un sentiment de satisfaction et d’accomplissement certain à chaque but atteint, mais les différents problèmes relatés plus haut restent un vrai frein à l’appréciation de ce jeu.

des astuces sympa au "centre d'entrainement"
Aucune réaction de l'avatar devant une "fournaise"

De plus, pour moi, pour qui la musique d’un jeu est importante, je ne suis pas à la fête avec cette simulation où elle est quasi inexistante tant le sound design est fort. Pour une durée de vie d’une vingtaine d’heures, je vous suggérerais de picorer le jeu par petites sessions de 2-3 missions à chaque fois sous peine d’avoir très vite l’impression de tourner en rond. Cela étant dit, si je ne suis pas cliente des simulations réalistes, je comprends parfaitement que certains adorent ça et je pense que beaucoup d’amateurs trouveront leur bonheur avec Firefighting Simulator – The Squad. Je ne suis simplement pas l’une d’entre eux, et les défauts énoncés plus haut sont rédhibitoires en ce qui me concerne.

Chaque mission se finit par des stats dans "Firefighting Simulator - The Squad"
On peut suivre ses équipiers à la trace dans "Firefighting Simulator - The Squad"
Pour conclure…

Si vous êtes amateur de simulation réaliste, Firefighting Simulator – The Squad vous intéressera sûrement, ne serait-ce que par le soin apporté à la physique d’expansion des flammes et aux dégâts causés par celles-ci. Si vous êtes néophyte sur ce style de jeu, mais que vous avez toujours rêvé de vous prendre pour un pompier, vous pourrez également vous laisser tenter, mais peut-être plus à la faveur d’une promotion, le titre étant quand même proposé à 29,99 € sur console.

La  note  de la  rédaction

2/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Donne de bons conseils pour la prévention incendie, ou la conduite à tenir en cas de départ de feu

Éteindre un feu ou sauver une personne a toujours quelque chose de satisfaisant

Le design des camions et des équipements parfaitement reproduits dans le jeu

Les points négatifs

En solo, l’IA des coéquipiers est loin d’être efficace

Pas de possibilité de coop en local

La phase de conduite de camions, pour se rendre sur les lieux des interventions, qui manque de maniabilité

Beaucoup de bugs, qu’ils soient d’affichages, de collisions ou encore en ce qui concerne la jouabilité

Aucune optimisation sur console

Vous devriez Lire aussi
Les Sims 4 - Chiens et chats

Dans le même genre

Laisser un commentaire