Concrete Genie

Concrete Genie est un jeu vidéo d’action-aventure développé par Pixelopus, pour la PlayStation 4. Il est sorti sur PlayStation 4 et Playstation VR le 8 octobre 2019. Le test a été fait sur PlayStation 5. Que vaut-il ? Voyons ça !

Ce test a été réalisé sur une version PS5.

A la recherche des pages perdues

Ash est un jeune garçon qui adore dessiner dans son carnet. Il vit dans une ville, Denska, qui a été polluée et abandonnée. D’autres enfants lui volent son carnet, arrachent et déchirent les pages avant de les jeter. Les pages vont se disperser dans toute la ville et Ash va décider de toutes les retrouver et de reconstituer son carnet.

Très vite, il va découvrir grâce à une créature étrange appelée Luna, un pinceau qui a le pouvoir de donner vie à ses créations. Grâce à ce pouvoir Ash va essayer de sauver sa ville et lui redonner vie.

Le jeu invite à une réflexion sur les désastres de la pollution, mais aussi sur le statut des graffitis dans les villes. Il le fait de façon très poétique grâce aux magnifiques couleurs et aux personnages dont il faudra prendre soin pour obtenir une ressource indispensable. Il aborde aussi des thèmes plus graves comme le harcèlement.

Coup de pinceau

Concrete Genie est un jeu en 3D en vue à la 3e personne à travers Ash. Pour peindre, il faut utiliser le mouvement de la manette pour la diriger vers la zone à peindre. Dans toute la ville, on trouve des guirlandes lumineuses disposées sur toutes les façades qu’il faut allumer grâce à notre peinture pour redonner vie à la ville. Ensuite on dispose d’une multitude de motifs par zone et on peut également en débloquer quand on retrouve une page de notre cahier.

Les portraits des créatures que l’on peint prennent vie, bien qu’elles restent sur le mur, et ont une personnalité et un élément attribué (feu, électricité …) selon la couleur choisie. En leur faisant plaisir en dessinant le motif que chacune veut, ou encore en jouant avec elles, on remplit une jauge qui une fois pleine nous donne une peinture spéciale qui nous offre la possibilité de supprimer l’espèce de pollution mauve présente sur certaines zones.

En plus des demandes spécifiques des créatures, il existe aussi de petites zones avec des puzzles à résoudre, et on peut également découvrir l’histoire de Denska à travers des coupures de journaux trouvées çà et là dans la ville. La ville est divisée en plusieurs zones, il faut en finir une pour avoir accès à la suivante. J’ai trouvé les zones plutôt répétitives en termes d’ambiance. En effet, l’action se passe dans les rues de la ville et bien que cette dernière soit sous-divisée en différentes zones pour les besoins du jeu, à part la toute première zone où l’on découvre notre pinceau et celle des égouts, les autres n’ont pas de personnalité bien marquée, ce que j’ai trouvé dommage. Lors de l’exploration de la ville, il faut aussi éviter le groupe d’enfants qui a détruit notre carnet de dessins au début.

Quand ils touchent notre pinceau, on peut apercevoir leur histoire à chacun. On peut aussi demander l’aide des créatures en les appelant car elles peuvent voyager entre les murs tant que de la peinture les relie, et utiliser leur compétence de feu ou autre pour interagir avec le monde réel, pour débloquer un passage par exemple. Concernant le menu du jeu, il se présente comme un carnet de route avec plein de Post-it pour différencier les catégories dont la map, le journal de bord, les options… C’est très joli, très vivant bien qu’un peu brouillon car on trouve des post-it partout.

Ombres et lumières

Les graphismes de Concrete Genie sont vraiment jolis avec un effet 3D peint pour Ash et les autres enfants, une ambiance sombre mais vite rehaussée de couleurs vives et de vie avec les peintures que l’on va créer, ainsi qu’une ambiance joyeuse et festive grâce aux guirlandes qui vont s’allumer. Les mouvements sont fluides et légers, c’est très agréable de jouer Ash.

La musique d’ambiance est plutôt rythmée sans être envahissante, Ash parle régulièrement aux créatures ainsi qu’au joueur pour nous aider si nécessaire. Pour l’ambiance sonore, les créatures font également des bruits pour communiquer avec nous, il y a aussi chaque motif qui correspond à une note de musique lorsque l’on peint ou encore le bruit de vent lorsque l’on attrape une feuille de carnet. J’ai aussi beaucoup apprécié que l’ATH soit très discret pour une immersion plus prononcée. Il n’apparaît qu’en cas de besoin ce qui est très agréable.

Immortaliser

Concrete Genie dispose aussi d’un mode photo qui vous permettra d’immortaliser vos créations. C’est un mode photo plutôt classique avec des réglages de base (Cadrage haut ou bas, gauche ou droite, zoom, inclinaison, …), la navigation dans l’image pour faire le cadrage souhaité est fluide et facile. Il y a également la possibilité de retoucher les photos in game, juste avant d’appuyer sur le déclencheur (saturation, contraste, grain….).
Pas de filtres prédéfinis ou la possibilité de changer la pose de Ash.

Pour conclure…

Malgré son originalité le jeu est très accessible. Sa durée de vie est plutôt courte vu qu’il peut être fini en moins de 10 heures, et la difficulté n’est pas élevée. C’est très agréable de pouvoir réaliser des créations uniques. En effet, même si les motifs sont identiques pour tous les joueurs, chacun peut en faire usage selon sa propre sensibilité et ses propres goûts ce qui rend l’expérience de chacun exclusive. Cependant, le jeu peut vite devenir répétitif car malgré les petits puzzles, les autres enfants etc…. ce sont les mêmes choses qui se répètent d’une zone à l’autre. Même si le déplacement de la manette dans l’espace pour choisir la zone à peindre peut surprendre au début, quand on a trouvé le truc c’est assez facile à gérer. Le jeu est disponible au prix de 29,99€.

La  note  de la  rédaction

4/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Direction artistique

Les thèmes abordés

Durée de jeu

Prise en main

Les points négatifs

Répétitif

Prix assez élevé pour la durée de jeu

Vous devriez Lire aussi
Like a Dragon : Ishin !

Dans le même genre

Laisser un commentaire