Articles a la une

Derniers commentaires
test

Berserk and the Band of the Hawk

Berserk and the Band of the Hawk est un musou sorti le 24 février sur PlayStation 4, PlayStation VITA et PC. Le jeu est édité par KOEI Tecmo et développé par OMEGA Force. Berserk and the Band of the Hawk retrace l’histoire de Guts, un jeune mercenaire avide de combats, portant une grosse épée bien trop grande pour lui. Après un combat contre un puissant général décimant les rangs des soldats du Midland portant le nom de Bazuso, il se fait remarquer par Griffith, Chef de la bande du Faucon, personnage au calme imperturbable et d’une grande patience. Suite à un combat sous forme de défi, Guts va être forcé de travailler pour Griffith et avec ses nouveaux frères d’armes, ils vont se faire un nom dans le Midland grâce a leurs faits d’armes, alors que le continent est en guerre. Amitié, trahison, recherche du pouvoir, amour, tout est réuni pour tenir le joueur en haleine grâce à un très bon scénario.

Le manga dont est tiré le jeu est extrêmement violent et comporte des passages pour adultes, il n’est donc pas à mettre entre toutes les mains malgré une censure pour certaines scènes.

Il faut se renseigner pour mieux apprécier

Si vous ne connaissez pas Berserk, je vous conseille de regarder les films estampillés « L’Âge d’or » ainsi que l’anime datant de 2016, cela vous permettra de mieux comprendre le scénario et les personnages, car Berserk and the Band of the Hawk est malheureusement en japonais sous-titré anglais, donc si vous n’êtes pas habitués à la langue de Shakespeare (comme moi !), vous risquez de rater certaines scènes vraiment intéressantes, mais surtout ne rien comprendre au scénario à cause de ses nombreux rebondissements. Berserk and the Band of the Hawk n’est pas un jeu inspiré du manga Berserk, c’est LE jeu issu de l’œuvre de Kentaro Miura, ce qui veut dire que le scénario est le même que celui du manga et que certaines vidéos et cut-scènes sont issues directement des films. L’avantage est de permettre grâce au jeu de scénariser certains passages que le spectateur ne voit pas dans le manga.

De petits bémols

Le jeu respecte parfaitement l’œuvre dont il est tiré, mais quelques points négatif sont toutefois à noter. On regrettera qu’à certains moments il ne fasse pas justice à l’œuvre originale, car d’un point de vue narratif, il n’a pas ce petit plus qui rend le manga si spécial, des moments clés de l’œuvre ont été tronqués, tout comme certains passages épiques. Le passé de Guts est également totalement absent du jeu, une petite vidéo d’introduction afin d’expliquer d’où vient le héros, son entrainement ainsi que sa vie avant le jeu aurait été bienvenus. L’interaction entre les personnages fait également défaut à l’œuvre original, en effet ici, nous aurons le droit qu’à quelques lignes de dialogues statiques, des scènes de dialogues entre les personnages ou de petites vidéos auraient apporté un peu de dynamisme. Mais le gros point noir que rencontre le titre est son tutoriel. En effet, ce dernier spoile carrément l’intrigue finale du manga, je trouve que ça gâche l’expérience du jeu au plus haut point. Malheureusement lors de certains combats contre des boss, comme celui de Zodd, la caméra peut poser quelques soucis lors de vos esquives ou de vos combos, car cette dernière se bloque dans un pilier. Je vous rassure cependant, la caméra ne subit aucun problème en temps normal, elle gère juste mal les endroits contigus.

Des subtilités pour renouveler le genre

Berserk and the Band of the Hawk est un musou. Pour les joueurs ne connaissant pas les licences Dynasty Warriors, ce type de jeu est un hack & slash tactique, vous êtes face à une multitude d’ennemis, aidés par vos alliés, le but étant de résoudre de petites missions. Vous devrez sauver des villageois, tuer des généraux, détruire des catapultes, escorter ou protéger des alliés et tout cela en tuant des centaines et des centaines d’ennemis de tout type. Berserk and the Band of the Hawk n’apporte rien au genre, sauf de la violence, beaucoup de violence, vous traverserez la carte avec votre grosse épée et vous découperez des membres par centaines et vous ferez gicler le sang par litres. Au niveau gameplay, tout est basé sur la violence de Guts et son envie de faire des tueries de masse. Lorsque vous tuerez des ennemis, une barre violette se chargera, une fois remplie et déclenchée, vous entrerez en mode rage, vous donnant une amélioration de force et surtout le fait de faire un carnage dans les groupes d’ennemis. Ce mode vous servira surtout à charger un coup spécial identifiable par une barre jaune sur le côté de votre interface. Cette attaque, une fois chargée et déclenchée, fera d’énormes dégâts, ce qui est très utile face à des boss ou des généraux. Il est à noter que votre barre de rage monte en niveau et à chaque fois, votre bonus de force sera plus conséquent, ce qui vous oblige à l’utiliser comme bon vous semble dès que cette dernière est disponible. La rage de Guts prend toute son ampleur lors de ce mode rage et nous retrouvons le personnage sanguinaire du manga. Ne nous le cachons pas, le style de jeu prête à une répétitivité du gameplay, ce qui peut lasser assez vite. Je vous recommande d’ailleurs de faire de petites sessions de jeu afin de ne pas vous dégoûter du titre d’Omega Force. Afin de varier les plaisirs, vous pourrez toujours refaire les missions en mode libre en incarnant un autre personnage parmi les 8 proposés entre Griffith, Casca et bien d’autres, chacun ayant son panel d’attaques, ses faiblesses et ses forces. Lors de la campagne principale, vous aurez des objectifs cachés portant le nom de Behelits, ces derniers débloqueront une case sur plusieurs images après la mission. Il sera également possible de débloquer ces Béhelits dans le mode de jeu libre.

Perdu dans les ténèbres

Un mode de jeu spécial appelé Endless Eclipse fait son apparition dans Berserk and the Band of the Hawk, ce dernier est un mode survie vous plongeant dans un monde cauchemardesque sous la forme d’une tour où il faudra vous frayez un chemin parmi les monstres pour atteindre le centième et ultime étage. Ce qui rend ce mode intéressant, c’est que si vous périssez ou que vous quittez la partie, vous recommencez tout depuis le début, une sorte de die and retry en sorte. Vous devrez donc choisir un personnage et une mission à accomplir, et direction les 5 premiers étages, une fois arrivés à destination, il faudra se restaurer et gérer son équipement pour survivre lors des 5 prochains étages, et ainsi de suite. Au fil de votre progression, vous débloquerez des montures et des tenues pour vos personnages. Bien que le level design n’innove pas, l’endless mode est une très bonne idée pour mettre en place l’intrigue principale du manga à savoir l’éclipse.

Des idées issus des anciennes productions

La force des jeux estampillés Omega Force vient du fait que le développeur prend le meilleur de ces derniers titres pour en créer de nouveaux. On retrouve ainsi un jeu très fidèle à son œuvre d’origine, des combats jouissifs, une progression de notre personnage ainsi qu’un système d’équipement et d’amélioration déjà présent dans AOT : Wings of Freedom. Lorsque vous tuerez des généraux ou des créatures championnes, vous gagnerez de l’équipement. Ce dernier se divise en 3 caractéristiques : force, défense et technique, mais aussi en compétence telle que l’augmentation de vos dégâts normaux, de vos dégâts infligés aux ennemis aériens, de vos points de vies, des dégâts de votre technique, du temps de rechargement de vos outils et pleins d’autres. Afin d’améliorer votre équipement, vous aurez deux possibilités, soit le fusionner à des pierres précieuses, soit en le fusionnant à d’autres équipements.

Une technique irréprochable

Au point de vue technique, Berserk and the Band of the Hawk n’est pas un chef d’œuvre graphique, car son développement s’est fait sur PlayStation 4, PlayStation VITA, PlayStation 3 et PC, le jeu souffre donc du développement sur une console de l’ancienne génération. Mais n’ayez crainte, car Berserk and the Band of the Hawk vous propose un moteur graphique en cell-shading très agréable à l’ œil qui retranscrit parfaitement l’univers du manga. La bande-son quant à elle fait vivre au joueur le côté médiéval du titre, mais surtout son côté bourrin grâce a des musiques d’ambiance très réussies.

En conclusion, Berserk and the Band of the Hawk est une bonne adaptation des aventures de Guts grâce à un suivi fidèle de l’œuvre originale. Avec son gameplay sanglant et addictif, le jeu vous tiendra en haleine plusieurs heures malgré une répétitivité due à son genre, le musou. Il ravira aussi bien les fans du manga que les néophytes, on regrettera fortement que le jeu ne soit pas doté de sous-titres français permettant de mieux comprendre les subtilités de l’univers de Berserk.

Les notes de la redaction
Les points positifs
  • Adaptation fidèle à l’œuvre originale
  • Jeu fluide avec peu de soucis techniques
  • Combats de boss épiques
  • Nombreux personnage du manga jouable
Les points negatifs
  • Graphismes dépassés
  • Censure
  • Les sous-titres en anglais

Une réponse à “Berserk and the Band of the Hawk

  1. Bon bon bon. Merci pour cette chronique détaillée mais je pense que je vais passer mon tour.
    J’ai toujours pas fini le manga et je t’avoue que l’idée de me faire spoiler m’enchante moyen…
    Pourtant le endless mode cauchemardesque est super tentant… et jouer casca…

    Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *