Xenoblade Chronicles : Definitive Edition

Xenoblade Chronicles: Definitive Edition est un RPG développé par Monolith Software et édité par Nintendo, sorti le 29 mai 2020 sur Nintendo Switch. Voyons ce que vaut ce remake du jeu initialement sorti sur Nintendo Wii en juin 2010.

Histoire

Le jeu débute avec une grande bataille opposant deux Titans, Bionis et Mekonis. Ces derniers s’entretuent et se figent pour l’éternité, devenant un lieu de vie pour diverses espèces, dont les Homz (sur Bionis) et les Mekons (sur Mekonis). Ces deux peuples s’opposent depuis toujours. Lors de la bataille de la Vallée de l’Epée, Dunban met fin au conflit en utilisant l’épée mythique Monado.

Un an plus tard, le jeu vous met enfin entre les mains le héros de Xenoblade : Shulk, un jeune homme débrouillard et curieux, cherchant diverses pièces pour fabriquer ou réparer des choses pour sa ville, la Station 9, et cherchant à percer les secrets de Monado. Suite à une attaque surprise des Mekons sur la station, il va partir en quête de vengeance avec l’épée légendaire, dont il s’avère être capable de maîtriser.

Xenoblade Chronicles est un RPG sorti tout d’abord sur Nintendo Wii en 2010 (2011 dans nos contrées). Le jeu avait été un succès, à tel point qu’une version spécialement taillée pour la new3DS sortira en 2015. Celle-ci permettait enfin de jouer au jeu de façon mobile, mais réduisait de fait considérablement la qualité des graphismes. Cependant, cela restait tout à fait honorable sur le petit écran de la console. Shulk a également eu l’honneur d’intégrer le roster de Smash Bros à partir des versions Wii U / 3DS.

En septembre 2019, Nintendo annonce un remaster du jeu, fait à partir de la version Wii, et ajoutant un arc narratif et de nouvelles zones au jeu, zones qui étaient déjà présentes à l’époque mais non finalisées et inaccessibles sans triche : la Definitive Edition.

Gameplay

Xenoblade est un Action-RPG, mais son système de combat est assez particulier. Mais commençons d’abord par l’exploration. Le jeu propose de vastes zones à explorer, demandant beaucoup de temps à parcourir. Vous pourrez sauter et aussi escalader certains murs (représentés via une icône de deux flèches). Vous aurez la possibilité de vous téléporter à certains points via la map (accessible avec le bouton Y) après les avoir déjà visités, ce qui accélèrera grandement vos déplacements, et aussi d’activer un mode de course automatique, où le personnage ira tout droit sans que l’on appuie sur la moindre touche jusqu’à ce qu’on arrête. Vous rencontrerez bien évidemment divers monstres, mais vous trouverez aussi des objets, visibles sous la forme de petites boules lumineuses bleues ou rouges (ces dernières sont des objets de quête importants). Vous pourrez également rencontrer des ennemis beaucoup plus forts que vous, y compris dans les premières zones, et des monstres nommés, plus forts que les autres, vous mettant au défi et vous permettant de gagner des points sociaux et des objets uniques.

Vous aurez la possibilité de remplir les pages d’une encyclopédie afin de gagner des objets bonus pouvant grandement vous aider au combat. Pour cela, il suffira de récolter les points bleus dans les environnements et de les utiliser dans l’encyclopédie. Vous obtiendrez une récompense pour chaque ligne terminée puis une de plus lorsque la page entière est finie.

Dans Xenoblade, il y a un cycle jour/nuit. Celui-ci permet de rencontrer des gens et des ennemis différents. Certaines quêtes ne seront par exemple réalisables que la nuit car vous devrez tuer un monstre unique n’apparaissant que la nuit ou le PNJ (personnage non joueur) n’est disponible que le matin. L’heure est indiquée en permanence dans l’IHM, en plus d’avoir de gros messages indiquant le passage du jour à la nuit et inversement. Chose intéressante : il est possible de changer l’heure à celle que l’on désire via le menu dédié, permettant de ne pas avoir à attendre inutilement pour continuer les quêtes.

Je parlais tout à l’heure de points sociaux. L’aspect social est très développé dans le jeu. En effet, vous aurez accès dans le menu au sociogramme, un outil recensant tous les PNJ nommés avec des informations sur eux, sur ce qu’ils aiment, n’aiment pas, ou peuvent échanger via le troc. Au fur et à mesure de l’avancée des quêtes, vous gagnerez en popularité, débloquant de nouvelles quêtes, mais vous pourrez aussi résoudre des conflits entre les habitants (représentés par des liens et des émotes). Enfin, vous pourrez aussi renforcer les liens des membres de votre équipe afin qu’ils soient plus performants ensemble au combat et qu’ils interagissent plus pendant certains dialogues. Les objets que vous trouvez vous serviront à faire du troc avec les PNJ, permettant d’acquérir parfois des objets très intéressants, mais aussi d’offrir des cadeaux de la part d’un membre de votre équipe à un autre pour augmenter leur affinité plus rapidement.

Passons aux combats. Lors des phases d’exploration, vous trouverez de nombreux monstres. Certains ne vous attaqueront pas en vous voyant, mais d’autres oui. Ils auront une icône d’œil sur eux et vous attaqueront à vue. D’autres attaquent s’ils vous entendent. Vous pourrez engager un combat avec n’importe quel monstre en le visant avec les touches L et R (permettant aussi de passer d’un monstre à l’autre) puis en sélectionnant une attaque. À noter que si l’icône du monstre est rouge, c’est qu’il vaut mieux ne pas l’attaquer tout de suite, il est probablement trop fort. En sélectionnant un monstre, une barre apparaît avec son niveau, libre à vous d’attaquer avec la palette d’action disponible en bas de l’écran ou d’annuler en appuyant sur B.

Si le jeu est un Action-RPG, on ne dirige pas directement toutes les attaques. En effet, les membres de votre équipe effectuent d’eux-mêmes les attaques de base, les auto-attaques. Celles-ci font monter une jauge permettant de lancer un Art spécial, une compétence très puissante. Vous aurez aussi d’autres arts à utiliser, mais ceux-ci empêchent de faire des auto-attaques et donc de faire monter la jauge d’art spécial. Il faudra donc bien timer tout ça. Autre point, Shulk utilise Monado. Les arts de celle-ci se trouvent à la place de l’art spécial et sont utilisables eux aussi lorsque la jauge d’auto-attaque est pleine. En sélectionnant l’icône de Monado, vous changerez la palette d’action par celle de l’épée et pourrez choisir une des possibilités.

Vous ne pourrez utiliser que le meneur du groupe en combat, les autres personnages seront gérés par l’IA. Cependant, vous pourrez leur donner des ordres via la touche ZR + flèche haut, droite ou bas. Vous aurez également l’occasion d’encourager un allié ou de le prévenir de l’arrivée imminente d’une attaque pour qu’il utilise l’art approprié en vous approchant de lui et en appuyant sur B. Vous aurez aussi accès à un système d’enchainements (lorsque la jauge de formation est remplie, en haut à gauche de l’écran) ou à la fuite en utilisant les flèches haut et bas sur la compétence principale de la palette d’actions (au centre). Vous aurez aussi des chances d’obtenir des liens d’engagement et des liens spontanés, se manifestant par un gros cercle bleu avec un B dedans. Il faudra appuyer sur le bouton B au bon moment afin de renforcer l’entente entre les membres et remplir la jauge de formation.

Au fil des combats, vous obtiendrez des PC et des PA. Les premiers servent à apprendre de nouvelles compétences, passives ou actives. Celles-ci peuvent aussi être partagées avec les autres personnages une fois qu’elles sont maitrisées. Les PA servent à augmenter le niveau des arts. Ainsi, à chaque amélioration, les arts seront plus puissants, se rechargeront plus vite, auront des effets plus longs… mais le niveau suivant demandera plus de points. De plus, pour avoir accès aux niveaux plus élevés, il vous faudra faire l’acquisition de grimoires dédiés. Le menu des arts vous permettra également de réorganiser ou changer vos actions sur la palette.

Sachez qu’il y a énormément de choses à connaître sur le jeu pour le maîtriser à 100%. Il faut savoir faire tomber les Mekons pour pouvoir leur faire des dégâts, augmenter les stats des personnages avec des gemmes, utiliser les visions de Monado pour changer l’avenir… Le jeu est littéralement truffé de tutoriels pour tout bien expliquer au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire pour ne pas noyer le joueur sous les informations. Cela rend le tout à la fois riche mais aussi complexe, tout en restant agréable à jouer.

Si vous disposez d’une sauvegarde de Xenoblade Chronicles 2, quelle que soit votre avancée dans le jeu, vous aurez la possibilité de commencer le jeu avec un bonus de 100 000 golds, ce qui est loin d’être négligeable et vous permettra de faire le début du jeu plus rapidement, sans avoir à faire beaucoup de ventes pour pouvoir vous acheter de l’équipement.

Technique

Xenoblade Chronicles : Definitive Edition est un très bon remaster. En effet, la différence avec le matériau d’origine saute aux yeux immédiatement. Le travail effectué est de très bonne qualité, les graphismes étant très beaux et les animations très fluides. Les textures ont été améliorées, les modèles refaits, bref, que du bon. On regrettera que la résolution maximum du jeu avec la console dockée soit de seulement 720p mais cela ne gêne en rien le jeu sur TV. On remarquera seulement que l’herbe semble pousser au fur et à mesure que l’on avance, donnant un petit effet assez sympa au final. Le jeu en version mobile ne dépasse quant à lui pas 540p, mais il reste très proche de la version dockée, à quelques effets près.

La magnifique bande son est de retour dans une version elle aussi remasterisée, pour une meilleure qualité audio. On prendra plaisir à écouter les thèmes des différentes zones tout en les parcourant.

Le jeu est disponible avec des textes en version française, comme ses prédécesseurs. Ça ne sera pas de trop pour bien tout saisir aux nombreuses subtilités du titre et à ses tutoriels.

Enfin, les développeurs ont ajouté tout un pan de scénario, avec de nouvelles zones, le tout accessible directement via le menu au début du jeu, option appréciable si vous avez déjà fait le jeu sur Nintendo Wii, bien que ne pas refaire ce chef-d’œuvre serait une erreur.

Pour conclure…

Xenoblade Chronicles : Definitive Edition est un excellent RPG, avec une bonne histoire, des personnages charismatiques, des paysages immenses et beaux et un système de jeu complexe mais maîtrisé et agréable. Il vous faudra de très nombreuses heures de jeu pour en venir à bout, surtout si vous souhaitez découvrir toutes les zones à 100% et faire toutes les quêtes annexes. Il est disponible en version cartouche et sur l’eshop pour 59,99€, et chez notre partenaire Instant-Gaming en version digitale pour 47,99€. Attention tout de même, la version dématérialisée vous demandera tout de même 13,7 Go d’espace disponible.

La  note  de la  rédaction

5/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Excellent remaster

Un bon scénario

Une bande-son au top

Un système de combat complet et agréable

Un scénario supplémentaire pour compléter le jeu

Les points négatifs

Résolution un peu faible par moments

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Enregistrer