Articles a la une

Derniers commentaires
test

Undertale

Undertale est un jeu indépendant sorti le 15 septembre 2015 sur PC.

De nos jours, nombreux sont les joueurs ne jurant que par des graphismes ultra haute définition et cela en mettant de côté le gameplay. Undertale est la preuve qu’un jeu n’a pas besoin de graphismes poussés pour transporter le joueur au sein d’un monde dans lequel ce dernier ressortira changé. Le jeu est en anglais (un patch FR est disponible à cette adresse https://undertale-fr.com/download.html à l’heure où j’écris ses lignes), ses graphismes sont en 8 bits, mais toute la magie se fait, car le titre est construit comme un RPG à l’ancienne avec un style épuré.

Un monde magique

L’histoire d’Undertale commence par le récit passé d’une guerre menée entre les humains et les monstres, guerre qui s’est résolue par le bannissement de ces derniers dans un sous-terrain. Notre protagoniste lors d’une balade tombe dans un trou et se réveille sur un parterre de fleurs où un personnage vient à sa rencontre. Je m’arrêterais là, car ce qui fait la magie du titre est avant tout le scénario que nous offre le titre de Toby Fox, avec sa trame narrative, mais surtout ses twists permettant de garder le joueur en haleine afin de ne pas proposer un scénario télescopé. Mais ce n’est pas tout, en effet Undertale permet au joueur de suivre 3 route en la qualité de neutre, pacifiste ou génocide.

Un combat interne, celui du cœur

Dans le monde des monstres, vous êtes un intrus précieux, car votre âme sera très prisée par les nombreux PNJ qui n’hésiteront pas à vous piéger. C’est là que la route que vous allez emprunter va se dessiner, si vous décidez de tuer quiconque s’en prendra à vous, vous dessinerez la route génocide, si par contre, vous décidez d’épargner et de pardonner à vos assaillants, vous dessinerez la route pacifiste. N’ayez crainte, le fait d’épargner les monstres est très drôle, car vous devrez trouver le moyen de leur pardonner. Par exemple, à un certain moment un chien vous attaquera, si vous le caresser, il devient tout fou et remue la queue, car il sera content qu’on le grattouille, bien d’autres actions comme danser, se rouler dans la boue, draguer, parler… viendront compléter l’action contextuelle permettant de faire abandonner l’ennemi. Certes mener un combat pacifiquement ne vous rapportera pas de points d’EXP mais les créatures ainsi que le jeu se souviendront au moment opportun. Les attaques ennemies se déroulent comme des mini-jeux, vous contrôlez votre âme, sous la forme d’un petit cœur rouge, et il faudra éviter les attaques ennemies. Plusieurs variantes de gameplay viendront s’implémenter par la suite afin de toujours surprendre le joueur comme un changement de gravité, le fait de ne pas bouger, pouvoir sauter, inverser les commandes, ainsi que plein d’autres choses.

Plus qu’un jeu, un modèle

Undertale est un jeu riche de par son scénario, mais aussi par ses personnages très travaillés, ses derniers sont attachants et deviennent des personnages intégrants du lore car ses derniers interviendront tout au long de l’histoire. Le jeu possède une écriture et une trame de fond exceptionnelle, du loin que je me souvienne, je n’ai retrouvé cette richesse d’écriture que dans les vieux RPG de ma S-NES. Bien que le scénario soit sérieux, Undertale sera capable de vous expliquer maintes et maintes fois la même mécanique utilisant donc le comique de répétition. Il met en l’air les conventions établies en matière de RPG pour les refaire à sa sauce et ça marche. Le jeu est profond, les personnages sont attachants et la finalité se résume à verser une larme, car notre aventure est terminée.

En conclusion, Undertale est pour moi bien plus qu’un bon jeu, c’est un modèle. La trame scénaristique est divinement bien écrite, car ses rebondissements ne laissent jamais le joueur en haleine, ses nombreux personnages apportent quelque chose au jeu, ils ne sont pas là pour faire de la figuration, chacun à son caractère, ses idées et c’est un réel bonheur de les rencontrés. Les graphismes 8 bits du titre peuvent laissés les joueurs perplexes ou encore les faire fuir, car le titre est sorti en 2015 et pourtant ce jeu indépendant mérite une grande attention, car il réunit un scénario en béton, un gameplay novateur avec les mini-jeux en combats, les différentes routes à emprunter, les différentes fins possibles, des personnages drôles et attachants, des boss charismatiques et une bande-son de magnifiques. Je pourrais parler pendant des heures de ce chef-d’œuvre, mais je me risquerais à vous spoil. Si vous n’avez pas encore posé vos mains sur ce magnifique jeu, je vous le conseille fortement, vous ne serez pas déçus.

Les notes de la redaction
Les points positifs
  • Un scénario travaillé
  • Des personnages attachants
  • Un lore immense
  • Encore beaucoup de mystères autour de certains points
  • L’humour omniprésent
  • Rejouabilité
  • Gameplay novateur
Les points negatifs
  • Un bon niveau d’anglais requis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *