The Great Ace Attorney Chronicles

The Great Ace Attorney Chronicles est une compilation des deux jeux The Great Ace Attorney sortis sur 3DS en 2015 et 2017 exclusivement au Japon. Les spin-off de la célèbre série de visual novels débarquent ainsi pour la première fois en Occident sur Switch, PC et PS4. Ce test ne contiendra aucun spoiler car c’est vraiment la découverte de chaque affaire et de ses tenants et aboutissants qui en vaut la peine !

Bienvenue à Londres, centre du monde Victorien

Cinq longues années ont passé à espérer que Capcom exporte enfin les jeux The Great Ace Attorney dans nos contrées. Ces spin-off ont pris leur temps pour arriver chez nous pour de multiples raisons, plus ou moins explicitées par l’éditeur avec les années. De l’utilisation du personnage de Sherlock Holmes (renommé habilement Herlock Sholmes, en hommage à Arsène Lupin contre Herlock Sholmès de Maurice Leblanc) très encadré par ses ayants-droits actuels, et sans parler des risques de localiser une série de jeux dont les ventes sont largement en deçà des attentes en Occident, il est cependant bon de retrouver l’univers Ace Attorney en 2021 avec deux jeux reconnus par les fans comme parmi les meilleurs de la série. Ces derniers se déroulent à l’époque de la pleine puissance de l’empire colonial britannique et suivent les péripéties de Ryunosuke Naruhodo, l’ancêtre japonais du légendaire Phoenix Wright (Ryuichi Naruhodo en VO), envoyé en voyage d’études du système judiciaire britannique accompagné de son assistante Susato Mikotoba. Entre complots politiques entremêlant la Grande Bretagne et son nouvel allié le Japon au système judiciaire balbutiant et revisite enjouée de certaines affaires du légendaire Hol… Sholmes pardon, The Great Ace Attorney Adventures et The Great Ace Attorney 2 Resolve profitent grandement d’être réunis dans la même collection tant les deux jeux se dévorent dos-à-dos comme deux excellents bouquins.

Des visual novels toujours plus visuels

Comparaison tout à fait pertinente, puisque la série Ace Attorney fait partie du genre des visual novels. Ces jeux mettent au cœur de leur gameplay la découverte de leur intrigue en y ajoutant musiques et visuels de qualité. Et autant la qualité des bandes son des Ace Attorney a toujours été au rendez-vous, autant la véritable star de ces spin-off est l’utilisation d’environnements entièrement en 3D pour créer des scènes beaucoup plus vivantes que “personnage A nous regarde droit dans les yeux pendant que quelque chose se passe en arrière-plan”. Ainsi, si Sholmes est suspendu à un crochet dans une cabine de bateau, pas besoin de nous le dire dans le texte ou de faire un dessin spécial pour la scène : simplement tourner la caméra dans la pièce nous permettra de le constater par nous-même. Les angles restent évidemment limités, mais les différentes scénettes présentes au fil de l’aventure rendent la narration toujours plus qualitative. De Baker Street à l’intérieur d’un mont-de-piété, de nombreux indices se révéleront ainsi en explorant chaque recoin pendant les phases d’enquêtes, constituant habituellement la moitié de chaque affaire de chaque jeu, sauf exceptions. Au joueur de trouver à qui parler, quoi investiguer et comment utiliser ces informations pour construire un dossier solide pour son client.

L’audience est ouverte

Client qu’il faudra ensuite défendre au cours des traditionnelles phases de procès qui ont fait la renommée de la série Ace Attorney ! Avocat débutant tout juste lâché dans la plus prestigieuse cour de justice britannique, Ryunosuke aura besoin de notre aide pour démêler parjures et contradictions face à des témoins toujours hauts en couleurs, bien qu’un peu moins extravagants que ce que la série principale a pu nous présenter à ce jour. Contrairement à cette dernière également, il ne sera pas rare que plusieurs témoins soient appelés à la barre en même temps, ce qui permet notamment de faire pression sur certaines déclarations de l’un d’entre eux en tournant l’attention de Ryunosuke sur la personne réagissant étrangement aux dernières paroles prononcées. Du reste, le gameplay principal de ces phases reste de glaner le plus d’informations possibles lors des contre-interrogatoires afin d’essayer d’exposer des contradictions dans les témoignages via les différentes preuves accumulées. Preuves dont la majorité peuvent être inspectées sous toutes les coutures en 3D, révélant parfois des informations cruciales ! Face à notre futur as des avocats se trouve le sinistre Barok van Zieks au bureau du procureur, dont le surnom de Faucheur du Old Bailey donne le ton. Absent de la cour pendant des années, sa réapparition soudaine et son obsession pour Ryunosuke (ainsi que son ton ouvertement dédaigneux à l’égard des japonais) sera un des mystères explorés au fil des deux jeux. Autre nouveauté dans les phases procès, un système de jurés, qui passent leur jugement en parallèle de celui du juge, et qu’il faudra convaincre de l’innocence de notre client. Lord van Zieks étant de nature très persuasive, il ne sera pas rare que les jurés votent tous coupable prématurément, menaçant de terminer le procès… Ryunosuke devra alors faire appel à un droit antique de la loi britannique, l’examen de synthèse, pour entendre les conclusions des jurés et essayer de les dresser les uns contre les autres afin de les convaincre de réviser leur jugement et de poursuivre le procès. Impossible de présenter de preuve pendant ces phases, il faudra donc être très observateur pour savoir jouer sur la corde sensible du jury, donnant lieu à une approche un peu différente mais rafraichissante.

Vous devriez lire aussi  Harry Potter - Hogwarts Mystery

Élémentaire, mon cher Wilson

Les phases de procès ne sont pas les seules à profiter de nouvelles idées pour autant ! Au cours des phases d’enquêtes, le grand détective Herlock Sholmes nous graciera par moments de son aide pour ce qu’il appelle sa “Danse de Déduction”, une procédure consistant en un véritable show avec projecteurs et mise en scène dramatique au cours de laquelle Sholmes met à contribution ses talents d’observation et de déduction pour inciter des témoins suspects à confesser la vérité. Seulement, pour un détective renommé, ses déductions sont souvent très égarées… à Ryunosuke de lui donner de petites corrections, en inspectant le témoin lui-même ou la zone vers laquelle son regard s’est évadé au cours du questionnement du détective. L’occasion de varier un peu le gameplay des phases d’enquête qui étaient souvent la partie faible de la série principale, même si ces Danses de Déduction sont rarement bien corsées, au même titre que le reste du jeu d’ailleurs. Je ne suis jamais restée bloquée très longtemps, et la fonction d’historique de ce qui s’est dit, accessible à tout moment, est un excellent filet de sauvetage en cas de trou de mémoire. Une fonction de déroulement automatique du dialogue est également disponible, accompagnée d’un mode histoire qui résout les choix de dialogues et les procès automatiquement pour ceux qui souhaiteraient juste profiter de l’intrigue sans se prendre la tête.

Un instant !

The Great Ace Attorney Chronicles propose un contenu monstre, avec dix affaires en tout et des options d’accessibilité pour permettre aux habitués comme aux néophytes de profiter de ces incroyables spin-off. Les jeux permettent même de passer des voix anglaises aux voix japonaises sans accroc… mais il faudra être adepte de la langue de Shakespeare, puisque seul l’anglais est proposé comme langue pour les textes du jeu. Vous l’aurez compris, on a ici affaire à des jeux reposant complètement sur leur narration, et donc sur leurs textes, avec dans certains cas du vernaculaire britannique un peu poussé. Difficile donc de profiter des jeux si vous n’êtes pas confiant en votre anglais, et c’est bien dommage ! D’autant plus que la série est connue pour ses calembours de qualité. J’espère qu’à l’instar de la série Yakuza ou encore de Persona 5, un succès commercial de The Great Ace Attorney Chronicles assurera une traduction française des potentiels prochains opus de la série !

The Great Ace Attorney Chronicles
Pour conclure…

The Great Ace Attorney Chronicles est un excellent moyen de découvrir la licence Ace Attorney si vous avez toujours voulu y jeter un œil, et la meilleure manière d’enfin profiter de ces deux jeux après tant d’années pour les fans patients. Avis aux amateurs d’intrigues policières, vous en aurez pour votre argent !

La  note  de la  rédaction

5/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

– Deux des meilleurs Ace Attorney enfin disponibles en Occident

– Un scénario captivant et marquant

– Bourré de petites références pour les fans

– Un casting attachant mêlant personnages historiques et fictionnels

Les points négatifs

– Les indices sont parfois trop subtils

– Pas de traduction en français

Dans le même genre

Laisser un commentaire