Metro Exodus

Metro Exodus est un FPS disponible sur PlayStation 4, Xbox One et PC. Le titre est développé par 4A Games et édité par Deep Silver.

Un jeu qui se suffit à lui même

Metro Exodus se déroule en 2036 et fait suite au roman Metro 2035. Je vous rassure, il n’est pas nécessaire d’avoir lu le livre pour comprendre l’intrigue du jeu. Les romans sont là pour étoffer le lore de la licence, c’est donc un petit plus si ce dernier vous intéresse, mais la lecture de ces romans n’est en rien obligatoire. Néanmoins, notons que Metro Exodus fait suite à Metro: Last Light, mais qui n’est pas indispensable à la compréhension de l’histoire d’Exodus. Je vous conseille cependant de le faire ainsi que Metro 2033 qui précède Metro : Last Light afin d’avoir plus d’informations sur le lore.

Metro Exodus

Un titre cinématographique

La première chose que l’on remarque, c’est que la mise en scène de Metro Exodus est très cinématographique. Les personnages, les jeux de lumière ainsi que les environnements du jeu sont très immersifs. Le jeu est plein de petits détails, ce qui montre un travail minutieux concernant les graphismes du titre, mais aussi sa volonté de plonger le joueur dans un environnement dans lequel il puisse se sentir impliqué. L’atmosphère issue du titre est loin d’être joyeuse, bien au contraire, elle est viscérale, sombre, lugubre. Le titre est bien entendu à ne pas mettre dans toutes les mains, surtout celles des plus jeunes. Cette atmosphère sombre attire le joueur et le pousse à aller plus loin dans l’aventure.

Un niveau de détail inégalé

Nous sommes en plein boom des open world, tous les titres misent sur cette mécanique de jeu pour offrir une expérience libre aux joueurs. Metro Exodus n’est pas de cet avis. Il n’est pas un open world comme nous l’entendons pour un Ghost Recon Wildlands ou The Witcher III. Le titre est un jeu à zone semi-ouverte. Pour faire simple, le jeu fonctionne par zones qui sont assez grandes pour donner au joueur un sentiment de liberté d’action.

Ce qui fait la magie de Metro Exodus, outre ses magnifiques graphismes, c’est la précision apportée au détail du jeu : par exemple, si vous ne nettoyez pas votre arme via un établi, celle-ci risque de s’enrailler à un moment critique. Vous passerez donc beaucoup de temps à prendre soin de votre équipement (Masque à Gaz, Arme à Feu, etc.) ainsi qu’à fabriquer des balles ou des medipack grâce à vos ressources récupérées à travers votre voyage. Parfois, vous tomberez sur un roman Metro 2035, votre personnage dépliera une carte quand vous voudrez la consulter (vous n’aurez pas un menu fixe qui fige le temps). Le jeu se veut réaliste et les développeurs ont apporté énormément de détails pour qu’il le soit.

Devenir le héros

La mécanique qui fait que l’on prend plaisir à parcourir un jeu est le fait que l’on puisse s’identifier au héros et donc s’immerger au sein du titre, ce que Metro Exodus fait excellemment bien. Son cycle jour/nuit permet de vivre les choses différemment comme ce fut déjà le cas dans Dying Light. En effet, la nuit, les monstres deviennent plus agressifs et ont tendance à sortir en horde tandis que les humains sont moins attentifs à cause de l’obscurité. Inversement, le jour, les monstres se cachent et sont donc moins nombreux tandis que les humains patrouillent de manière plus attentive. Ce double gameplay en fonction du temps est une très bonne chose, car elle vous permet d’arpenter le jeu différemment. De plus, Metro Exodus nous fait parcourir différentes zones de Russie et donc plusieurs environnements différents ce qui introduit de nouvelles créatures. Encore une fois, beaucoup de travail a été apporté à la gestion de l’environnement pour que le joueur se sente impliqué dans le titre.

Metro Exodus

Lire aussi : The Division 2

Des points noirs au tableau

Metro Exodus est un très bon titre, à n’en pas douter, mais quelques soucis viennent tout de même entacher le tableau. On regrettera qu’Artyom reste muet pendant les dialogues ce qui aurait renforcé l’immersion comme dans The Witcher III. Pourtant, notre héros possède bien un doublage que l’on entendra durant les chargements où il résume son aventure. On notera également que l’intelligence artificielle laisse à désirer. Cela est contrebalancé par le fait que notre personnage est humain et qu’il peut donc mourir vite, mais les ennemis ont beaucoup de mal. Ils réagissent tardivement, n’ont aucune logique vis-à-vis de vos déplacements et peuvent facilement être tués si vous êtes un minimum discret.

Metro Exodus

Le point technique de Metro Exodus

Graphiquement parlant, Metro Exodus est somptueux. Les textures ainsi que les éclairages sont d’une grande finesse et vraiment très agréables à l’oeil. Rappelons que la version PC du titre profite du RTX si toutefois vous avez une carte graphique Nvidia 20XX. Cette option appelée « Ray Tracing » permet de simuler le comportement physique de la lumière afin d’offrir un rendu en temps réel comme au cinéma. Vous pourrez également profiter du DLSS (Deep Learning Super Sampling), pour faire simple, l’affichage des textures se fait 2x plus rapidement et de manière plus nette qu’avec un antialiasing. Les versions consoles n’ont pas à rougir, elles possèdent des graphismes très beaux, une bonne qualité de textures et d’éclairage. Notons que dans certaines zones un peu chargées, le framerate a tendance à ralentir, mais rien de bien méchant, je vous rassure.

Metro Exodus

En conclusion, Metro Exodus est un excellent jeu qui est plaisant à faire. Grâce à une réalisation digne du cinéma et un amour porté aux détails, vous passerez de très bonnes heures sans jamais vous ennuyer. Techniquement bon sur console, le titre est avant tout une vitrine technologique sur PC grâce à l’utilisation du DLSS et du Ray Tracing. Comportant quelques petits défauts, cela ne nuit en rien à cette excellente aventure qu’offre Metro Exodus.

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Techniquement au top

Graphiquement somptueux

Très bonne écriture

Un scénario immersif

Rempli de détails

Un background riche

Le système de craft

La mise en scène digne du cinéma

Les points négatifs

Une IA aux fraises

Dans le même genre

Laisser un commentaire