Articles a la une

Derniers commentaires
test

God Eater 3

God Eater 3 est un Action-RPG développé par Marvelous et édité par Bandai Namco et sorti sur Playstation 4 et PC le 8 février 2019 et sur Nintendo Switch le 12 juillet 2019.

Merci à Vautour013 pour ce test ! Vous pouvez le retrouver sur sa chaîne YouTube ainsi que sur sa page Facebook !

Histoire

Le jeu prend place dans un monde post-apocalyptique plutôt sombre puisque l’humanité est au bord de l’extinction. La planète est dévastée par un mal mystérieux appelé “Terres de cendre”, composé d’un brouillard souvent invisible à l’œil nu mais transformant tout ce qu’il touche en cendre.

C’est dans ce contexte que nous retrouvons notre héros et ses amis, des God Eater Adaptatifs (GEA). Les God Eaters sont des guerriers capables de manier les armes divines afin d’affronter les Aragamis, des créatures devenues les ennemis de l’humanité. Les GEA sont plus résistants et peuvent survivre plus longtemps dans les terres de cendre.

Tout commence dans le fort Amaryllis, les GEA sont traités comme des moins que rien, et doivent enchaîner les missions afin de tuer des Aragamis. Au début du jeu, vous venez de subir l’opération faisant de vous un GEA et devez réaliser les tests d’aptitudes pour prouver votre valeur.

Le scénario est plutôt dur et sombre, traitant entre autres de la condition et de la dignité humaine, des rapports entre des gens différents par nature (les humains normaux et les GEA).

Gameplay

God Eater est une série d’action-RPG pensée pour être un concurrent à Monster Hunter. Le troisième opus de la série ne déroge pas à la règle, le but sera, à partir d’une base servant de hub, de réaliser des missions visant à sécuriser une zone ou détruite une cible, dans tous les cas il faudra tabasser du monstre dans des zones bien définies.

Pour cela, vous aurez à votre disposition une arme divine, comprenez une arme corps-à-corps pouvant se transformer en très gros flingue. Vous aurez le choix entre plusieurs types d’armes différentes (8 au CàC, comme les lames, les lances, les marteaux…, 4 pour les fusils, comme le fusil d’assaut, le sniper…) et un bouclier (trois types : rondache, bouclier, pavois). Au fil de l’aventure, vous trouverez des plans pour fabriquer de nouvelles armes plus puissantes ou améliorer celle que vous utilisez et, pour cela, vous aurez aussi besoin de matériaux bien précis (trouvables sur les monstres et sur la zone de combat).

Chaque type d’arme CàC dispose d’attaques différentes, de trois types : sol, aérien et progressif (soit les touches Y, sol et en saut, et X). Ces attaques gagnent en niveau à force d’utilisation et en débloquent d’autres. Après un moment de l’histoire, vous pourrez également leur ajouter un effet ADS, un bonus d’attaque. Les fusils s’équipent de balles, que l’on peut créer de A à Z afin de donner des effets bien précis. Et le bouclier sert à se défendre. Vous serez équipé d’une arme CàC, d’un fusil et d’un bouclier. Sur chacune de ces pièces, vous pourrez sertir une ou plusieurs compétences, qui seront des bonus, que ça soit en puissance d’attaque ou en points de vie du personnage par exemple.

Vous pourrez également choisir un effet de symbiose, qui se déclenchera lorsque celle-ci est prête entre votre personnage et un allié et que vous aurez appuyé sur ZL et ZR en même temps, une amorce d’accélération, qui est un bonus de combo en gros, et une unité de contrôle (qu’il faudra fabriquer), donnant un bonus supplémentaire. Enfin, vous pourrez choisir les habits de votre personnage si vous le souhaitez.

Les missions se jouent avec 1 à 4 personnages, donc vous devrez choisir parfois des alliés. Alliés dont il faudra choisir uniquement les compétences (maximum 4) et les upgrader (activation et amélioration consomment des PC obtenus en fin de mission). Le jeu en ligne vous fera jouer sur des défis avec 7 autres joueurs. Il est également possible de jouer en coop locale sans fil.

Technique

Graphiquement, God Eater 3 est plutôt réussi sur Nintendo Switch. Les graphismes sont fins et pas désagréables, surtout les personnages, même s’il faut leur noter dans les cinématiques une certaine rigidité. Les monstres aussi sont très bien faits. Les décors ne sont pas folichons, la faute à des textures un peu simples, ceci dit, pendant l’action, on n’y prête que peu d’attention et il faut aussi remarquer que le jeu reste fluide, ce qui est important pour ce genre-ci.

Les musiques du jeu sont sympathiques mais ne resteront pas dans les mémoires, elles accompagnent le jeu correctement, alternant les phases calmes (absence de musique) aux phases de combat (musique épique).

God Eater 3 est dispose de textes intégralement traduits en français, et d’un doublage au choix en anglais ou en japonais. La plupart des textes sont lisibles, cependant la taille de la police de caractère s’adapte à la quantité de mots à afficher, ainsi, un dialogue de trois phrases sera beaucoup plus petit et donc difficile à lire, surtout en mode portable.

Le jeu est prévu pour être soutenu sur une longue période car à l’heure où j’écris ce test, la version 2.0 est sortie et apporte de nouveaux scénarios (il faudra au préalable avoir fini l’histoire principale), de nouvelles armes et de nouvelles tenues. La version 2.20 ajoutera entre autres un mode new game + et un jukebox au jeu.

Conclusion

Je m’attendais à avoir un jeu en monde ouvert, j’ai été au premier abord un peu déçu que ça ne soit qu’une succession de missions en environnement restreint. Ceci dit, le format du jeu se prête parfaitement au concept portable de la Nintendo Switch, et je dois avouer que je me suis rapidement pris au jeu.

God Eater 3 est un Action-RPG sympa qui permettra de bien se défouler tout en ayant une histoire intéressante à suivre. Il est disponible sur l’eshop et en version boite à 59,99€, la version numérique vous demandera 11,5 Go, et 1,3Go de plus pour les mises à jour (valable pour la version 2.0.0).

Les notes de la redaction
Les points positifs
  • Un bon défouloir
  • Une histoire intéressante
  • Textes en français
  • Doublage japonais disponible
Les points negatifs
  • Décors pas très folichons
  • Textes parfois trop petits

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *