Scourgebringer

Scourgebringer est un roguelike, développé par Flying Oak Games et édité par Dear Villagers. Le jeu est disponible depuis le 21 Octobre sur PC et Nintendo Switch.

Synopsis

Objectifs & Histoire de Scourgebringer

Dans un monde où il ne reste plus grand chose de l’humanité, vous allez incarner Kyhra, une enfant rescapée à la longue chevelure blanche et équipée d’un sabre (mais pas que…). L’humanité s’est éteinte peu à peu, et ce qu’il en reste sont des enfants aux cheveux blancs formés au combat. Sur Terre, un monolithe s’est abattu parmi le chaos déjà en place. Kyrha décide alors de l’explorer et de tailler en pièce tout ce qu’elle trouvera sur son passage. Ainsi, elle en apprendra un peu plus sur son passé et, peut-être, sauvera-t-elle ce qui peut l’être, ou pas…

Rogue Lite ou Rogue Like ?

Pour la culture des joueurs du dimanche comme moi, si vous ne savez pas ce que signifie “Rogue Lite” ou encore “Rogue Like”, je vous recommande ce très bon article : Rogue-lite VS Rogue-Like. Maintenant que vous savez dans quoi vous mettez les pieds, je vais vous parler de cette pépite qu’est Scourgebringer !

Gameplay de Scourgebringer

Hormis une histoire très sanglante et pas très longue, le jeu est relativement relaxant pour la bourrine que je suis ! L’objectif est plutôt simple : tuer tout ce qui bouge et ne pas se faire tuer. 

Tuer tout ce qui bouge

Pour ce faire, on a pas mal d’éléments à notre disposition. Déjà, le personnage n’a pas 1 mais 2 armes : un sabre et une arme à feu. Vous pouvez changer cette dernière dans les salles avec les marchands. Vous tomberez entre autres sur une mitraillette, un pistolet de précision ou encore un pistolet laser… Le plus important, c’est de pouvoir tirer avec. Mais attention, le marchand n’en propose qu’une seule. Il faut donc trouver le bon marchand et aussi celui qui a la meilleure offre ! Mais je vous en parlerais un peu plus bas ! Ensuite, au niveau des attaques, là aussi c’est assez varié :

Les attaques

  • Taillade : plusieurs coups de sabre enchaînés. Ça, c’est plus bourrin, ça tache…
  • Smash : un bon coup de sabre en forme de demi-cercle. Net, propre et précis…
  • Attaque dash : association d’un coup de sabre et d’un saut. L’attaque sera orientée là où vous positionnez votre curseur. Cette attaque permet aussi de se déplacer dans les salles. C’est un peu l’attaque “Ninja !” du jeu.
  • Tirer : comme je l’évoquais, ça concerne uniquement l’arme à feu, et celle-ci doit se recharger (ou être rechargée, ça dépend du mode de jeu que vous avez choisi).
  • Furie : qui correspond à l’attaque spéciale.

La map & ses multiples salles…

Scourgebringer est composé de plusieurs niveaux, chacun étant un “univers” défini. Chacun d’eux possède plusieurs salles, un peu comme un donjon. D’ailleurs, pour en sortir, vous devrez faire la quasi-totalité des salles afin d’arriver à celle du boss final de l’univers. Si vous vous sentez perdu, sachez qu’une map existe et qu’elle s’active avec la touche “TAB” (pour les joueurs pc). La plupart des salles contiennent des ennemis à affronter mais il existe aussi des moments de répit. Ci-dessous une petite liste des différentes salles que vous pouvez trouver tout au long de votre parcours. Pour les identifier, rien de plus simple, elles n’ont pas la même tête sur la map !

Les salles « tranquilles »…

  • Normale” : elles n’ont pas de pictogramme et contiennent différents mobs. Attention, généralement, il y a au moins deux vagues d’attaques. Et une fois dans la salle, vous ne pouvez pas en sortir avant d’avoir tué tout ce qui bouge.
  • Autel de sang : le sang, c’est l’élément central de l’histoire. Ici, il sert surtout de monnaie, afin de pouvoir acheter des armes, des améliorations ou encore du soin. Et pour ça, vous allez avoir besoin des salles “Marchands”. Les salles de Sang permettent à votre personnage de gagner en puissance et d’améliorer ses compétences. 3 axes vous seront proposés, à vous de faire votre choix. La salle est identifiable grâce au pictogramme en forme de 3 petites gouttes. Je n’arrive pas trop à le décrire… ça peut aussi ressembler à un chaudron avec 3 points au-dessus.
  • Marchand : les salles marchands ne possèdent qu’un pnj qui propose 3 articles différents. Concernant les armes, celle que vous achèterez remplacera automatiquement celle que vous aviez. La salle est identifiable grâce au pictogramme en forme de goutte dessus.

Les salles où tu vas en voir de toutes les couleurs…

  • Mini-boss : ça, c’est juste un petit avant goût de ce qui vous attend une fois que vous aurez fait toutes les autres salles… Généralement, c’est un mob de taille moyenne, un peu long à vaincre. Il ne correspond pas au boss final mais il est coriace lui aussi. Suivant l’univers dans lequel vous vous trouvez, vous en aurez potentiellement plusieurs à tuer. Ils sont positionnés de manière aléatoire, pour identifier les salles de ce type, il y a un pictogramme en forme d’œil dessus.
  • Boss : facile à reconnaître, c’est la seule salle qui est généralement verrouillée si vous n’avez pas tout exploré. Quand vous êtes devant (donc une salle avant), elle contient une énorme porte métallique. Les boss sont différents en fonction de l’univers, et certains ont des attaques bien sympathiques ! Mais ça, je vous laisse le découvrir par vous même 😀
  • Loot” : en son centre, il y a une espèce de triangle métallique. Celui-ci vous propose d’engager le combat… Mais attention ! Là, ce n’est ni une ni deux vagues mais bien plus qui vont vous attaquer ! Mais si vous sortez victorieux, vous aurez plein d’objets et surtout beaucoup de sang !

Enfin, petite particularité et objet planqué. Dans certaines salles, vous allez voir qu’il y a une espèce de tas de ferraille qui traîne dans un coin. Ces tas sont en fait des ordinateurs cassés mais qui renferment des souvenirs du passé. Vous pouvez récupérer les souvenirs et votre petit compagnon de route, Blast32, vous les lira. C’est un minuscule robot volant, un peu comme les spectres dans Destiny, sauf que lui ne parle pas et n’a aucun sens de l’humour.

Les mobs de Scourgebringer

Il y en a plein et de toutes les couleurs, toutes les formes ! La plupart ressemblent à des extraterrestres ou encore des robots. Certains ont aussi l’apparence d’insectes (des vers, des araignées, … des trucs cools quoi…). Et d’autres sont des champignons (pas des cèpes ni des girolles malheureusement). Concernant leurs attaques, là aussi c’est riche. Il y en a qui vous explosent à la figure, d’autres vous tirent dessus (unidirectionnellement, multi-directionnellement….), vous en aurez pour votre argent ! Sachez que dès que vous entrez dans la salle, ils vous détectent, donc pas d’échappatoire ! C’est combattre ou mourir, à vous de choisir !

Design de Scourgebringer

Enfin, parlons du “joli” dans cet univers de l’horreur. Pour conserver cet aspect glauque, les couleurs des univers sont plutôt sombres. Cependant, il y a un petit peps au niveau des mobs et de Kyrha. Ses longs cheveux blancs sont une touche de lumière, tout comme le bleu turquoise de ses attaques de sabre. Personnellement, j’aime beaucoup le rendu, même si on reste sur un jeu en 2D.

Mon avis sur Scourgebringer

C’est une bonne découverte ! Le type de jeu est néanmoins assez répétitif au vu des objectifs et de l’histoire. Je l’ai trouvé cependant un peu court en mode immortel (moins de 3h), mais cela permet tout de même d’en faire le tour assez rapidement. Les gros plus sont :

  • Version PC compatible manettes PlayStation, XBox et Nintendo.
  • Traduit dans plusieurs langues.
  • Très correct en terme de volume : moins de 500Mo.
  • Différents modes de jeu qui permettent d’augmenter la difficulté.

Et en termes de design, l’héroïne est juste canon. Le choix des couleurs et cette immense chevelure blanche, c’est sublime.

Pour conclure…

Ce n’est pas forcément mon style de jeu habituel, mais j’ai su en apprécier le gameplay. J’ai encore de nombreux succès à déverrouiller pour dire que je l’ai fini officiellement, mais il est fun. En termes de prix comme en termes de taille, il est relativement correct. Moins de 20€ (16.99€ si vous voulez de la précision). Encore une fois, je tiens à souligner que c’est une bonne découverte et en plus Made In France !

La  note  de la  rédaction

4/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Design

Dispo en plusieurs langues

Taille

Prix

Plusieurs mode de difficulté

Les points négatifs

Un peu court

Répétitif

Dans le même genre

Laisser un commentaire