Retour sur la Mang’azur 2022

Cette année 2022 signe la reprise des conventions manga et cinéma qui ont été supprimés pendant presque 2 ans suite au coronavirus. Ce qui a rendu triste votre cher rédacteur.

En effet, je profite pendant ses événements de récolter les autographes d’acteurs de second plans lorsque les organisateurs les invitent, mais j’aurais l’occasion de vous en reparler plus en détail plus tard.

Reparti pour une convention de folie

Pour fêter dignement ce retour à une vie normale, ou presque, j’ai décidé de passer la journée au festival Mang’azur qui a eu lieu le weekend de Pâques. Et pour une fois, je n’ai pas eu à faire des centaines de kilomètres pour y assister. En effet, elle se déroulait dans ma ville, Toulon, dans le Var.

Ce festival fête sa 15ème édition cette année et je dois vous avouer que c’était la première fois que j’assistais à cette convention.

Les conventions manga m’intéressent peu en général. Je me retrouve très vite perdu par le nombre de héros de mangas et des univers tous différents les uns des autres.

Mais vu le peu de conventions disponibles près de chez moi, je me suis tout naturellement tourné vers la mang’azur. J’avais tellement envie de retrouver cette ambiance si particulière des conventions où dans un joyeux brouhaha on peut croiser des cosplayeurs ou des cosplayeuses avec leurs costumes plus ou moins réussis.

Petit clin d’œil d’ailleurs à une princesse Padmé en tenue de cérémonie très réussie.

Mais ce qui me manquait le plus, c’est de discuter en anglais quelques minutes avec des acteurs ou actrices lors d’une séance de dédicace.

Chose que je n’ai pas pu faire dans cette convention. Aucun acteur ou actrice n’était présent et les comédiens de doublage n’ont pas attiré mon attention à mon grand regret. Mais revenons à cette Mang’Azur pour vous raconter cette journée.

La convention se déroule au Palais Neptune, le centre des congrès de ma ville. Et vu que je n’avais pas d’impératif horaire, je m’y suis rendu sur le coup des 10h sous un beau soleil.

Après avoir passé une sécurité digne d’un aéroport pour rentrer, je me retrouve dans un espace extérieur où l’on retrouve les traditionnelles bubble tea et de quoi se restaurer. Notamment mon péché mignon : les onigiri. Ce sont de petits losanges à base de riz fourrés avec du thon. Et aussi une découverte pour moi, les gaufres fourrées japonaises en forme de poisson, salées à base de jambon cru ou sucrées à base de haricots rouges.

La culture Japonaise ?

Dans un coin, on retrouve des tentes dédiées à la culture japonaise et sud-coréenne où l’on  peut vous apprendre entre autres les bases du kyudo, une technique de tir à l’arc ancestrale. Le principe consiste à percer une feuille de papier servant de cible avec un minimum de tension musculaire et un maximum d’énergie spirituelle.

Dans une autre tente, une initiation au Taekwondo, l’art martial très connu venu de la Corée du Sud. Et pour finir, une initiation au jeu de GO sorte de jeu d’échecs d’origine chinoise, où je n’ai pas compris les règles, je m’en excuse.

Un petit peu plus loin se trouve une scène avec écran où va se produire dans la journée des groupes locaux de K-Pop et des quizz par l’animateur et ancien de la série Noob : Fred of the dead.

Ça y est, je pénètre à l’intérieur. Une personne habillée en militaire m’accueille au garde à vous, ce qui m’a surpris dans un premier temps. Connaissant le salut militaire, je le fis moi aussi.

Après cette surprise, je me dirigeai vers le stand d’informations pour repérer les lieux et voir les différents emplacements des exposants qui se partagent les trois étages du Palais des Congrès.

Il n’y a pas encore trop de monde et on peut déambuler de manière fluide. J’en profite donc pour aller voir les vendeurs de goodies, le paradis pour tout collectionneur comme moi, où on peut trouver des dizaines de funko pop, des Q-pocket et d’autres types de figurines de toutes les tailles. Et bien sûr à tous les prix.

Envie de craquer ?

Petite surprise, je n’ai pas trouvé de vendeur de katanas et épées, objets qui normalement partent comme des petits pains dans n’importe quelle convention.

Je n’ai pas trouvé non plus l’unique vendeur de fruits secs, vendeur présent dans tous les salons que j’ai effectué les années passées.

Après toute cette flânerie, il était presque midi et c’est l’heure pour votre rédacteur de se restaurer en dégustant des onigiris et des gaufres japonaises. Le tout devant un blind test de Fred of the dead.

En déambulant près de la scène extérieure, je découvre presque caché un stand de réalité virtuelle, où l’on peut, entre autres, piloter une F1 grâce à un casque VR et un fauteuil sur vérins hydrauliques qui transmet les vibrations et autres sensations de conduite.

Dans un autre coin de la pièce, on pouvait tester un gilet qui reproduit tous les impacts plus ou moins fort, notamment la pluie très douce ou un choc plus violent comme une balle.

Stand que je n’ai pas pu tester personnellement, je suis porteur de lunettes et ma vue n’est pas adaptée pour les casques en réalité virtuelle. J’ai la nausée en quelques minutes.

En sortant du stand et en passant devant la scène extérieure, deux groupes locaux de K-Pop, les “bloom’s” et les “wild dolls”, faisaient une démonstration de leur répertoire. Je n’avais jamais vu de concert de K-Pop auparavant et je dois dire que ça bouge pas mal.

Il était pas moins de 14 heures et c’est toujours à peu près à cette heure-là que le nombre de visiteurs atteint un pic. Et c’est là que ça commence à être compliqué de circuler. Amis agoraphobes bonjour.

C’est ce moment que je plébiscite pour aller visiter la partie qu’on appelle communément artist alley, l’espace qui est réservé aux dessinateurs et autres illustrateurs ou illustratrices, avec un talent et un coup de crayon certains.

Mais le problème, c’est que je suis au rez-de-chaussée et qu’il faut que je monte jusqu’au deuxième étage du Palais des Congrès. Et vu que les ascenseurs sont réservés aux handicapés et aux mamans avec poussette, il faut donc faire comme à l’école et prendre l’escalier.

Mais il est déjà fortement encombré par une file d’attente pour un concert officiel d’un groupe très connu de K-Pop, les MCND.

La montée fut laborieuse mais j’arrive quand même au deuxième étage. Dans cet espace, il y a toujours moins de monde et on peut admirer les créations des différents artistes.

Il y en a vraiment pour tous les goûts et styles. Une dessinatrice propose par exemple de vous de faire votre portrait version Ghibli en 15 minutes pour quelques dizaines d’euros. Je me suis laissé tenter et je dois dire que le résultat est parfait.

Je ne manque jamais d’ailleurs d’acheter un ou deux dessins qui m’ont tapé dans l’œil dans ses espaces. Les murs de mon appartement peuvent en témoigner.

Une convention qui est pleine de surprise

Après avoir fait le tour de cet espace, il me reste à découvrir le troisième et dernier étage, qui est dédié au divertissement et aux jeux vidéo.

Un stand Nintendo était présent et on pouvait jouer aux derniers jeux de la Nintendo Switch. Il y avait même un concours de Just Dance et de Mario Kart.

À côté du stand Nintendo, l’association pour l’amitié franco-japonaise vous propose de jouer gratuitement au pachinko, mélange entre une machine à sous et un flipper où le but est que des billes d’acier que vous achetez par verre entier tombent dans le bon réceptacle. Cela vous fait gagner des points qui s’échangent contre des récompenses style peluche ou tout autre objet.

Après avoir essayé, j’ai bien évidemment perdu toutes mes billes et gagné très peu de points. Je me suis rendu au deuxième étage pour assister aux dédicaces des comédiens de doublage et youtubeurs.

On commence par Arthur PESTEL, voix française du personnage d’Edward Elric dans les séries Fullmetal Alchemist et Fullmetal Alchemist Brotherhood, de Shin dans Kingdom et d’Hanji Urabe dans Captain Tsubasa.

A côté de lui, les youtubeuses VERYFRENCHTRIP, passionnées de la Corée du Sud où elles nous font découvrir la culture coréenne grâce à leurs documentaires.

Après y avoir assisté, j’ai effectué un dernier tour dans tous les stands des exposants. On ne sait jamais, j’ai pu passer à côté de quelque chose ou quelqu’un.

Petit tour qui est rendu très difficile par la foule qui est très dense. Nous sommes la fin d’après-midi et le concert de K-Pop des MCND est terminé, donc tout le monde se retrouve dans les allées de la convention. Ça devient très difficile de circuler et la fatigue m’envahit. Je décide donc de partir, très satisfait de cette journée.

Pour conclure…

Pour faire un petit bilan de la journée, je dirais que le palais des Congrès n’est pas un lieu idéal pour ce genre d’événement. Les étages et les escaliers sont un frein à la fluidité de la foule. Mais dans l’ensemble, la journée a été très sympathique et agréable quand même. Je serai probablement présent pour l’édition 2023.

Dans le même genre

Laisser un commentaire