Pixel Piracy

« Pixel Piracy » est un jeu de gestion disponible sur PC, Xbox One et PlayStation 4. Le titre est développé par Vitali Kirpu et édité par Re-Logic.

Je deviendrais le seigneur des pirates

« Pixel Piracy » commence avec la création de son personnage qui sera le capitaine de votre équipe de bras cassés. Ce personnage n’a qu’une seule ambition : devenir le plus grand pirate au monde. Afin de mettre un peu de diversité dans le titre, un système de questions est présent pour mettre en place le monde du jeu en fonction de vos réponses. Ce système est présent pour générer un monde différent à chaque nouvelle partie et ainsi donner de la rejouabilité. Néanmoins, notre capitaine partira d’un point fixe avec un bateau qui ne ressemble pas vraiment à un navire pirate, mais plus à une barque. On ne commence pas la piraterie avec un énorme galion, il faudra franchir les étapes une à une.

Pixel Piracy

Hissez la grand voile

Une fois préparé, vous serez prêt à voguer sur les mers à la recherche de trésors. Chaque déplacement se fait par un petit temps de chargement dans lequel votre équipage mange et gère son moral. Tenter dès le début de faire de grande traversée est tout naturellement dangereux, car votre équipage ne sera pas expérimenté, mais également, car les cales de votre bateau devront être remplies de victuailles avant d’affronter de longs voyages. Au début, vous évoluerez en visitant les îles ou en affrontant les pirates autour de votre point de départ pour ensuite retourner au port, vendre, boire, recruter de nouveaux marins ou bien encore équiper correctement votre équipage ou votre bateau. Notre navire est entièrement personnalisable, vous pourrez donc visiter le marchand afin qu’il vous vende différents objets utiles ou non pour décorer ou équiper votre navire. Il est également possible dans « Pixel Piracy » d’aborder un navire ennemi pour le réquisitionner une fois l’équipage adverse vaincu, de quoi se faire de jolis navires sans se ruiner. Il faudra bien entendu penser aux objets pouvant améliorer votre navire comme les voiles pour voyager plus vite, les tonneaux pour conserver la nourriture, ou encore les canons, très utile pour affronter les autres navires.

Oh mon bateau !

Les combats de « Pixel Piracy » sont très simples et relèvent du jeu de stratégie. Vous contrôlez un réticule pour diriger votre capitaine et son équipage, un appui sur une touche enverra votre capitaine et l’appui sur une autre touche enverra l’équipage (qui peut être séparé en plusieurs groupes de couleur), c’est aussi simple que cela. Ce procédé permet d’attaquer sur plusieurs fronts en même temps, de quoi éviter de se faire prendre en tenaille. Malheureusement, utiliser cette mécanique de jeu demande une très bonne intelligence artificielle, car vous ne pouvez pas être partout à la fois et ce n’est pas le fort de « Pixel Piracy ». Les combats sont désorganisés, les pirates tombent à la mer, car ils ont oublié d’utiliser leur grappin, en gros, si vous ne faites pas attention à ceux qui se passent sur tous vos groupes, vous pouvez perdre une bonne partie de votre équipage, car ils se sont noyés bêtement. Vous pouvez toujours pallier à ce souci en apprenant la compétence de nage, mais je ne vous cache pas qu’apprendre à nager à 10 pirates n’est pas simple.Pixel Farm

Comme vous l’aurez deviné, « Pixel Piracy » permet d’apprendre des compétences à nos pirates malpolis pour améliorer leurs exploits au combat ou bien leur vie au quotidien. Vous pourrez apprendre par exemple à faire la cuisine, à nettoyer le pont (car oui, les pirates se soulagent sur le bateau), à nager et plein d’autres choses très utiles. Il faudra donc apprendre à gérer correctement tout ce petit monde pour avoir une équipe de choc. Vous pourrez également accéder à un sous-menu vous permettant de distribuer des taches avec un degré d’importance selon la situation. Encore une fois, le constat n’est pas terrible, nos pirates s’emmêlent les pinceaux et n’arrivent pas à gérer les situations de crise. Il faudra donc faire attention à l’affection de vos pirates pour éviter la famine ou un bateau rempli d’excréments.

Pixel Piracy

C’est bon pour le moral

« Pixel Piracy » n’est pas un jeu compliqué une fois que l’on a compris les bases. Seuls deux points sont primordiaux si vous ne voulez pas perdre votre partie : le moral et la nourriture. Le moral est une statistique qui évolue constamment et qu’il faudra surveiller tout le temps. Votre navire est sale ? Une mutinerie se prépare. Pour pallier à cela, il faudra acheter du rhum pour que votre équipage se saoule et soit heureux. Malheureusement, cela pose un souci, il faut faire constamment des aller-retour vers la ville pour acheter la compétence de nettoyage, mais aussi des caisses entières de rhum, ce qui coûte pas mal de pièces d’or au final. Pour la nourriture, c’est un peu la même chose, si vos pirates n’ont pas à manger, ils risquent de mourir ou de ne pas être contents, il faudra donc constamment avoir des vivres sur votre navire. Le souci est qu’on passe beaucoup de temps à revenir en ville pour faire le plein, ce qui ampute le joueur d’une partie de l’exploration, ce qui devient assez frustrant à la longue. Si vous décidez de prendre un nouveau pirate dans votre équipage, il faudra dans un premier temps, lui apprendre les compétences de base pour garantir sa survie, mais sachez également qu’un ventre de plus à nourrir crée un déséquilibre énorme au niveau du rhum et de la nourriture.

Pixel Piracy

Pixel Piracy, Le point technique

« Pixel Piracy » comme son nom l’indique est fait de gros pixels, autant dire qu’il ne flatte pas la rétine lorsqu’on est habitué à de gros jeux triple A remplis de shaders ou de filtres graphiques, mais le jeu a tout de même un petit charme de jeu rétro 16 bits qui ne déplaira pas aux gamers trentenaires. Le jeu se base sur l’exploration et l’amélioration de votre équipage avec un gameplay assez fun, que ce soit les dialogues ou encore les remarques des personnages.

Pixel Piracy
Pour conclure…

« Pixel Piracy » est un bon jeu indé si vous pouvez l’acquérir à petit prix (il est à 10 € en prix normal). Avec de nombreux soucis de finition, le jeu deviendra assez frustrant par moment (pirate qui se noie sans raison en tombant du bateau, pirate qui ne nettoie pas le pont alors qu’il est sale…). Avec un potentiel très riche, « Pixel Piracy » peut devenir un très bon jeu à la condition que les quelques bugs récalcitrants aux différents patchs déployés depuis sa sortie arrivent à être corrigés. Si vous arrivez à trouver « Pixel Piracy » à petit prix, je ne peux que vous le conseiller.

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Un monde aléatoire

L’humour du jeu

La personnalisation du navire

Les points négatifs

Intelligence artificielle aux fraises

Combat confus

Ergonomie à revoir

Difficulté en dents de scie

Dans le même genre

Laisser un commentaire