Monster Hunter Rise : Sunbreak

"Opening" intro

Après une sortie en janvier 2023 sur PS4, Monster Hunter Rise voit sortir son extension, dénommée Sunbreak, sur les consoles. Souffrant du même décalage que la sortie du jeu.

Ce test a été réalisé sur une version PS4 avec un accès en avance pour pouvoir vous le proposer.

Un nouveau départ

Suivant les traces de Monster Hunter World, le dernier né de la franchise de CAPCOM, Monster Hunter Rise se dote de sa « Méga » extension intitulée Sunbreak. Celle-ci nous promet pas mal de nouveauté et d’heures de jeu supplémentaire. On repense bien évidemment à Iceborn, l’extension de World qui ajoute une durée de vie énorme.

C’est donc après avoir détruit un couple de monstres à Kamura, s’occupant de deux dragons anciens en période des amours, mais aussi sur le point de détruire notre petit village, que nous prenons le large. En effet, c’est via Dame Fiorayne, une chevalière du royaume d’Elgado et la sœur Rondine qui gère pour nous l’Argosy, que le royaume autrefois prospère se retrouve en danger sous la menace des monstres.

"Cinématique" Fiorayne
"Cinématique" les trois mousquetaires

Nous prenons donc rapidement la mer pour ce nouveau royaume et ses zones de chasse. S’inscrivant dans une ville qui semble un peu plus moderne, mélangeant époque industrielle japonaise et médiéval.

Un peu de nouveauté

Une fois passé les dialogues, s’en suit le traditionnel tour de la ville. Et là, on arrive dans un florilège de petits dialogues avec tous les PNJ aux alentours pour découvrir ce nouveau lieu. La majeur partie des premiers éléments débloqués sont des améliorations.

Bien évidemment, la première amélioration vient de nos Pilpoils, à savoir nos Felyne et nos Chumsky. La limite de niveau est rehaussée, on voit aussi apparaitre de nouveaux talents secrets et plus de personnalisation de leurs compétences. Certaines de ces habilités sont pour le moins improbable.

"Pilpoils" Maiourcenaire

Bien évidemment, on retrouve la difficulté Maître comme lors de Iceborn. Celle-ci est accompagné d’une histoire autour de la survie d’Elgado. Trois seigneurs monstres ont refait leur apparition afin de reprendre les terres qui leur appartiennent. En plus de ces trois monstres, on retrouve bien évidemment un ensemble de nouveaux monstres. Pour finir, comme sur Iceborn, on retrouve des versions alternatives des monstres de Kamura.

Les Parangon

En plus des nouveautés classiques qu’apporte cette extension, elle met en place une nouvelle façon de jouer. En effet, pour les moins sociables d’entre nous, afin de nous aider dans lors de nos chasses, il sera possible d’emmener des parangons. Assez rapidement, Fiorayne et Luchika nous rejoindront pour nous aider.

Par la suite, plusieurs quêtes de parangon nous permettent de partir à l’aventure avec l’un d’entre eux. Au travers de ces quêtes exclusivement solo, il sera possible d’aider nos alliés à progresser, mais aussi en faire de nouveaux. On retrouve notamment Dame Rondine, la marchande de l’Argosy qui semble adorer nous accompagner.

"Parangon" quête
"Parangon" option
"Parangon" personnages

Mais qu’est-ce que cela implique ? Car, on ne va pas le cacher, notre Felyne et notre Chumsky sont une aide relativement limitée. Est-ce que ces alliés changent la donne ? Clairement oui. En effet, en plus d’apporter un peu de dégâts, ils apportent leurs lots de surprises. Par moment en posant des pièges par exemple.

Néanmoins, leur action la plus improbable et impressionnante est de les voir par moment disparaître. Après quelques secondes sans eux, ils reviennent sur le dos d’un autre monstre pour s’en servir afin de renverser le combat, maltraitant notre opposant fort de ce nouvel allié de taille. Parfois, cela en devient même trop avantageux lorsque les deux parangons ramènent à tour de rôle les monstres de la zone.

De nouveaux liens

Sunbreak nous vient avec une autre amélioration d’une mécanique qui était sous-exploitée. On a pu découvrir avec Rise les liens de soie. Malgré leur utilité non négligeable, ils étaient assez rapidement limités par le manque de liens différents, laissant peu de place aux possibilités.

Dans Sunbreak, CAPCOM essaie de corriger le tir. Le jeu nous propose donc de nouveaux liens avec chacun de nouvelles variantes. Celle-ci apporte clairement de la saveur à cette mécanique, permettant de changer radicalement sa façon de jouer en fonction des liens utilisés.

"Menu" lien de soie

En plus, de cela, un système de « double spécialisation » fait son apparition. Il est possible de préparer deux sets de liens et de changer entre les deux en plein combat. Cela permet de rendre les liens moins situationnels, voire même de permettre de créer de nouvelles synergies en fonction de la situation.

On reste quand même un peu sur notre faim, les nouveaux liens sont une bonne nouvelle, mais on met du temps à les débloquer, surtout si on fonce en ligne droite dans l’histoire. De plus, ils restent assez peu nombreux par armes.

Un air de vacances… Ou presque

Qui dit nouvelle extension dit nouveaux monstres, comme dit plus haut, mais aussi nouvelles zones. Sur les zones que j’ai vu, à savoir la jungle et la citadelle, cette dernière est clairement la plus élaborée. Elle représente d’anciennes constructions maintenant en ruines.

Pourquoi cette Map en particulier ? Car, elle raconte une histoire et les ruines lui donne vraiment une ambiance particulière. On retrouve cet effet dans le temple oublié avec son temple en ruine par exemple. C’est dommage que la map de la jungle soit finalement un peu plus anecdotique. En effet, cette dernière est une sorte d’île assez classique bien qu’elle apporte une ambiance tropicale.

"jungle" bienvenue

Pour finir, on parlait de la présence de nouveaux monstres. En effet, Sunbreak sera l’occasion de revoir certains monstres du passé, mais aussi des monstres uniques comme le Garangolm. On retrouve aussi une bonne partie du bestiaire de Rise, que ce soit les monstres de base ou leurs versions alternatives.

Avec une ouverture plutôt mouvementée avec un monstre que l’on n’avait pas encore croisé, on s’attendait à avoir un rythme soutenu. Malheureusement, le début se repose énormément sur les monstres qui étaient déjà présents. Les nouveaux monstres arrivent quant à eux au compte-goutte. On se retrouve donc à combattre les mêmes monstres dans un ordre plus ou moins similaire.

"Monstre" la fin

Un contenue suffisant ?

C’est la question que la plupart des joueurs se pose lors de la sortie d’une extension. Malheureusement, trop souvent habitués aux extensions à 30 ou 40€ ajoutant deux pauvres maps, on en devient résigné à accepter un tel futur. Par chance, Monster Hunter ne suit pas ce schéma.

Il faut être réaliste sur un point. Le nombre d’heures de jeu et la difficulté sur la progression est un peu moindre que celle de Monster Hunter World : Iceborn. Néanmoins, cette baisse de difficulté est expliquée par la diminution des bugs de hitbox.

On reste tout de même sur un temps de jeu total inférieur à celui de Iceborn, mais cela reste très correct puisqu’après plus d’une vingtaine d’heures sur l’extension, je ne suis pas venu à bout de l’histoire. Pourtant, j’ai focalisé mes efforts dessus en faisant quelques écarts pour mettre à jour mon équipement, ou tester certaines fonctionnalités comme les Parangons.

Pour ne rien gâcher, les armes et armures continuent de proposer des skins plus variés que dans World, suivant les traces de Rise. Par conséquent, si l’on souhaite tout compléter, cela va prendre beaucoup de temps.

Pour conclure…

Sunbreak sort enfin sur PS4, PS5 et Xbox. Comme d’habitude dans la série, ce Monster Hunter nous offre une extension assez copieuse, proposant un nouveau défi et plus d’heures de jeu que celui du jeu de base. On regrettera un petit peu le bestiaire qui aurait pu voir moins de réutilisation des monstres de Rise, mais reste assez généreux. Cependant, l’ajout de certains éléments comme les Parangons sont vraiment intéressants, ou encore l’ajout de liens de soie.

La  note  de la  rédaction

4/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Durée de vie supérieur à Rise

Un bestiaire assez généreux

Le système de Parangon

Nouveaux liens

Les points négatifs

Réutilisation du bestiaire de Rise

Équilibrage des parangons

Toujours pas de doublage FR

Vous devriez Lire aussi
Ori and the Blind Forest

Dans le même genre

Laisser un commentaire