Monster Hunter: Legends of the Guild

Monster Hunter: Legends of the Guild est un mini-film d’animation 3D disponible sur Netflix depuis le 12 août 2021.

Une histoire, dans Monster Hunter ?

La licence Monster Hunter n’est pas connue pour ses intrigues. Il est plus souvent question de textes d’ambiance et de prétextes pour aller chasser de redoutables bêtes que de réelles histoires. Cependant, on note un début de changement de direction pour Capcom depuis Monster Hunter World et ses PNJ entièrement doublés, et même depuis l’opus 3DS Monster Hunter 4 Ultimate qui a introduit plusieurs personnages que l’on retrouve au cœur de l’intrigue de ce film Netflix : Julius et Aiden, respectivement Commandant d’élite et Cadet d’élite. Il est ici question de l’origin story d’Aiden, racontée au travers d’une réminiscence de ce dernier alors qu’il se trouve à bord d’un des vaisseaux de la Cinquième Flotte, un moment qui se situe au tout début de Monster Hunter World. C’est d’ailleurs la première fois que Capcom nomme des personnages de l’univers Monster Hunter aussi ouvertement, au lieu de les appeler par leur titre ou leur fonction… entre ça et le fait que ce mini-film fait clairement le pont entre Monster Hunter 4 Ultimate et Monster Hunter World, l’éditeur semble clairement déterminé à ne plus reléguer le lore de sa série à succès aux artbooks et autres médias de niche réservés aux fans les plus affamés.

Craignez les dragons anciens

L’intrigue s’ouvre donc sur cette fameuse traversée de l’océan en direction du Nouveau Monde, avec pour enjeu de suivre les mouvements du Zorah Magdaros, un monstre gigantesque aux proportions d’une petite île dont le nom sera familier aux fans de Monster Hunter World. À bord d’un de ces bateaux se trouvent donc des chasseurs, déterminés à faire partie de la cinquième expédition en direction de ces terres nouvelles, dont certains un peu trop sûrs de leurs capacités à lutter contre ce fléau colossal. Aiden coupe court à ces discussions, évoquant que les dragons anciens ne sont pas à prendre à la légère, avant de raconter l’histoire de ses débuts en tant que chasseur, qui occuperont la majorité du film. Jeune “chasseur” autoproclamé, Aiden s’occupe ainsi du menu fretin qui déstabilise la vie paisible de son village, isolé de tout. Sa vie bascule lorsqu’il se frotta à plus coriace que lui : un Vélocidrome, un grand monstre qui l’aurait probablement dévoré sans l’intervention de Julius, un chasseur envoyé par la Guilde pour prévenir le village du passage imminent d’un dragon ancien dévastateur. Cette Lunastra en migration vers le Nouveau Monde allait tout incendier sur son chemin sans distinction, et ce de par sa simple présence. Refusant de laisser un monstre pareil ravager son village, Aiden s’embarque donc dans un entraînement intensif aux côtés de son nouveau maître et d’alliés glanés sur le chemin pour stopper la Lunastra coûte que coûte.

Un bon film Monster Hunter…

Les références à la licence sont légions et raviront les fans. Des quatre préceptes de la Guilde à l’utilisation de plusieurs types d’armes par les différents personnages, on sent que le projet a été beaucoup plus chapeauté par Capcom et la team Monster Hunter que le désormais tristement célèbre long-métrage hollywoodien. Les monstres qui apparaissent tout au long du film sont davantage tirés de l’opus 3DS Monster Hunter 4 Ultimate, ce qui fait sens vu que l’intrigue se déroule dans l’Ancien Monde, et sont très fidèles à leurs comportements en jeu. Cette adaptation traduit plutôt bien les concepts des jeux – en tous cas bien mieux que le long-métrage. Mention spéciale aux jeux de mots sur les monstres d’Aiden, qui étaient déjà sa spécialité avant même qu’il ne devienne un chasseur émérite, et qui feront sourire les fans de longue date.

… mais pas un bon film

En revanche, il est difficile de vraiment apprécier Legends of the Guild. La durée relativement courte du film force les événements à s’enchaîner sans laisser le temps d’apprécier les relations changeantes entre les personnages, qui ne sont par ailleurs pas tous aussi bien amenés qu’Aiden et Julius. Difficile de s’attacher à des personnages sans avoir eu le temps de commencer à les apprécier donc, surtout quand certains d’entre eux meurent brutalement vers la fin du film, changeant brusquement le ton du récit pour une licence qui n’a pas pour habitude de montrer des morts. Difficile également de ne pas mentionner la qualité de l’animation, qui est très médiocre dans l’ensemble et qui met vraiment à mal le confort de l’expérience lors de certaines scènes d’affrontements contre les monstres. Une qualité qui est d’autant plus difficile à expliquer puisque le projet Monster Hunter: Legends of the Guild a été annoncé en 2018 pour une sortie prévue en 2019 à l’époque. Un délai qui n’aura visiblement pas permis d’améliorer la qualité générale du produit, et qui arrive à un moment où Monster Hunter World n’est plus la toute dernière nouveauté de chez Capcom, puisque les opus Monster Hunter Rise et Monster Hunter Stories 2 Wings of Ruin sont sortis entre temps.

Pour conclure…

Monster Hunter: Legends of the Guild est un coup d’épée longue dans l’eau, mais reste une expérience acceptable pour les fans de la série. J’espère juste que ce n’est qu’une première tentative un peu brute de décoffrage qui sera suivie par d’autres adaptations plus qualitatives !

Dans le même genre

Laisser un commentaire