Castlevania

Castlevania est une série d’animation diffusée sur Netflix depuis 2017. Elle comporte quatre saisons, la dernière est disponible depuis le 14 mai et possède 10 épisodes, et met un terme définitif à la série.

Synopsis

Tout commence lorsqu’une femme accusée de sorcellerie voit la mort, sous les ordres d’un prêtre et d’autres personnes prêchant la parole de Dieu. Malheureusement pour eux, cette femme n’est autre que Lisa Tepes, la femme du ténèbreux vampire Vlad Dracula Tepes. Alors quand sa mort parvient jusqu’à ses oreilles… Dracula décide d’abattre l’enfer sur de Terre et de lâcher d’innombrables créatures sanguinaires. Afin de venger la mort de sa femme, il est prêt à tout. Mais certains sont également prêts à se mettre en travers de son chemin : Trevor Belmont, un homme qui chasse les vampires, une magicienne qui se retrouve mêlée à cette histoire en cours de route, Sypha Belnades, ainsi que son propre fils, Adrian Alucard Tepes.

Castlevania, un jeu vidéo avant tout

Avant de devenir une série d’animation, Castlevania est une saga de jeux vidéos développée par Konami qui a vu le jour dès 1986. L’intrigue principale repose sur la famille Belmont, qui cherche tant bien que mal à combattre Dracula tous les siècles ; il est donc question ici d’incarner un nouveau descendant des Belmont à pratiquement tous les jeux. Il s’agit d’un jeu de plateforme qui se déroule dans le propre château de Dracula, avec divers niveaux tous plus ou moins difficiles, puisque oui, les jeux Castlevania ne sont pas réputés pour être des jeux très faciles. Au contraire même. C’est d’ailleurs de là que vient le terme de Metroidvania, qui reprend entre autres le jeu Metroid et Castlevania, qui étaient (et sont toujours) des jeux de plateforme très compliqués. On utilise ainsi ce terme pour désigner d’autres jeux de ce genre, comme par exemple Hollow Knight (sorti en 2017 sur PC et en 2018 sur d’autres consoles, dont la Switch) ou Dead Cells (sorti en 2018). Concernant la série, elle reprend le plot du cinquième jeu Castlevania, Castlevania III : Dracula’s Curse, qui est sorti en 1992 (1989 au Japon) sur la console NES.

Du sang et beaucoup de fantaisie

Dans Castlevania, comme vous l’aurez compris, tout repose sur le sang et sur des monstres atypiques, qui cherchent tout sauf à sympathiser avec le peuple. Ils sont là pour anéantir les villages et brûler tout ce qui se trouve sur leur passage afin de combler le souhait de Dracula. Les villages ne sont plus que cendres, et nous nous retrouvons à suivre la vie d’un homme muni d’un étrange fouet qui lui permet de vaincre quiconque osera lui tenir tête, mais majoritairement des monstres et des vampires, puisqu’il est assez fort de ses mains pour combattre un homme sans la moindre arme. Trevor Belmont, dernier descendant de la famille Belmont, est un homme prétentieux, très sûr de lui et bien décidé à mettre un terme à ce carnage. En cours de route, il fera la connaissance d’une magicienne, Sypha, qui ne lui accordera pas automatiquement sa confiance dès le départ à cause de son mauvais caractère, et d’un autre homme qui souhaite que cet enfer se termine, le fils unique de Dracula, Alucard. En mauvais termes avec son père, ils forment à eux trois une alliance pour ainsi contrer ses plans et débarrasser le monde de tous les monstres qui s’y trouvent et qui prennent un peu trop refuge à leurs goûts… Les combats sont dangereux, le sang coule à flot, Castlevania est une série qui offre énormément de scènes gores et sombres, et c’est ce qui colle le mieux à l’histoire et aux jeux vidéos. Comme les trois personnages possèdent tous une arme ou des pouvoirs différents, les combats sont variés, ainsi que les ennemis, ce qui évite de tomber dans une routine tout au long des épisodes. D’autant plus que l’animation évolue bien au fil des saisons, le studio nous offre de la fluidité et des visuels qui correspondent parfaitement au thème. On remercie donc Powerhouse Animation Studios (qui ont également animé Blood of Zeus) pour ce beau travail !


Mon avis sur Castlevania

J’ai suivi cette série depuis la première saison, et j’ai pu suivre son évolution jusqu’à la dernière, que j’ai énormément aimé également. Pour moi, il s’agit d’une des meilleures productions Netflix que j’ai visionné jusqu’à présent en termes d’animation (autre que japonaise). Pour quelqu’un qui ne connaissait pas vraiment les jeux avant de voir la série, ça m’a donné envie de m’y mettre et d’en découvrir davantage concernant la saga, puisqu’évidemment, il ne s’agit que d’une partie de l’iceberg. Les jeux possèdent beaucoup plus de lore concernant Dracula ou bien la famille Belmont, ce qui peut nous faire découvrir d’autres personnages que Trevor et ça me semble plutôt intéressant si la série nous plaît et qu’on apprécie les jeux de type metroidvania. De plus, ce sera désormais la seule manière de découvrir Castlevania, puisque la saison 4 signe la fin de la série. Et moi qui suis très mitigée concernant les fins en général, j’ai été très surprise et émue par celle-ci.

Castlevania
Pour conclure…

Pour les fans des jeux vidéos comme pour ceux qui ne s’y connaissent pas trop, Castlevania est une série qui saura ravir les personnes en quête d’animation fantaisiste et très sanglante, comme on en fait très peu de cette qualité en ce moment. Je suis impatiente de voir ce que ce studio pourra produire par la suite, mais du côté du réalisateur de la série, il semblerait qu’une adaptation de Zelda soit dans ses projets…

Dans le même genre

Laisser un commentaire