Bayonetta (Switch)

Rares sont les beat’em all à avoir fait l’unanimité tant dans la presse que dans le cœur des joueurs. Bayonetta l’a fait et c’est grâce à ce succès critique que l’on doit son portage sur PC le 11 avril 2017, puis maintenant sur Nintendo Switch (le 16 février 2018). Nous allons voir ce que cette dernière version, toujours développée par PlatinumGames et ici éditée par Nintendo, vaut.

Beat’em quoi ?

Les beat’em all sont des jeux d’action où l’on affronte des vagues d’ennemis dans des zones limitées (souvent par des murs invisibles) du niveau. Le genre s’est popularisé grâce à des titres en 2D tels que Double Dragon, sur NES, en 1987, puis en 3D comme la série Devil May Cry. Traduit mot à mot, cela donne « frappez-les tous » (à ne pas confondre avec le « Catch’em all » de Pokémon).

Lire aussi notre test de The Legend of Zelda: Breath of the Wild

Scénario

Vous incarnez Bayonetta, une sorcière plantureuse et sexy au fort caractère, mais ne se rappelant pas son passé. Elle est la dernière représentante de l’Umbra et dernière à maîtriser ses arcanes. Vous devrez affronter des hordes d’anges afin de retrouver un joyau dans la ville de Vigrid. Si le scénario n’a rien de bien transcendant, les développeurs ont tout de même pris soin de détailler les origines de l’héroïne tout au long de l’aventure, par des séries de flashbacks. On trouvera également dans les niveaux des livres, ajoutant encore de la profondeur au lore du jeu.

Gameplay

La particularité du personnage de Bayonetta est qu’elle dispose de 4 pistolets (1 à chaque main et 1 fixé à chaque pied) et que sa magie utilise ses cheveux.
Le gameplay est plutôt simple, vous avez une touche pour le poing (X), une touche pour le pied (A), une pour sauter (B) et la quatrième pour utiliser les armes à feu (Y). Vous pourrez esquiver via une gâchette également (RZ), changer d’arme (LZ), verrouiller une cible (R) ou lancer un taunt (L). Enfin, les flèches directionnelles vous permettront de choisir un objet à utiliser, le stick gauche à bouger et le droit à orienter la caméra.

Vous pourrez user de (nombreux) différents combos afin de réduire vos ennemis en bouillie et faire monter une jauge permettant de lancer une attaque sadique, sorte de finish move stylisé et ô combien violent.
Comme dans Double Dragon, vous pourrez ramasser et utiliser une arme lâchée par un adversaire fraîchement vaincu.

Version Switch

Cette nouvelle version de Bayonetta ne révolutionne bien évidemment pas le jeu, qui reste sensiblement le même. Il sera jouable en 720p et 60 images par seconde en mode portable et TV. C’est un peu dommage pour ce dernier, mais la stabilité du framerate est très importante pour ce type de jeu et le développeur l’a très bien compris, car cela se vérifie dans les faits.Que ce soit sur la tablette (dans les mains ou posée sur une table) ou sur grand écran, le jeu est fluide et la jouabilité est bonne. L’action est globalement lisible malgré la taille de l’écran de la console, sauf certains combats avec beaucoup d’ennemis, et les textes sont suffisamment gros.

L’aliasing est présent, surtout en mode TV, bien que dans le feu de l’action on n’y prête absolument pas attention. Graphiquement, il ne faut pas oublier que le jeu d’origine est sorti en 2009, il reste cependant assez beau malgré quelques textures qui auraient mérité un petit lifting.Côté sonore, nous avons affaire à la même bande-son et aux mêmes bruitages qu’à l’époque, pour notre plus grand plaisir. Les voix sont quant à elles disponibles en anglais ou en japonais.Le jeu est presque entièrement traduit en français. Oui presque, car les titres des livres que vous trouverez sont curieusement en anglais alors que le contenu est traduit. Enfin, concluons en précisant que le jeu est compatible avec la fonction d’enregistrement de courtes vidéos de la console et qu’il est possible de jouer avec des contrôles tactiles (chose que je n’ai pas osé tester).

Pour conclure…

Si vous avez aimé Bayonetta sur XBox360 et PS3 ou si vous aimez les Beat’em all, vous serez ravi d’avoir cette version Switch, car vous pourrez jouer où vous voulez à votre jeu préféré et cela sans que le gameplay n’en pâtisse. Pour 29,99€ plein tarif et un poids de 16 Go, il serait dommage de passer à côté de ce portage !

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Bayonetta

Où l’on veut

Fluidité

Les points négatifs

Les menus, plutôt moches

Les textures des décors ont mal vieilli

Un peu gros pour la mémoire de la console

Dans le même genre

Laisser un commentaire