Zack Snyder’s Justice League (2021)

Zack Snyder’s Justice League est la version du réalisateur originel du film Justice League sorti en 2017 dans les salles obscures. Suite à un drame familial, Zack Snyder décide d’abandonner le projet et Warner le remplace. Cependant, après une réclamation des fans de DC, le projet est remis sur la table. Warner propose alors à Zack de reprendre le projet là où il l’avait laissé et enfin nous donner SA version de l’histoire de nos superhéros préférés. Disponible sur Amazon Prime à l’achat et à la location, le film est également disponible sur HBO Max depuis le 18 mars 2021.

Synopsis

Justice League : le contexte de la réalisation

Justice League, traduit par La ligue des justiciers, est sorti sur nos écrans en 2017. Ce film faisait office de suite aux précédents films Man of Steel (2013), Batman VS Superman (2016), Suicide Squad (2016) et enfin Wonder Woman (2017). Zack Snyder a réalisé les deux premiers. Cependant, comme évoqué en introduction, un drame familial est survenu dans sa vie. Afin qu’il puisse être auprès de sa famille, le projet a donc été confié à Joss Whedon. Ce dernier a donc créé une version de Justice League qui, malheureusement, n’aura pas forcément conquis les fans de DC. Après sa sortie, ils ont donc réclamé à ce que Zack reprenne le projet. Mais il n’en était alors pas question à ce moment-là. Nous voilà donc en 2021, et finalement le souhait des fans à été entendu et réalisé malgré le contexte sanitaire actuel.

Justice League (2017)

Récemment, je me suis mise en tête de combler mon retard sur les films de superhéros. J’ai donc commencé avec les DC pour ensuite me refaire tous les Marvel (il y en a beaucoup plus, donc c’était un choix stratégique). Pour vous faire un rapide résumé de l’histoire : Batman essaye de convaincre d’autres super-héros de rejoindre son équipe car un nouvel ennemi veut détruire la Terre. Cette menace est ancienne et doit s’emparer de “mother boxes” (je sais pas trop comment le traduire). Elles sont au nombre de trois et doivent être rassemblées afin de ne former plus qu’un et ainsi répandre le chaos.

Il y a des siècles, cet ennemi avait déjà tenté d’anéantir la Terre de cette manière. Mais il avait alors été repoussé car tous les peuples se sont unis dans la bataille. Par “peuples”, j’entends ici les humains, les Atlantes et les Amazones (et d’autres créatures mais qui ne sont pas présentes dans le film). À la fin de la bataille, chaque peuple est donc reparti avec une boîte, ayant pour mission de la sceller et de la protéger.

Justice League (2017) : mes milles et une questions (SPOILS)

J’ai fait “la bêtise” de ne pas regarder les DC dans l’ordre… Et j’ai commencé par Justice League, poursuivit avec Man of Steel et enfin Batman VS Superman… 

Après le visionnage, je n’ai pas forcément trouvé que le film était mauvais. Des choix avaient été faits au niveau de la réalisation mais la trame se tenait. Mais j’avais quand même quelques questions sur certains passages. Par exemple : Je ne comprenais pas pourquoi Batman se reprochait la mort de Superman ? Comment Batman rencontre Wonder Woman (jusqu’à ce que je visionne Batman VS Superman) ? D’où viennent les “mother boxes” ? Comment se sont-elles réveillées ? Pourquoi les Atlantes et les Amazones se détestent ?

Ce qui m’a chagriné aussi un petit peu, c’est que dans ce Justice League, Aquaman paraît “faible”. Même s’il y a des passages supers drôles (quand il s’assoit sur le lasso de Wonder Woman) ou encore quand Cyborg le traite de “petite sirène à barbe”. Je trouvais qu’il n’était pas assez mis en valeur, alors que Wonder Woman et Batman ont une plus grande part de temps à l’écran. De même, Cyborg et Flash sont comme des personnages secondaires, alors que Justice League est une équipe.

Zack Snyder’s Justice League : beaucoup plus…

La version de Zack Snyder apporte beaucoup de changements. Dans la façon de raconter l’histoire, dans son format d’image (4:3 et non 16;9), et aussi dans son format horaire (4h de film, rien que ça ! Contre 2h pour la première version). Et il faut noter également que très peu de scènes ont été (re)tournées au vue du contexte sanitaire. Ce qui est une première : sortir un tel film en pleine pandémie mondiale !

— ATTENTION SPOILS (un tout petit peu…) —

Les origines

Dès le début du film, même si nous commençons avec Superman dans les deux, ça change complètement. Dans la version de 2017, on voit un “reportage” souvenir de Superman, tandis que dans la version de 2021, on reprend au moment de son trépas dans Batman Vs Superman. Cela change la donne car on comprend alors comment se sont “réveillées” les “mother boxes”. C’est le cri de douleur de Superman qui va en être la cause. Autre fait important, nous pouvons aussi en déduire qu’une fois Superman éliminé, alors plus rien ne peut arrêter l’envahisseur.

La précédente bataille

Après le réveil des boîtes, ce sont les Amazones qui vont être confrontées en premier à l’ennemi. C’est la première boîte qui va être dérobée, et pas sans se battre. Après la défaite, la reine prévient tout naturellement sa fille : Diana. Et c’est avec elle, alias Wonder Woman, que nous en apprenons plus sur le fameux ennemi : Darkseid. Zack Snyder en a aussi profité pour confirmer certaines choses sur les héros, mais je ne vous en dirais pas plus !

Une dimension plus humaine

Un aspect que j’ai beaucoup apprécié, et qui explique en partie la longueur du film, ce sont les détails consacrés à chaque personnage. Justice League réunit pas moins de 6 superhéros. Chacun dispose de sa propre histoire mais tous n’ont pas la chance d’avoir un film ou une série qui lui est consacré (notamment Cyborg). Il en va de même pour les personnages secondaires comme Loïs Lane ou Martha (la maman de Clark Kent).

Ces deux dernières viennent de perdre un conjoint, un fils, et vivent douloureusement ce deuil. Tout comme Cyborg, qui a perdu sa maman. Ici, le réalisateur a pris le temps de nous montrer les émotions et le passé de chacun, de comprendre comment ils traversent ces épreuves et, s’ils avaient fait des choix différents, de changer complètement l’histoire. Certes, ce sont des superhéros, ou des proches de ces derniers, mais ils sont avant tout humains. Cela fait aussi un peu écho avec la démence de Lex Luthor (que nous retrouvons aussi ici) : Superman représente un dieu pour lui, mais il est avant tout humain, un homme, avec ses projets, ses ambitions, ses peines, ses regrets. Un avenir, un passé et un présent…

Un final complètement différent et qui sous-entend une suite ?

Cela va en décevoir plus d’un mais que ce soit Warner ou Zack Snyder lui-même, ils l’ont affirmé : il n’est pas question pour l’instant d’une suite. Cependant, le film se termine de manière à ce que cela soit possible. Je vais devoir malheureusement vous spoiler un petit peu pour vous expliquer…

Zack Snyder a introduit à la fin du film une fin alternative à ce que la trame de l’intrigue présente. Cependant, cette fin nous montre un Superman du côté des méchants. On retrouve alors une nouvelle équipe totalement improbable composée de méchants et de “gentils”, avec toujours Batman en leader. Cependant, tout ceci n’est en fait qu’un mauvais rêve de Bruce Wayne. On découvre également un nouveau personnage (et tout nouveau super-héros) : Martian Manhunter. Il rejoint l’équipe de lui-même, mais on ne sait pas tout de lui… C’est pour cela que de nombreux fans ont pensé qu’il y aurait une suite. Mais il n’en est rien malheureusement….

Mon avis sur Zack Snyder’s Justice League

Même si l’équipe de rédaction connaît les véritables raisons de ma soudaine passion pour les films de superhéros, j’ai beaucoup aimé cette nouvelle version. Plus travaillée et avec beaucoup plus de détails. Elle permet ainsi de voir les films DC comme un tout. Certains l’ont même comparé à la saga du Seigneur des anneaux… Personnellement, je trouve que désormais tout a plus de sens, que les éléments évoqués dans les comics sont respectés (pour ceux qui ont inspiré le film). Et surtout, il permet au spectateur de se rapprocher davantage de ses héros. Plus humains, avec une histoire, un passé… Et qui inspire de l’espoir, un modèle à suivre pour chacun.

Celui qui m’a le plus émue, c’est Cyborg. Ce n’est pas forcément mon super-héros préféré mais on comprend mieux son état d’esprit. C’est aussi l’un des personnages qui, je pense, peut se rapprocher le plus de la réalité en termes de “supers pouvoirs”. Mi-homme, mi-machine, il maîtrise l’art du piratage informatique comme personne. Parmi les hackers, il serait considéré comme un “white hat”, un gentil hacker. Altruiste, il se sert de son talent informatique pour aider ceux dans le besoin.

Ensuite, je pense qu’il peut aussi inspirer tous les enfants ayant un handicap physique et qui, comme ce super-héros, ont des prothèses. Si auparavant elles n’étaient pas très esthétiques ni très pratiques, elles sont désormais devenues un accessoire de mode dans les cours de récré. Ainsi, grâce à des personnages comme Cyborg, les différences et la discrimination s’effacent peu à peu

Pour conclure…

Que vous ayez vu ou non le premier Justice League, celui-ci vaut le détour. Certes, il est long et vous ne le regarderez peut-être pas d’une traite. Mais si vous aimez les super-héros, regardez-le. Les vrais super-héros, ce sont ici toutes les personnes qui travaillent ensemble pour réaliser et donner vie à de tels projets. C’est grâce à eux que petits et grands ont des étoiles plein les yeux. Mais aussi que certains enseignements peuvent être donnés et ainsi permettre aux prochaines générations d’avoir un œil nouveau sur le monde qui les entoure.

Dans le même genre

Laisser un commentaire