Golden Kamui

Golden Kamui est une série d’animation japonaise adaptée du manga du même nom et qui comporte actuellement 3 saisons, dont la dernière s’est terminée le 21 décembre 2020. Animée depuis avril 2018 sur la chaîne Tokyo MX au Japon, nous pouvons quant à nous retrouver l’intégralité de la série sur Crunchyroll.

Histoire

Sugimoto l’immortel, un héros et grand combattant de la guerre russo-japonaise, se retrouve sans le moindre allié, seul et sans le moindre argent. En pleine errance, une nouvelle quête s’offre à lui lorsqu’il découvre l’existence d’un trésor, des dizaines de kilos d’or dont le seul moyen de les récupérer repose sur les tatouages d’anciens prisonniers, une carte dissimulée sur la peau de plusieurs hommes éparpillés dans tout l’Hokkaido. À l’aide d’une jeune aïnou du nom de Ashirpa, Sugimoto décide de braver le froid et de partir à la recherche de ces hommes.

Les atouts de Golden Kamui

Golden Kamui dépeint l’ancien Japon sous couvert d’une histoire plutôt sombre et qui nous laisse pantois concernant la quête de notre cher Sugimoto. Arrivera-t-il à ses fins, à dérober ce trésor qui lui est si cher à lui et à sa partenaire Ashirpa ? L’animation nous fait découvrir les grandes plaines et forêts d’Hokkaido, région du nord du Japon, là où le froid et le vent priment sur tout le reste. Vous l’aurez compris, on est loin des animés où règnent les écoliers, les amours d’enfance ou les rencontres dans le train de la ligne Yamanote à Tokyo. Dans Golden Kamui, la chasse, les samouraïs, les guerriers et les références historiques sont multiples. On se perd rapidement entre l’aspect comique présent dans les personnages et la tension des obstacles qui se mettent en travers du chemin de Sugimoto.

Golden Kamui

Références historiques à gogo

Comme annoncé plus haut, s’il y a bien une chose qui fait la beauté de cette œuvre, ce sont les références multiples (et réalistes) du Japon d’autrefois, mais aussi des peuples dont nous ne connaissons que très peu l’existence. La guerre russo-japonaise tient une place très importante puisque Sugimoto en est un ancien guerrier (l’auteur s’est d’ailleurs inspiré de son grand-père pour ce personnage). Rappelons que cette guerre a créé de nombreux contentieux entre la Russie et le Japon, notamment concernant les îles Kouriles, là où vivaient les Aïnous autrefois, qui ont peu à peu dû se résigner à les déserter pour s’installer dans le nord du Japon, en Hokkaido.  C’est un peuple aborigène encore très peu reconnu au Japon, alors c’est particulièrement plaisant de voir que l’auteur a pris la peine de faire non seulement des recherches pour inclure des aïnous dans son oeuvre, mais surtout de rencontrer des anthropologues pour nous offrir une idée bien plus réelle sur ce qu’est un aïnou et sur son mode de vie. Dans l’animation, les références sont bien adaptées, de la langue à l’alimentation, tout en passant par la manière de prier ou de se nourrir, il est difficile de ne pas en ressortir moins cultivé lorsque nous regardons Golden Kamui, même si la série possède beaucoup de scènes humoristiques.

Plus on est de fous, plus on rit

Au fil du temps, la bande s’agrandit et rencontre des personnages tous plus excentriques les uns que les autres : une voyante qui porte une fourrure de renard, un homme avec un front aussi dur que la roche, un voleur idiot mais qui parvient cependant à fuir de toutes les situations les plus compliquées… Golden Kamui nous tient en haleine par ses personnages et ses scènes variées, avec une animation qui est, selon moi, visuellement fabuleuse.

Golden Kamui

L’animation

Golden Kamui est produit par le studio GENO. Si ce nom ne vous dit peut-être rien, c’est parce qu’il s’agit d’une filiale de la compagnie de production Twin Engine (Dororo, Vinland Saga…) et qu’il ne possède pas énormément de productions pour le moment. Cependant, Golden Kamui se démarque tout de même d’autres animations par la fluidité de ses combats, la beauté de ses personnages et la présence d’une CGI pour certains des animaux présents dans la série. Cette dernière n’est malgré tout en rien contraignante si on la compare à d’autres séries. Le studio parvient également à éblouir les spectateurs par le biais des magnifiques paysages d’Hokkaido, des villes comme Otaru ou Sapporo, des petits villages Aïnous… En bref, il nous en met plein la vue et on ne s’en lasse pas, et ce même après trois saisons !

Pour conclure…

Golden Kamui est pour moi une révélation de l’animation japonaise, un sans faute pour passer un bon moment et en découvrir toujours plus sur le Japon d’autrefois et la culture japonaise. Les expressions, les dialectes, les plans typiques de la comédie japonaise, rien ne permet de s’ennuyer devant cette animation. Plus encore, elle vous donnera pour sûr envie de lire et d’être à jour dans le manga ! Notons également que l’adaptation est très proche du manga et que les dessins sont tout aussi beaux.

Dans le même genre

Laisser un commentaire