Articles a la une

Derniers commentaires
critique

Adieu, mon utérus – One Shot

On découvre « Adieu, mon utérus », un manga one-shot des éditions Akata qui est autobiographique. Yuki Okada retrace la terrible expérience de son cancer du col de l’utérus. C’est un sujet sensible abordé grâce à un dessin mignon à croquer et des couleurs douces. On nous plonge dans cet univers en suivant le parcours de notre auteur. Un moment de partage émotionnel.

Synopsis

Yuki Okada, à 33 ans, avait tout pour être comblée : mariée et heureuse, mère d’une petite fille, et exerçant le métier qu’elle aime – autrice de mangas. Aussi, quand elle consulte son médecin pour un simple retard de règles, elle ne se doute pas de la terrible nouvelle qui l’attend : malgré son jeune âge, elle développe en effet un cancer du col de l’utérus.

Chamboulée et perdue, elle ne saura d’abord pas comment réagir, et affronter cette épreuve que la vie lui impose… Pourtant, très vite, elle comprend qu’il lui faudra faire des choix. Mais entre les avis de ses proches et du corps médical, comment savoir ce qu’elle souhaite vraiment ?

Mon avis sur Adieu, mon utérus

Si le titre n’était pas aussi parlant, on ne saurait pas vraiment si le sujet est profond ou pas. Avec une couverture aux couleurs pastel et son dessin tout mignon, on a l’impression de découvrir un shojo classique. Mais là, on vit une autre expérience. Il est quand même vrai qu’il s’adresse plutôt à un public féminin, mais je pense que cela éventuellement être une façon mignonne pour les hommes de découvrir une expérience qui peut être très traumatisante pour nous.

Dans l’ensemble du tome, on découvre les étapes du parcours : par le début, l’ignorance des symptômes, après le diagnostic, puis le parcours à l’hôpital. Elle a du mal à faire face à la nouvelle, car c’est tout son monde et ses rêves qui s’effondrent.

« Adieu, mon utérus » est un one-shot saisissant. Le coup de crayon de Yuki Okada nous donne une sensation plus douce de l’histoire avec beaucoup d’émotions. On découvre une histoire forte, simple, sans chichis. On suit un parcours lambda d’une femme face à cette nouvelle, rien n’est caché. On comprend que via son vécu, nos proches nous aident à surmonter l’épreuve et à nous dépasser.

Pour conclure, « Adieu, mon utérus » est une perle avec une histoire touchante. On se sent moins seule à ce moment-là. On vit les émotions à travers les dessins. J’ai vraiment passé un bon moment, même sur une histoire aussi dure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *