The Settlers : New Allies

The Settlers : New Allies est un jeu de stratégie de construction en temps réel développé par Ubisoft Blue Byte et édité par Ubisoft, sorti le 17 février 2023 sur PC. Il sera disponible le 23 mars prochain sur Xbox One, Xbox Series, PlayStation 4, PlayStation 5 et Nintendo Switch.

Ce test a été réalisé sur une version PC.

Histoire

Le mode solo nous propose de suivre l’aventure des Elari, un peuple contraint de fuir son pays natal pour trouver un nouveau foyer. Nous voilà parti à la conquête du monde mais surtout de nous trouver un nouveau foyer. La tâche est rude car lors de nos différents périples on se retrouve rapidement attaqué par les personnes vivant sur place. Nous sommes donc contraints de suivre les traces de nos ancêtres pour trouver la terre idéale !

The Settlers est une licence qui perdure depuis très longtemps. Le premier titre est sorti en 1993 sur Amiga puis après sur PC, nous proposant un modèle totalement nouveau et  vraiment complexe. Dans cette nouvelle version, The Settlers : New Allies nous propose quelque chose de plus simple s’adaptant à tous les joueurs !

La campagne solo est ponctuée de cinématiques, nous emportant avec le scénario dans leurs aventures. J’ai beaucoup aimé ce point faisant des pauses dans le jeu mais permettant ainsi de mieux comprendre le lore. Cela est bien plus sympathique que d’avoir juste une page de lecture avant de passer à l’objectif suivant. On se sent beaucoup plus investi dans cette quête.

Dans cette aventure, vous incarnez chacune des trois factions du jeu et entreprenez une variété de quêtes. Avoir une histoire à suivre rend l’action beaucoup plus vive et donne un sens au but qui justifie le travail acharné du jeu.

Gameplay

Un long didacticiel nous explique tous les rouages du jeu. Ils sont assez simples à prendre en main et on arrive très rapidement à comprendre les bases, surtout pour les fans de la série.

Le tutoriel est découpé en 11 chapitres, permettant ainsi de se focaliser sur une mécanique bien précise, de bien la maîtriser avant d’en rajouter une autre. Il vous faudra bien deux grosse heures voire plus pour le finir. Il se termine avec un petit cas pratique bien cerné et amusant.

Le système de city builder est très simpliste. Par exemple, pas besoin de gérer l’eau ou encore l’approvisionnement de nourriture pour vos habitants. On est plutôt sur un système global qui permet de se consacrer autant au développement de la ville qu’à la conquête. On va plutôt être à la recherche d’un équilibre pour vous permettre d’aller terminer les objectifs.

La partie la plus développée du gameplay est vraiment le système du territoire. On va devoir trouver des denrées et devoir agrandir notre espace. Pour cela, rien de plus simple. Des ingénieurs vont partir petit carré par petit carré, avancer et ainsi permettre de s’agrandir.

Avec le mode escarmouche, il est possible de jouer en ligne avec 8 joueurs maximum, mais on peut facilement faire avec moins ! Le vrai plus est que le jeu est cross-plateformes. À chaque début de partie, vous voila reparti à construire votre civilisation pour pouvoir écraser l’autre. Attention, ici il n’y a pas de mode recherche, donc pas d’évolution possible pour le moment, ou encore d’arbre pour vous spécialiser. On se trouve donc vraiment dans un combat égal. Il faudra rapidement développer des tours ainsi que des leurres pour gagner face à votre adversaire.

Il y a 13 maps différentes à explorer en fonction du nombre de joueurs présents dans la partie :

  • 1v1 : 5 maps
  • 2v2 : 4 maps
  • 4v4 : 4 maps

Il est possible de jouer avec ses amis face à l’IA.

Le mode Hardocre permet de mettre la barre vraiment plus haute et propose ainsi des défis à la hauteur de nos attentes.

La Technique

Les graphismes sont un vrai point positif pour le jeu. On voit que les développeurs ont pris le temps de nous en mettre plein les yeux. Les cartes sont détaillées. Au départ, nous avons une partie du terrain cachée par des nuages, puis plus nous nous aventurons et plus nous découvrons des terres. Ainsi, on pourra ramasser pierre, bois, chasser ou encore cueillir sur notre territoire.

Les détails apportés à l’univers sont vraiment très bien implantés. On voit les maisons évoluer au fur et à mesure que l’on construit à côté, mais aussi les travailleurs apportant les matériaux pour la construction. Le studio a vraiment joué la carte du réalisme pour ce point-là. Il a fière allure, avec des effets d’éclairage absolument magnifiques et l’utilisation de la couleur. La conception sonore est également de premier ordre, avec une bonne musique et un doublage en français vraiment bien fait.

Mon avis sur The Settlers : New Allies

The Settlers : New Allies est un bon jeu dans l’ensemble, mais il est dans l’air du temps avec une simplification des choses. Il est dommage de ne pas trouver de recherche vraiment évoluée ou encore en fin de compte de ne pas permettre de gérer l’eau ou un développement plus poussé de la ville. Nous sommes dans un jeu basique. Il est magnifique et propose une campagne solo super agréable à faire. Mais, car il y en a un, pour moi vraie fan mais surtout pour jouer à des city builder depuis 1987… je suis dans l’attente de plus. En fin de compte, même les jeux subissent une descente de niveau et de simplification.

Je suis toujours fan de la licence et super ravie du jeu en lui-même. Le multijoueurs est vraiment sympathique et rajoute un petit plus. On se consacre vraiment à monter une ville pour pouvoir juste sortir le plus rapidement des soldats et conquérir le monde. J’aurai aimé plus de campagne solo avec un petit peu plus de difficulté.

Pour conclure…

Pour conclure, The Settlers : New Allies est un bon jeu de simulation qui permet de renouer avec la licence mais aussi de faire plaisir à une population de joueurs. Les puristes du genre vont vite se lasser. Les graphismes et la bande son sont une pure merveille. La campagne solo est super intéressante avec une histoire qui nous apporte un peu plus sur le lore du jeu en lui-même.

La  note  de la  rédaction

3/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Graphismes très travaillés

Bande son agréable

Gameplay facile à prendre en main

Les points négatifs

Pas assez de complexité dans l’évolution de la ville

Réduction du jeu à une campagne militaire

Vous devriez Lire aussi
Like a Dragon Gaiden : The Man Who Erased His Name

Dans le même genre

Laisser un commentaire