The power of the Dark Crystal – Tome 1

The Dark Crystal est un film que l’on a tous vu une fois, pour ma part je l’avais vraiment adoré ! La suite n’a pas été faite à ce moment-là, et on a tous envie d’en savoir plus. La série préquelle sortie sur Netflix a donné le top départ à Glénat pour nous permettre de découvrir la suite en version comics : The Power of the Dark Crystal. Elle est composée de trois tomes. Voyons si le premier est à la hauteur du film et s’il nous donne les réponses attendues.

The power of the Dark Crystal Tome 1

Synopsis

Jen et Kira, devenus roi et reine de Thra, semblent avoir été corrompus par le pouvoir, n’éprouvant plus aucun des besoins du monde qu’ils ont contribué à sauver. Thurma, une élémentaire de feu, est alors chargée de dérober un morceau du Dark Crystal, mission qu’elle accomplit en compagnie du jeune Gelfling Kensho qui, de son côté, rameute accidentellement les Seksis et les Mystics.

Mon avis sur The Power of the Dark Crystal

Dès les premières planches de The Power of the Dark Crystal, on se replonge dans l’univers et l’ambiance de la licence. Pour ceux qui n’ont pas encore vu le film ou la série Netflix, rassurez-vous, l’auteur nous remet dans le contexte avec la préface qui replace l’histoire, les héros et les peuples. Le comics se situe 100 ans après le film, les héros dirigent le pays mais sans vraiment un succès fou et se laissent porter par le vent.

Le peuple de Thra doit toujours donner plus pour recevoir la guérison C’est devenu un vrai calvaire pour tout le monde. Thurma, l’élémentaire de feu, fait son arrivée dans l’histoire et bouleverse le monde ! Elle souhaite le sauver contre presque rien, juste un éclat du Cristal ! La situation n’est pas forcément meilleure et les oppressés d’hier sont devenus les oppresseurs d’aujourd’hui. On se demande comment Jen et Kira en sont arrivés à ce point-là. Le premier chapitre ne nous explique pas assez cette situation et c’est dommage, j’aurai beaucoup aimé en savoir plus la dessus. Le tome est vraiment centré sur Thurma, que l’on va suivre tout au long de celui-ci.

Le premier tome de The Power of the Dark Crystal nous propose de magnifiques illustrations de couverture signées Jae Lee et June Chung, et après chaque chapitre une illustration de Sana Takeda. Elles nous permettent de vraiment nous plonger dans l’univers. Les dessins sont vraiment puissants. La composition des pages est claire, on ne se perd pas dedans. La lumière dans les couleurs est maîtrisée avec succès et donne une plus-value au scénario. Ce dernier est assez simple pour ce premier tome mais reprend tout l’esprit du film de Henson et Oz.

Des thèmes très forts sont abordés ici, sur notre société actuelle avec le personnage féminin qui prend le pas sur le personnage masculin. En effet Thurma est haute en couleurs avec son tempérament de feu. Gelfling Kensho et quant à lui calme et zen, il respecte les règles et la hiérarchie. Ils tranchent complètement avec la génération de Jen et Kira, qui eux sont dans le modèle classique que l’on connaît tous. Le deuxième thème abordé est la vieillesse. Ici, le monde est toujours rajeuni grâce au cristal. Mais on comprend qu’en fin de compte la jeunesse est juste superficielle et que la lassitude s’installe quand même !

Pour conclure…

le premier tome deThe Power of the Dark Crystal est une petite mise en bouche, il met en place l’histoire. L’action sera surement plus présente dans les deuxième et troisième volets. Les dessins de Kelly et Nicholle Matthews sont splendides et mettent vraiment en valeur l’univers de The Dark Crystal. Les fans de la première heure seront ravis de ce tome, pour les nouveaux c’est aussi l’occasion de découvrir un univers riche et profond.

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Enregistrer