Rencontre avec Gwen Leblond, co-fondateur de Pop Central

"Gwen Leblond" co-fondateur de Pop Central

Entre deux parties de flipper et de borne d’arcade, nous avons pris le temps de rencontrer l’un des fondateurs du musée Pop Central, le musée de la pop culture : Gwen Leblond, qui a gentiment accepté de revenir avec nous sur les débuts de ce projet unique en Europe, ainsi que sur ce qui attend les visiteurs au sein de ce bâtiment qui va devenir un haut lieu geek. C’est l’heure de l’interview !

  • GBG : Gwen Leblond, bonjour et merci d’avoir accepté de répondre à nos questions. Vous êtes l’un des deux créateurs de Pop Central, pourriez-vous vous présenter ?
Le panneau d'entrée de "Pop Central"

Gwen Leblond : Je suis donc le co-fondateur de Pop Central maintenant, mais le musée a été créé par mon ami Franck Galiègue et Greg qui a rejoint Pop Central quand ils ont ouvert le musée éphémère de Lyon. Et du coup comme on se connaît depuis un certain temps, on s’est dit qu’il y avait un truc à faire de rassembler sa collection de voitures de film et ma collection de bornes d’arcades afin de n’en faire qu’une pour la proposer au public aujourd’hui à Étréchy.

  • GBG : Nous allons remonter un peu en arrière, comment a commencé votre collaboration ?

Gwen Leblond : Avec Franck on s’est rencontré, car à la base je suis organisateur d’événement, via mon association Games’N Co, sur les jeux vidéo et la pop culture, et il y a une dizaine d’années, on a voulu mettre en exposition des voitures de films. On a commencé par une, deux, quatre et puis trente et c’est lors d’un de ces événements que j’ai rencontré Franck qui louait sa Delorean et qui a gentiment voulu la ramener pour que l’on puisse l’exposer.

Les Fameuses "Delorean et K2000" exposées au musée
  • GBG : Comment est né le projet Pop Central ?

Gwen Leblond : Encore une fois, cela fait des années que Franck à cette idée en tête de créer un endroit mettant à l’honneur la pop culture pour pouvoir y présenter et louer des voitures de film, y vendre des jouets, tout ça dans un même lieu, et c’est aujourd’hui chose faite si j’ose dire.

Le rayon jouet nous est présenté par "Gwen Leblond"
  • GBG : Pourriez-vous nous parler un peu du musée afin de donner envie à nos lecteurs de venir visiter Pop Central ?

Gwen Leblond : La première chose que je pourrais dire, c’est que c’est un projet unique en Europe, deuxièmement on réunit vraiment le triangle des Bermudes de la nostalgie et de la pop culture, c’est-à-dire le jouet, le jeu vidéo et les voitures de films iconiques et de séries comme la Mystery Machine, les voitures de Fast and Furious ou encore celles de James Bond. Niveaux bornes d’arcades, on reste dans les années 1990, certaines de nos bornes vont jusqu’aux années 2000, mais on voulait rester dans les prémices du jeu vidéo jusqu’à l’arcade iconique qui a reçu beaucoup de pièces à l’époque dans les salles d’arcades et c’est ce qu’on essaye de recréer ici.

Le côté "salle d'arcade" des années 90 du musée

L’entrée se fait par le magasin où vous pourrez prendre vos places pour entrer dans le musée. Vous aurez ainsi accès à la partie exposition de voitures et à la partie jeu vidéo qui est elle-même divisée en trois étapes. La première est la démonstration et la redécouverte des consoles dans leur milieu d’origine, c’est-à-dire dans des kiosques de démonstration d’époque. C’est à ce jour la plus grosse collection de kiosques mise à la disposition du public, puisqu’on a pratiquement tous les kiosques de démonstration des éditeurs, de la Nes à la Switch en passant par la Xbox One et la PS5.

Ensuite, vous pourrez contempler une exposition de tous les hardwares vidéoludiques des différents constructeurs comme par exemple le Power glove de Nintendo ou encore le Commodore 64. Enfin, la dernière partie est la partie arcade qui regroupe donc des bornes, des flippers, des babyfoots et du air hockey, bref tout ce que l’on peut retrouver dans une salle d’arcade des années 1990.

Les différents constructeurs avec leur consoles et "kiosques de démonstration"
  • GBG : Pour l’instant Pop Central n’est pas encore ouvert, pour quand prévoyez-vous la date d’ouverture au public ?

Gwen Leblond : On est dans l’attente de l’accord de la commission pour avoir les accords d’ouverture (mairie, préfecture), une fois ceci fait nous pourrons faire passer la commission de sécurité qui devrait nous permettre d’accueillir du public. Cela ne devrait plus tarder cela dit et nous espérons que ce sera rapide désormais. Cependant, vous pouvez tout de même venir visiter si vous commandez via le site des sessions de roulage. Vous pouvez ainsi conduire des voitures comme la Delorean, K2000 ou la voiture de Starsky et Hutch et en prime vous pourrez visiter le musée, car nous trouvions qu’il était important de remercier les gens qui nous aident dans ces moments de finalisation de notre projet.

Le T-Rex grande fierté de "Gwen Leblond"
  • GBG : Le musée est en passe d’ouvrir donc, mais avez-vous déjà des projets d’évolutions que vous aimeriez mettre en place dans le futur ?

Gwen Leblond : Dans le futur, nous avons envie d’ouvrir un studio d’enregistrement pour les réseaux, comme nous le faisions (NDR : Avec l’association Games’N Co) en louant les studios de Jeuxvidéo.com à Webedia, deux fois par mois à peu près, ce qui nous permettait de faire des lives, de présenter des consoles et de faire venir des invités. Notre but ici est donc de créer un studio ou même un jeune YouTubeur qui voudrait s’initier aux réseaux sur un plateau, où on lui fournit le matériel, l’ingénieur son, l’ingénieur lumière et tout ce qui s’ensuit, pourra, via une location, tourner ses lives et autres vidéos.

Mais ce sera pour plus tard, pour l’instant, nous venons à peine d’ouvrir que c’est déjà trop petit, le but sera donc de s’étendre dans d’autres villes même si le Pop Central d’Étréchy restera le QG. Pourquoi ne pas faire une vraie piste de roulage également ? Bref, nous avons plein de projets en tête pour la suite.

Découvrez notre avis complet sur le musée Pop Central ici

  • GBG : Vu que nous sommes un média geek, il y a une question que l’on pose à tous nos interviewers : quel est votre dernier coup de cœur vidéoludique ?

Gwen Leblond : Dans la mesure où je ne suis pas encore remis de l’histoire de la Viper (NDR : Regardez la vidéo découverte du musée pour en savoir plus), je dirais Gran Turismo VII. Pourtant j’étais fâché avec Gran Turismo V et VI auxquels je n’ai pas apporté plus d’attention que ça, mais l’épisode VII je l’ai platiné, j’ai d’ailleurs reçu un mail de PlayStation à ce sujet disant que je faisais partie des 8 % de joueurs ayant acheté le jeu à l’avoir platiné. C’est aussi ce qui a fait que le stand PlayStation ici à Pop Central est juste magnifique, du moins c’est mon avis et il a été le fer de lance du musée chez Sony, ce qui a permis à l’histoire de la Viper d’arriver. Ceux qui regarderont la vidéo de visite du musée comprendront de quoi je parle.

La "Viper" iconique de Gran Turismo refaite à l'identique.
  • GBG : Il faut d’ailleurs rappeler que tu as participé, deux années de suite, aux championnats du monde de Gran Turismo où tu es arrivé dans les 500 premiers…

Gwen Leblond : Oui pour Gran Turismo III. C’était six mois de compétitions assez intenses et j’ai réussi, sur 8800 ou 9000 personnes à finir 380ème. Il faut savoir qu’on jouait de chez nous sur une portion de circuit avec une voiture imposée et un temps donnée et si tu réussissais, tu obtenais un code que tu devais enregistrer sur un site internet pour avoir ton classement. J’ai été pris dans les 400 premiers, mais après les autres joueurs étaient bien trop forts pour moi. En plus, il suffit que l’on soit mal réveillé, que l’on ai pas bien dormi, tu fais une faute et c’est fini. Mais c’était une sacrée expérience en tout cas.

  • GBG : Merci encore Gwen de nous avoir accordé tout ce temps pour répondre à nos questions.

Gwen Leblond : Eh bien, c’était avec plaisir, vous revenez quand vous voulez !

Vous devriez Lire aussi
Ma vie de Blogueuse - Arocaria

Dans le même genre

Laisser un commentaire

En savoir plus sur GeeksByGirls

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading