Paper Mario – The Origami King

Paper Mario – The Origami King est un jeu d’action/aventure développé et édité par Nintendo, sorti sur Switch le 17 juillet 2020. Voyons ce que vaut le nouveau chapitre de cette série !

Histoire

Les frères Mario sont invités au château de la princesse Peach, situé à Toadville, pour assister au festival Origamifest. Mais alors qu’ils arrivent en ville, en kart, ils sont surpris par le fait qu’elle soit déserte. Ils continuent jusqu’au château, et Mario se retrouve devant la princesse, qui semble avoir changée. En effet, celle-ci est faite en origami. Mario est ainsi fait prisonnier et dans sa cellule fait la connaissance de sa partenaire pour cet épisode : Olivia. Elle est la sœur du roi Olly, qui n’est autre que le responsable de cette pagaille. Ce dernier utilise sa puissance pour délacer le château de la princesse Peach et le protéger de cinq rubans.

Mario se retrouve propulsé en forêt avec Olivia. Ensemble, ils vont devoir combattre les origuerriers et défaire les rubans afin de sauver la princesse et le royaume.

Vous l’aurez compris, ce nouvel épisode fait la part belle aux origamis. Ainsi, nous aurons droit à une floppée de jeux de mots par rapport au fait d’être plat ou plié. Cet humour est une marque de fabrique de la série et c’est avec plaisir qu’on le découvre à nouveau avec de nouveaux gags. On pourra ainsi rencontrer les esplis des éléments (des esprits élémentaires). Même si la qualité des jeux de mots ne vole pas toujours très haut, on a toujours au moins le sourire aux lèvres tout au long du jeu.

Pour cet opus, nous ne ferons pas équipe avec Luigi, même s’il apparaîtra régulièrement tout au long de l’aventure. Mais ne vous inquiétez pas, vous en aurez d’autres pour vous épauler.

Gameplay

Paper Mario : The Origami King abandonne la plupart des éléments RPG des épisodes précédents. En effet, nous avons ici affaire à un retour aux bases de la série, à savoir un jeu orienté exploration/plateforme et des combats orienté action avec un timing précis.

Lors de l’exploration, nous pourrons nous déplacer avec le stick gauche, sauter avec le bouton A et donner des coups de marteau avec le bouton B. Y nous donne accès à un menu d’objets utilisables hors-combat, tandis que X servira à utiliser les cercles de pouvoir que l’on trouvera parfois en chemin. Vous rencontrerez des trous dans le décor, il faudra les boucher avec des confettis, que l’on récolte sur les ennemis ou en frappant les arbres avec le marteau puis que l’on jette en appuyant sur ZR. Ces confettis sont stockés dans un sac ayant une capacité maximum (qui augmentera au cours de l’aventure). Vous aurez aussi des Toads cachés un peu partout, des blocs “?” (parfois invisibles) et des coffres au trésor. Ces quatre éléments disposent d’un pourcentage d’avancement par zone, vous permettant de savoir si vous avez réussi à tout faire ou non.

On pourra bien sûr écraser un ennemi en lui sautant dessus ou avec un coup de marteau, mais cela ne le tuera pas forcément du premier coup, cela dépend de votre puissance, qui elle-même dépend du nombre de cœurs que vous avez. Vous commencerez l’aventure avec 50 cœurs et devrez à ce moment combattre tous les ennemis. Certains sont de taille normale et cela lancera le combat en arène, d’autres sont immenses et demanderont seulement de l’esquive et de frapper le point faible avec le marteau (dans le dos).

Les combats se déroulent au tour par tour. Cependant, une nouveauté vient faire son apparition. En effet, avant de commencer à lancer des attaques, il faudra d’abord résoudre un puzzle sous forme de cercles et de cases avec les ennemis dessus. Il faudra tenter, dans le temps imparti, de les aligner les uns derrière les autres ou les placer devant vous en formation de carré 2×2 cases. Pour cela, vous sélectionnerez le cercle à faire tourner avec le stick gauche, puis une fois validé, vous pourrez le faire tourner à volonté toujours avec le même stick. Vous pourrez aussi changer de type de mouvement avec la touche R et ainsi faire coulisser les cases suivant l’axe choisi (en gros vous déplacez les cases de la colonne sélectionnée). Vous disposerez d’un certain nombre de déplacement par combat ou par vague d’ennemis car, oui, il pourra y avoir plusieurs vagues d’ennemis. Si vous réussissez le placement, vous obtenez un bonus de puissance d’attaque. Si vous ne disposez pas d’assez de temps, vous pouvez en ajouter en appuyant sur la touche + en dépensant pour cela des pièces, et si vous n’arrivez pas à trouver comment faire ou souhaitez de l’aide, vous pouvez appeler des supporters Toads en maintenant appuyé le bouton Y jusqu’à la somme que vous voulez dépenser (max 999, sachant qu’en général 130-150 suffisent). Les Toads sont sur les gradins et viennent ainsi vous donner un coup de main en déplaçant des ennemis, en les frappant ou en vous donnant des objets (cœurs, armes, champignons…). Ces Toads sont ceux que vous avez trouvé dans le décor, donc ne les négligez pas !

Une fois le combat lancé, le premier tour sera le vôtre. Vous aurez un certain nombre d’actions disponibles en fonction du nombre d’ennemis à battre. Vous pourrez choisir d’utiliser les attaques classiques (saut ou marteau) ou bien des objets (fleur pour lancer des boules de feu, bloc pow…). Les attaques classiques peuvent être utilisées à l’infini sans usure, cependant, les armes que vous équiperez (chaussures en fer anti-pics, marteau plus résistant…) s’abiment avec les coups et finissent par se casser. Il faudra donc faire attention à votre inventaire, équiper régulièrement de nouvelles armes et penser à faire le plein à la boutique également. Lors de l’attaque, vous pourrez faire plus de dégâts en appuyant sur le bouton A au bon moment. Tout est une question de timing pour que cela soit bon, super ou excellent. Il en va de même lorsque l’ennemi vous attaque, appuyer sur A au bon moment vous mettra en garde et réduira considérablement les dégâts subis.

Ça, c’est les combats normaux. Pour les boss, c’est un peu différent car ce sera votre adversaire qui sera au centre. Il faudra du coup faire bouger les cases autour de lui pour disposer les flèches et les bonus sur votre chemin vers le boss. Ce chemin doit commencer par une flèche sur la case devant vous et se terminer par une case d’attaque sur le cercle le plus proche du boss.

En plus des armes, Mario pourra compter aussi sur des accessoires qui donneront divers bonus en combat (plus de points de vie, plus de défense…) ou lors de l’exploration (aspiration des confettis, détection des Toads planqués…), qu’il faudra acheter à la boutique dédiée puis équiper, mais aussi sur l’invocation des esplis, une fois que vous les aurez battus.

Technique

Techniquement, Paper Mario : The Origami King est magnifique. Le jeu est haut en couleurs, les décors sont très beaux, on retrouve des personnages en 2D et les ennemis en Origami et des Toads coincés, froissés, transformés en animaux… Le level design est aussi très bon, il faudra vraiment être très attentif pour trouver tout ce qui est caché du premier coup, et ne pas oublier que le décor est en 3D. les animations sont fluides et bien faites.

Le son n’est pas en reste. Si les effets sonores sont des classiques des jeux Mario, on a tout de même affaire à une bande son de qualité, avec de très belles musiques correspondant bien aux différentes zones du jeu. Les bruits de papier froissé nous plongent à merveille dans cet univers de papier.

Le jeu est disponible en français bien sûr, comme toujours avec les jeux made in Nintendo. Les jeux de mots sont très drôles et ont dû donner des sueurs froides aux traducteurs pour les adapter du japonais tout en gardant un humour percutant. Les textes sont tout à fait lisibles, que ce soit sur grand écran ou sur la console.

Pour conclure…

Paper Mario : The Origami King est une bonne surprise qui a été annoncée peu de temps avant sa sortie. Si le système de placement des ennemis est intéressant au premier abord, il devient vite rébarbatif et on a vite fait de penser que l’on préfèrerait combattre directement. Cependant, cela apporte tout de même une touche de réflexion. L’exploration, l’histoire, les jeux de mots, l’humour général du jeu, tout est là pour faire de ce jeu un bon Paper Mario.

Le jeu est disponible en version physique ou dématérialisée pour 59,99€. La version eshop vous demandera 6,4 Go d’espace disponible.

 

Attention

Il existe actuellement un bug dans le jeu pouvant bloquer votre progression et vous obligeant à recommencer le jeu depuis le début. Sachant que ce problème intervient vers la fin du jeu, c’est assez handicapant. Nintendo est au courant et devrait rapidement sortir un patch correctif.

Nintendo a publié un patch le 6 Août 2020 pour corriger ce problème ainsi que quelques autres.

La  note  de la  rédaction

4/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

L’univers en papier

L’humour

Beaucoup de choses à découvrir

Les points négatifs

Système de placement des ennemis vite rébarbatif

Dans le même genre

Laisser un commentaire

  • Merci pour toutes ces infos qui peuvent être très utiles. Je n’ai pas encore commencé à jouer à « Paper Mario : The origami King », mais je compte m’y mettre très bientôt !

Tweetez
Partagez
Enregistrer