My Memory of Us

My Memory of Us est un jeu d’aventure/réflexion indépendant polonais. Le jeu est développé par Juggler Games et édité par IMGN.PRO qui est en charge des versions PC, PS4 et Xbox One. Si l’on en croit un récent tweet, la version Switch édité par Crunching Koalas devrait sortir avant la fin d’année.

Merci à Zarian pour cet Article !

La touchante histoire de My Memory of US

Tout commença quand une jeune fille fit la rencontre d’un libraire. Ce dernier, très étonné par la ressemblance entre la jeune fille et la photographie qui venait de tomber d’un livre, décida de lui conter une histoire. En deux temps trois mouvements, nous voici projetés dans le livre pour revivre la rencontre du libraire avec une jeune fille lorsqu’il était petit. Orphelin, il devait voler pour survivre, mais lors d’une petite course-poursuite avec des policiers, il tombe dans une poubelle et fait la rencontre de la jeune fille. Pris d’amitié pour le petit garçon, elle décida de l’amener à son grand-père qui lui offrit le gîte et le couvert en échange de l’entretien de la maison et du jardin. Malheureusement, le bonheur de cette nouvelle famille ne pouvait perdurer, car une armée de robots attaqua les lieux et colora une partie de la population en rouge.

My Memory of Us

Si vous n’aviez pas compris, l’histoire racontait l’envahissement de la Pologne par l’armée allemande lors de la Seconde Guerre mondiale. Vous assisterez donc au traitement réservé au peuple juif lors de cette période : méprises, moqueries, dénonciations, collaborations et déportations sont des sujets abordés dans My Memory of Us. Nos 2 héros n’ont pas d’identité, aussi, aucun lieu n’est cité pour la simple et bonne raison qu’il n’y a aucun dialogue, hors cinématiques. Les différents personnages communiquent grâce à des bulles contenant des dessins de symboles et objets pour que nous puissions comprendre les énigmes. D’ailleurs, très intéressé par l’histoire du jeu, je me suis renseigné et j’ai appris que la Pologne a un très lourd passé, car la Shoah a tué environ 2,7 millions de Juifs en Pologne, sur 6 millions au total pendant la guerre. Si l’on en croit les « souvenirs », des affiches disséminées un peu partout durant votre aventure, l’histoire se passerait dans un Ghetto, plus précisément celui de Varsovie.

My Memory of Us

Les couleurs

Le monde de My Memory of Us est composé de plusieurs nuances de noir, blanc et gris. Le rouge, une couleur plus forte, est présent pour vous indiquer les éléments importants, mais aussi la différence entre une personne « normale » et « juive ». Cela peut sembler incongru de vous souligner cette différence et pourtant, les métaphores du jeu font que le spectateur ne doit pas être choqué, tout en comprenant l’histoire. Cette couleur rouge est donc très importante, car elle vous aidera tout le long de votre aventure. On remarquera aussi que le souci du détail est présent. Les différents plans sont magnifiques et à aucun moment, je ne me suis demandé si tel élément avait bien sa place ici. Petite mention pour les plans qui rétrécissent et s’élargissent pour que le spectateur puisse profiter de l’ambiance du titre.

My Memory of Us

Les ÉNIGMES

Point très important du jeu, les puzzles sont au cœur du jeu, car si vous ne les résolvez pas, vous n’avancerez pas. Tout naturellement, le jeu vous invitera dès le début à essayer les mécaniques de base : sauter/monter/descendre et attraper des objets. Vous ferez également la connaissance de vos capacités spéciales qui consistera à courir pour la jeune fille et se dissimuler pour le garçon. Cela semble simpliste au premier abord et pourtant tout se compliquera au fur et à mesure de votre avancée. Vous apprendrez à partager vos capacités entre vos personnages pour qu’ils puissent, ensemble, passer par-dessus les obstacles.

My Memory of Us

Attention, monter une échelle n’est pas ce que je considère être une énigme. Par contre, devoir compter les bateaux, les oiseaux et les fraises pour ensuite faire une opération mathématique et enfin trouver le code d’une porte, là, oui, on peut parler d’une énigme. Régulièrement, votre cerveau devra se concentrer pour résoudre quelques problèmes, mais dans l’ensemble, le tout reste assez facile à comprendre. Si vous êtes un habitué des « point and click » et « puzzle-game », vous n’aurez aucune difficulté. Malheureusement, cette facilité déconcertante est parfois accompagnée d’énigmes sans trop de rapports et qui cassent un peu l’immersion. Dans de rares moments, vous pourrez vous évader grâce aux quelques activités présentes pendant votre aventure. Vous aurez la chance de danser pour les nazis, de conduire une moto à contresens ou encore de tirer sur un robot aquatique XXL. Bien que sympathique, tout ceci reste anecdotique.

My Memory of Us

L’IMMERSION

La musique de Patryk Scelina est magnifique et reste dans le thème qui est, certes, sombre, mais où l’on ne peut pas passer à côté de l’optimisme du petit garçon. Le tout est renforcé par la belle voix de Patrick Stewart en tant que narrateur, que vous devez connaître en tant que Professeur Xavier dans les X-Men, pour ne citer que ce film. Sans version française, nous devrons profiter de cette forte voix en VO, qui est, bien évidemment, agrémentée de sous-tires pour arriver à suivre l’histoire de nos 2 protagonistes.

Que vaut la version Switch ?

Le portage de la version Switch a été réalisé par le studio Crunching Koalas. En premier lieu, il faut savoir que la version Nintendo Switch possède le même contenu que sur PC. Si vous avez déjà joué à My Memory of Us sur PC, nul besoin de vous tourner sur cette version. Par contre, si vous voulez découvrir l’histoire de nos 2 protagonistes, n’hésitez plus ! Cependant, le portage ne semble pas être encore au point, je m’explique. Que ce soit dans le mode Portable, Table ou Télévision, le jeu est fluide. Je n’ai aucune baisse de framerate, 60 FPS constant. Malheureusement, à certains moments, il y a des saccades très désagréables que vous pourrez retrouver dans la vidéo ci-dessous. Après plusieurs tests sur la version PC et Switch, je peux confirmer que ces petits lags ne sont que sur la version Switch, quel que soit le mode utilisé. Aussi, j’ai notifié deux moments où ces saccades sont les plus présentes : quand la petite notification en haut à gauche arrive et quand la jeune fille court, ce qui est déjà plus dérangeant.

Test video de My Memory of Us

Publiée par Geeks/Life By Girls sur Mercredi 23 janvier 2019

Comme vous pouvez le constater, ces saccades ne nous laissent pas indifférents, elles se ressentent. Concernant les contrôles, comme la souris n’a pas d’utilité sur PC, le tout est assez classique. J’apprécie le fait de pouvoir utiliser le joystick ou les flèches directionnelles selon mon envie. Bien évidemment, que cela soit en mode Portable ou Table, les Joy-Con n’ont aucun impact sur le gameplay, vous pouvez donc utiliser l’accessoire de la Switch pour en faire une manette, ou brancher votre manette favorite pour profiter d’une expérience enrichissante sur ce My Memory of Us.

Malgré quelques énigmes un peu tirées par les cheveux, c’est un pari gagné pour My Memory of Us qui souhaite nous faire découvrir avec ces métaphores un bout d’histoire de la Pologne lors de cette Seconde Guerre mondiale. Après les 4 à 5 heures passées dans cet univers assez triste, il est certain que vous serez rempli d’émotions face aux péripéties de nos petits personnages.

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Un univers qui donne à réfléchir

Une histoire intéressante

La direction artistique

Une bande-son magnifique

Aucun bug lors de mes sessions

Les points négatifs

Des énigmes parfois sans trop de cohérence

Portage Switch pas encore au point

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez2
Enregistrer