Les Récits de la Vague Noire – L’œil d’Ocultazen

 Les Récits de la Vague Noire (RLVN) – L’œil d’Ocultazen, est le premier roman en auto-publication de l’autrice Chrysse Geist. Publié en 2018 sur Amazon en format kindle ou broché, ce roman narre les aventures d’une guilde d’amis dans un univers tiré des jeux-vidéo, plus précisément du MMORPG AionLa Vague Noire s’est créée. 

L’illustration de couverture a elle aussi été dessinée par l’autrice et représente le symbole de la guilde, mélangeant plusieurs références issues du jeu vidéo. 

Synopsis

Sur la Réode, planète peuplée de créatures tels que des nains ou des trolls, et d’humains en tout genre, la vie se déroule paisiblement depuis la fin de la Grande Guerre. La Vague Noire, une guilde d’Alonia, coule des jours heureux dans le confort de leur maison, la Ga’mingousse, ne travaillant que pour assurer le ravitaillement du garde-manger. Aujourd’hui, la guilde a la chance de recevoir une quête à la récompense colossale. Peu habitués à sortir du territoire des hommes, les membres de la Vague Noire s’apprêtent à partir à l’aventure. Encore faut-il savoir ce qu’est l’Œil d’Ocultazen…

Roman Les Récits de La Vague Noire - l’œil d'Ocultazen de Chrysse Geist

Mon avis sur Les Récits de la Vague Noire

Une guilde, c’est un peu comme une famille. Tous les geeks qui ont vécu l’expérience se reconnaissent dans ma réflexion. Et une famille, ça s’aime, ça se dispute, ça s’éloigne pour mieux se retrouver. C’est exactement ce que retranscrit l’autrice dans les Récits de la Vague Noire. On y rencontre des personnages qui ont chacun leurs particularités et dont les histoires nous transportent dans un univers vaste et fantastique. Les liens entre eux sont très forts, bien que parsemés d’embûches et de divergences. Ils s’étirent mais subsistent.  

On s’identifie facilement à cette bande de compagnons atypiques grâce à leur langage parfois familier et franc à base de piques affutées et d’ironie à moitié camouflée. C’est cet humour qui transparaît dans les dialogues fluides et communs du roman, comme s’ils étaient tirés de la réalité. Justement, c’est le cas ! Chrysse Geist a écrit son roman en s’inspirant du vécu de la guilde sur les MMO’s et de leurs discussions sur Discord, en toute authenticité. Lire les RLVN avec cette information en tête m’a permis de m’imprégner encore plus des personnages et de leur monde.

Une mouche vola un instant, puis un rire explosa de l’ensemble de la table.
– Vraiment bonne celle-là ! La blague, j’entends, fit Jean-Michel.

p.35

L’histoire se passe en plusieurs temps : le passé et le présent. On suit la guilde dans l’avancée de sa quête aventureuse et osée, mais on en apprend également beaucoup sur le passé anecdotique de chaque membre. Les questions que se posent les lecteurs ne restent donc pas sans réponse, et la création de l’univers du roman en est d’autant plus réussie.

La Ouate de Feuk est une matière textile issue des fleurs de Feuk. Ces fleurs poussent en Licorsi et leur récolte est si fastidieuse, qu’elle en est devenue une expression à part entière. En général, elle souligne l’aspect désagréable d’une situation.

p.18

Les amateurs de suspens et de rebondissements ne restent pas sur leur faim, étant donné qu’il ne suffit pas à la guilde de tuer un boss pour accomplir sa mission. En effet, elle passe par de nombreuses étapes, comprenant notamment des mises à l’épreuve et des découvertes risquées.

– Restez ici et surveillez que la situation ne dégénère pas.
– Et si elle dégénère ?
– On fonce dans le tas, répondirent Mystii, Sayo et Créteux.
– Essayez tout de même de ne pas en arriver là, leur enjoignit le templier.

p.204

J’ai suivi l’aventure de la Vague Noire avec entrain et facilité, me laissant porter par la plume de l’autrice dont j’ai dévoré le roman et ses 341 pages sans prêter attention au temps qui suivait son cours. J’ai également bien aimé retrouver un humour similaire à celui du Donjon de Naheulbeuk. 

Enfin, il se lit vite et bien, et est adapté aux adultes comme aux adolescents. Pour les enfants, ce n’est pas conseillé car les dialogues présentent quelques grossièretés, mais rien de bien méchant.

Extrait du roman Les Récits de La Vague Noire - l’œil d'Ocultazen de Chrysse Geist

Pour finir

Les Récits de la Vague Noire – l’Œil d’Ocultazen est un très bon roman, trop méconnu comparé à ce qu’il mériterait. Il nous transporte, avec des personnages atypiques, dans un univers de magie, de races, de combats, et de quêtes, à la manière d’un MMORPG de qualité. La fin laisse entrevoir une suite qui nourrira, je l’espère, la curiosité et l’excitation que j’ai ressentie en lisant les dernières lignes.

Pour conclure…

Tout est là pour satisfaire les lecteurs geeks avides d’aventures fantastiques et d’humour. L’œuvre est bien écrite, avec fluidité et passion. Je le recommande vivement !

Dans le même genre

Laisser un commentaire