Interview Luminark

Commençons par le commencement, parle-nous un peu de toi ?

Salut ! Moi c’est Sébastien, un ingénieur informatique de 30 ans passionné par la création de jeux vidéo. Je monte tranquillement mon entreprise en travaillant à côté. Oh ! Et je fais des vidéos YouTube aussi 🙂

Luminark

Ici, tu peux parler de ta vie “perso”, tes études… En dehors de ton métier, joues-tu aux jeux vidéo ?

Avant d’être développeur, je suis avant tout un gamer têtu et téméraire. En plus du dernier Demon’s Souls, j’ai fini tous les jeux de la franchise. Bon ça, c’est quand les enfants sont couchés et que je ne me perds pas devant un manga.

Quelle plateforme possèdes-tu ?

Je suis plutôt PS5 mais rien ne vaut une session de jeu devant un bon écran d’ordi ! Mais j’ai aussi une Switch, une tablette, un mobile… et une PSP, ça compte ?

Luminark

Avant d’être développeur que faisais-tu ?

Oula ! Qu’est-ce que je faisais il y a 15 ans ? J’ai commencé des études de comptabilité pour finalement obtenir mon BAC Pro. Mais j’étais tellement passionné par la programmation…

Pourquoi un changement si soudain ?

Tous les soirs / le week-end, j’étais devenu accro aux lignes de code. J’ai fait un BTS informatique par correspondance avant d’intégrer une école d’ingé. Quand on a la volonté, il ne faut jamais hésiter à foncer 😉

Si ton précédent métier était totalement différent, tu peux nous expliquer la raison de ce changement ? As-tu rencontré des difficultés en te lançant dans une telle aventure ? Si oui, lesquelles ?

Développeur de jeux vidéo… Un métier qui demande énormément de compétences pour pouvoir sortir un jeu potable qui sera vite perdu dans la masse. Oui, c’est une aventure très difficile mais quand on est passionné, il n’y a pas que l’argent qui compte dans la vie, il faut faire ce qu’on aime vraiment.

Mon diplôme me permet d’accéder facilement à un métier rentable. Je suis actuellement Responsable d’Application au siège social d’une société d’expertise comptable. Cela me permet de nourrir ma famille tout en me permettant d’investir pour mon entreprise pendant mon temps libre. En espérant un jour pouvoir vivre de ma passion.

Parle-nous de ton entreprise, la composition de l’équipe, nom, année de création… D’où t’est venue l’idée du nom “Luminark” pour ton entreprise ?

J’ai officiellement créé mon entreprise le 12 Septembre 2017. Je suis tout seul et j’ai principalement travaillé avec des freelances pour combler mes lacunes, principalement dans tout ce qui est 2D 😮


J’aimerai proposer des jeux éducatifs parce que je suis persuadé que c’est un domaine qui n’est pas suffisamment exploité dans les jeux vidéo alors qu’il y a énormément de choses passionnantes à mettre en place. Luminark, c’est pour moi un mélange de Lumière, de In (dans), et de Darkness (obscurité).

Luminark

Comment organises-tu tes journées de travail ?

Mon agenda est très optimisé ! Dormeur la nuit et responsable d’application le jour. Cela me laisse du temps pour vivre et faire un peu de sport (indispensable pour les dev !). Le soir et le dimanche, je me consacre à mon entreprise. J’ai depuis un an lancé ma chaîne YouTube dans le but de rassembler une communauté pour un jour créer des jeux communautaires. Au bout de 15 ans, on se lasse un peu de faire des jeux dans son coin mdr.

Parlons maintenant de ton premier jeu : comment t’est venue l’idée de le créer, combien de temps cela t’a pris pour le faire, comment tu t’es organisé pour le faire… As-tu pu réaliser d’autres jeux ?

J’ai sorti de nombreux jeux plus ou moins jouables, mais le premier que j’ai créé avec Luminark s’appelle « Clicker bAdventure ». Un jeu de clicker en 3D jouable dans un open world où le héro vivra… une mauvaise aventure… J’ai mis un an pour le créer sous Unreal Engine, il fallait bien que j’apprivoise le moteur. Le jeu n’a pas fait un grand succès mais sortir un jeu sur Steam donne une réelle expérience sur la création d’un jeu à partir de zéro.

Luminark

Ici, tu peux parler des 2 autres jeux que tu as réalisé, tu peux également expliquer que tu as travaillé pour une entreprise américaine…

Si je suis aussi passionné par la création de jeux éducatifs, c’est parce que j’ai eu l’opportunité de travailler pour un client américain : Legends of Learning.


Ils sous-traitent la création de centaine de jeux pour qu’ils puissent être joués en cours par des élèves de primaire ou de collège. Des jeux d’une demi-heure pour introduire des cours ou pour les aider à pratiquer. C’est impressionnant de voir comment on peut modéliser des exemples de la vie de tous les jours pour aider tous ces enfants à avoir des cas concrets.


J’ai donc développé un jeu de pirate « A Percent of a Pirate » pour enseigner les ratios et les pourcentages. D’ailleurs, ce jeu est également disponible sur Steam. Le deuxième jeu que j’ai réalisé s’appelle « My Lemonade Company » et a pour objectif d’expliquer différentes taxes et leurs utilités dans la vie de tous les jours. Pour ce dernier, j’ai réalisé une petite histoire où le héros doit créer une petite entreprise et recruter des employés pour leur expliquer comment gérer un budget avec des achats et des dépenses.

Quelles technos utilises-tu et pourquoi ?

J’utilise Unreal Engine pour créer mes jeux. Ce moteur permet de visualiser son code avec ce que l’on appelle le Blueprint. C’est super agréable de travailler avec ce système et c’est plus simple pour s’y retrouver. Quand on utilise un moteur moins puissant (mais plus simple à prendre en main), on sait qu’on sera un jour limité par ses capacités. Au moins, je sais que je n’apprends pas dans le vide et que ça me sera toujours utile.

Unreal Engine / Unity… avantages /inconvénients

C’est un sujet qui fait énormément débat. Bien qu’avec le succès de Fortnite et l’intégration d’Unreal dans le monde du cinéma et des serious games, tout le monde se rend compte qu’il n’y a plus vraiment de débat. Et ça, c’est sans parler de la différence de rendu graphique qui se creuse.


Pour avoir débuté sur Unity, j’ai eu beaucoup de mal à prendre du plaisir à développer. L’interface ne me semble pas agréable à utiliser et c’est très difficile de prendre en main le code. La moindre fonction à développer me semble complexe. Unreal est certes dur à prendre en main parce que c’est compliqué de comprendre quels types de fichiers créer et comment ils communiquent entre eux, mais le développement est tellement plus simple. Puisque le travail est visuel, il suffit de connecter des blocs entre eux, c’est beaucoup plus intuitif.

Quels sont tes prochains projets ?

Je me consacre principalement sur ma chaîne YouTube. J’aimerais faire des petits jeux et expliquer comment je m’y suis pris pour les créer. Avec toutes ces années passées à développer, j’ai énormément de choses à raconter ! 🙂


J’ai eu la chance d’être coaché par Chris et Samuël, de la chaîne Poisson Fécond. On a passé plusieurs heures ensemble pour que je puisse apporter de la qualité dans mes vidéos et ce sera vraiment un plus qui m’aidera à faire décoller cette entreprise.

Es-tu intéressé par le développement sur d’autres plateformes que le PC ?

Le mobile est intéressant, mais le développement des jeux est totalement différent. Il faut prendre en compte le fait que les joueurs ont moins de temps quand ils lancent une session de jeu. Les méthodes de rémunération sont également totalement différentes. Mais c’est une plateforme qui m’intéresse beaucoup.

Quels conseils peux-tu donner à quelqu’un qui souhaite se lancer en tant que développeur de jeux vidéo indépendant ?

C’est avant tout un métier que l’on fait par passion, pour la joie de créer un univers qui nous plait. Aujourd’hui, on a la chance d’avoir des moteurs de jeux accessibles et d’une puissance sans précédent. Il ne faut pas hésiter à foncer, il n’est jamais trop tard (ni trop tôt) pour commencer.

Mais il faut garder en tête que c’est très compliqué de se rémunérer correctement dans ce métier. Il faut donc poursuivre ses études et toujours avoir un plan B pour espérer pouvoir s’en sortir. Et puis, si vous voulez vous lancer, n’hésitez pas à venir sur ma chaîne ou à m’envoyer un tweet si vous voulez des conseils 🙂

Sur quels réseaux sociaux peut-on te retrouver ?

Sur YouTube : Luminark Games
Sur Twitter : LuminarkGames

Luminark

Un dernier mot pour la fin ?

Merci de laisser la chance aux développeurs de s’exprimer. On ne se rend jamais compte du travail énorme que cela demande de réaliser un jeu vidéo. Je soutiens fortement les courageux qui se lancent dans cette fabuleuse aventure !

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Enregistrer