Interview Guillaume

Aujourd’hui, nous vous faisons découvrir un dessinateur : Guillaume ! Vous pouvez le retrouver sur son Instagram. Je vous laisse découvrir ses réponses à nos questions !

Commençons cette interview, on a tous envie d’en savoir plus sur toi ?!

Moi c’est Guillaume, mon corps vient d’avoir 42 ans mais j’ai plutôt 15 ans d’âge mental. Je dessine depuis tout petit et n’ai jamais vraiment arrêté, même s’il y eut des périodes un peu creuses. Je suis né et ai grandi à Paris, et suis breton depuis quelques années maintenant. En réalité, je suis breton de cœur depuis la fin des années 80, grâce à de mémorables vacances en terre celtique. Je m’éloigne du sujet non ? Hum hum, je me recentre. J’ai fait trois ans d’études dans le dessin mais j’étais assez feignant et ça ne me passionnait pas trop. Comme je dis à chaque fois, j’ai plus progressé en dessinant pendant les cours de maths. J’aime les jeux vidéos, que je collectionne un peu, les mangas/comics/Bds, le sport (mais pas trop hein) et ai un amour inconditionnel pour tout ce qui touche à mon enfance, que ce soit tous mes vieux jouets, les magazines/albums d’images ou autres dessins animés. J’oublie surement pleins de choses mais il faut garder un peu de mystère, non ?

Maintenant, parlons un peu de tes talents de dessinateur. Comment as-tu appris à dessiner ? Quel est le matériel que tu utilises ?

J’entretiens une relation d’amour/haine avec mon dessin. Bien conscient que je dessine, somme toute, mieux que la moyenne, je ne me considère pas comme un dessinateur réellement doué (ce qui en fera hurler certains, je sais, mais que voulez-vous…). J’ai encore beaucoup de choses à apprendre et je suis plus intéressé par le processus créatif que de gratter la feuille. J’ai appris à dessiner, autant que je me souvienne, en recopiant mes Bds favorites, ce qui aura forgé mes traits même si… Un de mes soucis majeurs est que j’ai plusieurs styles. Certains y verront un avantage, et s’en est sûrement un. Néanmoins, c’est fatiguant de jongler entre différents styles sans savoir vraiment sur lequel s’arrêter. Donc je jongle entre le dessin traditionnel et mes tablettes (une wacom cintiq 21 pouces et un Ipad pro). Sinon, en tradi, c’est souvent le même process : dessin à l’HB, critérium 0.3, gomme mie de pain et encrage au feutre fin (Faber-Castell ou Copic Multi Liner)

Quelle est ta spécialité ?

Le cassoulet à l’ail et … hein ? Ah, en dessin. Ma foi, par goût, je suis indéniablement attiré par les univers japonisants, japon pour lequel j’ai aussi énormément d’amour, tant pour la culture que pour le pays où j’ai eu la chance d’aller deux fois. En réalité, c’est dur de définir ma spécialité, car j’en possède plusieurs. À choisir, je dirais le dessin à référence avec un trait « propre » appliqué. Je n’ai pas réellement de style à moi mais je m’accorde d’être un encreur précis. Selon l’expression, chez moi les mouches ont mal aux fesses.

Où trouves-tu le plus ton inspiration ?

​Dans mon enfance surement, il faut dire que ma génération a eu la chance de connaître les débuts du jeu vidéo et l’arrivée du phénomène manga, via le Club Dorothée. Époque bénie, s’il en est (cœurs dans les yeux). La musique m’aide beaucoup aussi, et mes goûts sont très éclectiques. Il va sans dire que mes différentes lectures ne sont pas étrangères à mes processus créatifs.

Qui est ton dessinateur préféré ?

​Wow… J’ai énormément de respect pour plusieurs dessinateurs. En vrac… Mon bro Shiryan, Florent Maudoux, Olivier Coipel, Adam Hugues, Sinix, Ashley Wood… En réalité je pourrais t’en citer des centaines, ils m’inspirent quotidiennement. Ceci dit… il y en a un qui surpasse tous les autres, un illustre inconnu qui reste dans l’ombre, par politesse, pour ne pas écraser les autres, mon cousin Jogon, dont j’ai des œuvres accrochées au mur. Si son talent venait à être rendu publique, tous les artistes de cette planète mangeraient leurs crayons.

De quel dessin es-tu le plus fier ?

​Mmmmm… Un des mes plus aboutis reste le Raoh (dans Hokuto no Ken/Ken le survivant, pour toi qui ne suis pas au fond de la classe). J’y aurais bien passé une semaine je crois, et le résultat est satisfaisant. Un dessin de Dragon Ball qui servira pour une couverture d’un magazine de jeux vidéos (mais qui reste à sortir donc que je ne peux pas encore montrer). Ouais, j’ai fait des couv’ pour Player Spirit et des illustrations, expériences sympas.

Est-ce qu’on t’a déjà proposé de faire des conférences ou d’assister à des événements ?

​Non jamais, et du reste même si j’ai une facilité pour partager et m’exprimer, je ne me sens pas réellement la légitimité pour être conférencier ou autre. Sauf devant une classe de maternelle, là je suis sûr de tous les surclasser.

Arrives-tu à vivre de ton talent ?

Pas encore, et je ne compte pas en vivre. Du moins pas en apport financier principal. Pour être un peu au courant du « game », je sais que ca tient du sacerdoce et que c’est un métier ingrat. Peu sont les dessinateurs qui sont payés à leur juste valeur. Faire de la BD par exemple, c’est passer des dizaines d’heures le nez sur ses planches et payé peu (les auteurs sont les moins bien payés ou peu s’en faut, alors qu’ils sont la clé de voûte de l’industrie). Donc en somme, je compte garder un emploi alimentaire et essayer malgré tout de produire quelque chose à côté. J’ai des projets de Bd en cours, après, pas évident d’y consacrer beaucoup de temps, c’est une activité qui demande beaucoup. Entre 8h de boulot, mes deux heures de route pour l’aller/retour, mes enfants, ma femme… Difficile d’y accorder du temps. Pas impossible, mais clairement compliqué.

Penses-tu mettre en place un système de commande de dessin ?

Alors je l’ai déjà fait, mais j’ai arrêté. En réalité, j’ai du mal à faire les choses si elles ne me passionnent pas, et ca arrive que des demandes ne me bottent pas plus que ça. Reste la carotte financière, c’est sûr que si c’est très bien payé, je me sors les doigts (c’est plus pratique pour dessiner). Rester du temps sur une commande aura aussi tendance à mettre sur la touche tous les autres projets. Je pense qu’il faut que ce soit dans un cadre pro, ou encore une fois bien rémunéré. Par exemple, mes couvertures de magazine.

Penses-tu mettre en place une chaîne YouTube ?

​J’y avais pensé mais pour du contenu de rétro gaming et également pour une émission de cinéma (dont je suis friand). Mais une chaine Youtube demande beaucoup d’investissement et de suivi. Je n’ai ni le temps ni la fibre pour ça, même si je suis un bon consommateur de vidéos. Y’a pas un site de vidéos avec un hamster ?

Es-tu un gameur ?

​Toujours oui, moins qu’avant mais je reste un gamer raisonnable. Je joue depuis le milieu des années 80, premières expériences sur le CPC 464 !! Je me sens comme le père Fourras là… Comme je disais plus haut, je collectionne modestement, et beaucoup de mes pièces viennent de mes acquisitions passées. Aujourd’hui je joue sur PS4, Switch Lite.

Si oui : quel est ton style de jeu vidéo préféré ? Sur lequel prends-tu le plus de plaisir à jouer ?

​J’aime bien les FPS, genre Call of Duty. Mais mes manettes n’aiment pas quand je joue à Call of Duty. Sinon, j’adore les survival type Resident Evil ou feu Silent Hill. La dernière série qui m’avait énormément plu était Dead Space, les deux premiers. Ils sont vraiment excellents. Mais attention, si je ne devais retenir qu’une licence, ça serait Zelda, à jamais dans mon cœur (en pixel). Le Breath of the Wild était vraiment super et je trépigne en attendant le deuxième volet. Souvent, il est question de savoir quel est le meilleur Zelda, beaucoup répondent Ocarina of Time, qui est un monument, mais pour ma part, mon Zelda de cœur restera le Link to the past sur Super Nintendo.

Parlons encore un peu de ton avenir, que souhaites-tu réaliser pour 2020 / 2021 ?

Alors dans un avenir proche, je souhaite gagner à l’euromillions. Ça ressouderait pas mal de trucs. Dans une mesure plus raisonnable ? Voir se concrétiser certains de mes projets, que je puisse enfin rencontrer du succès, devenir riche et conquérir le monde. En toute modestie. Je travaille avec un ami sur deux projets. Ce dernier est un scénariste de BD qui a déjà pas mal d’expérience dans le milieu, je suis confiant sur la solidité de ce que nous proposerons.

Un dernier mot pour la fin ?

Ceux qui me connaissent attendent obligatoirement un mot tendancieux (et Dieu sait que j’ai recommencé cette intro plusieurs fois). Je terminerais en vous souhaitant le meilleur, que ce soit aux gens du site ou aux lecteurs. Prenez soin de vous, faites les choses bien et soyez bienveillants, que ce soit envers les autres mais surtout envers vous-même, on ne l’est jamais assez. Arrêtez de perdre du temps et de votre précieuse énergie pour des choses ou des gens qui n’en valent pas la peine. Avancez et soyez fier. Et qui que vous soyez, j’espère qu’on se croisera. Bisous.

Pour conclure…

Nous souhaitons remercier Guillaume d’avoir pris du temps pour répondre à notre interview !

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez10
Enregistrer