Articles a la une

Derniers commentaires
dossier

Interview Chrys Galia

Pour ce mois de Juillet, on vous fait découvrir une auteure Chrys Galia . Vous avez découvert sur le blog deja ces livres, on a souhaitez vous présenter l’écrivain !

Je vous laisse découvrir ses réponses à nos questions !

Parle-nous un peu de toi… Qui es-tu, quel est ton premier métier, ton parcours, ton lieu de vie,  etc. ?

Je suis mariée, maman de 3 garçons de 5 à 15 ans. J’étais juriste, mais j’ai choisi de me consacrer à l’éducation de mes enfants. Je vis dans la région Bordelaise depuis de nombreuses années maintenant, entre terre et océan.

Depuis combien de temps écris-tu ?

J’écris depuis septembre 2016.

Et d’où te vient cette passion pour l’écriture ?

Je n’avais jamais imaginé prendre la plume avant cette date. Tout est né d’un pari avec ma sœur. Nous avions lu un roman dont nous aurions apprécié une fin différente. Elle m’a lancé le défi d’écrire à mon tour. Je l’ai relevé, sans penser que ce serait une telle révélation. Laisser aller mes doigts sur le clavier m’a rendue addict. J’ai beaucoup de mal à me freiner aujourd’hui.

As-tu des passions en dehors de l’écriture ?

Je n’ai que ça ! Je suis une passionnée de nature, je m’intéresse absolument à tout ! Je fais de la peinture, du dessin, de la mosaïque, des meubles en carton, (je vends certaines créations sur des boutiques en ligne), du patchwork, et même de la layette. Je fais de la pâtisserie, du cake design ( ce qui m’a inspiré le thème de mon dernier roman : Sous ton masque, publié aux éditions Addictives). Et tant d’autres choses encore. La vie est courte, je veux en profiter, apprendre est ma plus grande passion.

Quelle est ta journée type d’auteur ? As-tu des rites quand tu écris ?

Ma journée type auteur… Il serait plus juste de dire : Ma nuit type auteur ;). J’ai tellement de choses à faire en journée que malheureusement, je ne me consacre à l’écriture qu’à partir de 21h00, lorsque le calme se fait autour de moi et que je suis certaine de ne pas être dérangée par le quotidien. La journée, j’aime répondre aussi aux personnes qui commencent à me suivre sur les réseaux sociaux. C’est un honneur pour moi et la proximité de la toile me permet d’affiner le contact avec ceux qui me lisent. J’essaie de rester disponible autant que possible, et de ne pas les faire attendre lorsqu’ils me posent des questions. Le soir, je m’installe sur mon canapé, avec un thé parfumé, et je laisse mes personnages s’emparer de moi et s’exprimer sur mon fichier word. J’aime avoir un fond de musique, c’est inspirant. C’est à peu près tout, je n’ai pas d’autre rituel.

Quels sont tes trois romans préférés ?

C’est extrêmement difficile de n’en sélectionner que trois. J’adore lire, ma bibliothèque regorge de trésors qui se battent pour trouver leur place sur les étagères et je vais bientôt devoir investir dans un meuble supplémentaire… Mais mes livres de chevet, ceux qui m’ont transportée dès l’âge de 9 ans sont : Les Fleurs du mal de Baudelaire, L’Assommoir de Zola et les Hauts de Hurlevent de E.Brontë. C’est assez hétéroclite comme choix, mais ça me définit assez bien.

D’après toi, lequel de tes personnages est le plus séduisant et pourquoi ?

Je les aime tous, s’ils se sont exprimés à travers moi, c’est qu’ils ont tous leur importance, mais Giulian de TOI, mon ex, ton ex & MOI est un homme assez idéal. Il a du caractère, des fêlures, mais il reste très romantique et attentionné. Physiquement, c’est aussi mon idéal.

Ta citation préférée ?

Là encore, il y en aurait plusieurs, mais celle qui me sert de leit-motiv, c’est : « Croire en ses rêves, même les plus fous ! »

Que préfères-tu  dans ton activité d’auteur ? Avant, pendant, après l’écriture ? D’autres moments ?

Ce que j’aime c’est le moment où je découvre ce qui arrive à mes personnages. Je les laisse vivre sous mes doigts, sans savoir où ils vont aller. L’histoire s’écrit d’elle-même, j’écris de la même façon que je lis : curieuse de savoir ce que va me dévoiler la page suivante. J’aime le moment où je suis tellement dans la tête du personnage que je disparais pour penser comme lui, j’entends sa voix, je ne suis plus tout à fait moi. C’est magique, je deviens l’autre, et j’adore ça. Je suis comme actrice de mes propres livres. C’est exaltant et un peu troublant aussi lorsque je mets le point final à l’histoire et que je me libère de la personnalité de mes héros.

Racontez-nous l’aventure de ta première édition et comment s’est-elle passée ?

J’ai commencé par l’autoédition : la Boutique des auteurs et Librinova. Dans le même temps, j’ai envoyé mon tout premier manuscrit : TOI, mon ex, ton ex & MOI, aux Editions Addictives ainsi qu’à d’autres maisons d’édition. Entre temps, j’avais publié en autoédition PARIER MAIS PAS JOUER qui a eu un succès fulgurant. Les Editions Addictives ont été les premières à me faire confiance et nous avons rapidement signé un contrat. J’ai eu la chance de les rencontrer à Paris et elles m’ont réservé un accueil très chaleureux. Depuis, tout se passe à merveille, et notre travail en commun porte ses fruits. Dans le même temps, j’ai signé un contrat d’agent avec Librinova, et leur équipe m’accompagne avec un grand professionnalisme et tant de gentillesse. J’ai grâce à Librinova, signé aussi avec BMR de Hachette, pour mon roman PARIER MAIS PAS JOUER, et là encore, j’ai des rapports excellents avec cette maison d’édition. Tout le monde a été vraiment adorable avec moi, je dois dire que j’ai beaucoup de chance d’avoir fait de si belles rencontres.

Quelques conseils à un auteur débutant ?

Je n’ai pas d’autre conseil à donner que celui d’oser se lancer. Il ne faut pas avoir peur. Comme je l’ai déjà dit, il faut croire en ses rêves, même les plus fous ! On n’a qu’une vie, et cette expérience est fabuleuse, tellement enrichissante. On apprend beaucoup, on travaille, on s’améliore, on est au contact des gens, c’est un bonheur. Foncez, croyez-en vous, c’est tout ce qui compte.

Quels sont tes auteurs préférés et quel est le dernier livre que tu as acheté avant de répondre à cette interview ?

Mes maîtres sont Zola et Beaudelaire, j’ai toute la collection des Rougon Macquart… lue et relue ! J’aime aussi Camus (La peste est une référence), Emilie Brontë, Jane Austen… La liste n’est pas exhaustive… Loin de là !

Mon dernier achat de livre date de ce matin même : L’ombre du Papillon de ma collègue Marilyse Trécourt. J’ai hâte de découvrir sa plume.

Et si on parlait un peu des auteurs qui t’ont donné envie d’écrire ?

C’est après plusieurs lectures de Emma Green des Editions Addictives que j’ai osé me lancer. Je suis tout particulièrement fan de leur personnage de Vadim. Je crois qu’il n’est pas besoin de préciser de qui il s’agit, beaucoup de lectrices le comptent parmi leurs héros préférés. Je continue à lire Emma Green, avec un grand plaisir.

Qu’est-ce qui t’attire en premier chez un homme ?

Je suis extrêmement difficile… et sélective. Je regarde en premier son visage, les yeux, la bouche… J’aime les blonds aux yeux clairs, avec une bouche pulpeuse et bien dessinée, un beau sourire. Je regarde aussi la nuque, et les mains.

Es-tu plutôt conte de fées ou passion dévorante ?

 Les deux mon capitaine !

Je suis une passionnée romantique. J’aime l’intensité dans les rapports et je reste très sensible à la galanterie et aux nuages roses à paillettes !

Je crois qu’on peut avoir les deux à la fois, que l’on peut être les deux à la fois. Pour qu’un couple fonctionne, il faut toujours surprendre, alors, romantique un jour, passionné(e) le lendemain… Pas de lassitude, de la surprise, de l’étonnement, des étincelles en permanence !

Une petite anecdote à nous raconter ?

Oui, un moment incroyable ! Une des lectrices qui me suit : Gabrielle, m’avait contactée pour me dire que ses proches s’étaient inspirés de la fin du tome 1 de PARIER MAIS PAS JOUER pour préparer une demande en mariage. Même déco, même procédés… dans les moindres détails. J’étais extrêmement touchée. Mais là où Gabrielle a fait très fort, c’est que lors d’une interview en direct au Salon du livre de Paris, elle m’a fait l’immense surprise de venir, et surtout d’intervenir en m’offrant une adorable carte et en expliquant notre histoire. J’ai versé quelques larmes évidemment, c’était si touchant et flatteur. J’ai eu la chance de discuter avec elle et l’une de ses amies, Mélissa, après l’interview et nous sommes restées en contact depuis. J’ai d’ailleurs cité Gabrielle et sa petite famille dans mon tome 3 de PARIER MAIS PAS JOUER, pour la remercier de sa gentillesse et de sa fidélité.

Je tiens à remercier toutes les personnes qui font le choix de mes livres pour entrer quelques heures dans mon univers… et je tiens à te remercier, toi, Lilie, ton blog, pour cette charmante interview et le temps que tu m’as accordé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *