Horizon Forbidden West : Burning Shores

Sorti le 19 avril dernier exclusivement sur PlayStation 5, le DLC Burning Shores d’Horizon Forbidden West nous emmène dans les ruines d’un Los Angeles post-apocalyptique.

Ce test a été réalisé sur une version PS5.

Boulevard des rêves brisés

Déjà un an qu’Aloy a foulé les terres de l’Ouest Prohibé ! Horizon Forbidden West se voulait plus ambitieux que son prédécesseur, et c’est globalement réussi. Et comme son aînée avant elle, cette suite se targue également de son DLC ajoutant intrigues, quêtes annexes, et surtout un nouveau terrain de jeu à explorer. Cap donc sur la Côte Embrasée, qui donne son nom au DLC en anglais, pour une aventure marquée par des reliques du passé.

Sans spoiler l’histoire d’Horizon Forbidden West, sachez que le DLC Burning Shores se déroule après la fin du jeu. Impossible donc d’y accéder avant d’avoir vu le dénouement de l’intrigue initiale. On y retrouve Sylens et ses manigances habituelles, informant Aloy de la présence d’un nouveau Zénith au large de la Côte Embrasée. Vous comprendrez vite la gravité de la situation si vous avez déjà eu affaire à ces fameux Zéniths ! Aloy met donc le cap vers la Côte Embrasée, l’ancienne Los Angeles, désormais à moitié submergée. Quant à la partie embrasée, disons juste que les volcans de la région n’ont pas chômé pendant la fin du monde…

Vous avez raté notre test du jeu de base ? Retrouvez l’avis de la Rédaction sur Horizon Forbidden West juste ici !

Rencontre du destin

Aloy n’aura malheureusement que peu de temps pour profiter du paysage : sa monture volante est abattue en plein vol par une tourelle Zénith. Cet atterrissage forcé la met nez-à-nez avec une Quen du nom de Seyka. Il s’agit là du deuxième groupe de l’expédition Quen, déjà rencontré au cours des péripéties d’Aloy ! Équipée d’un Focus ancien, on apprend qu’elle cherche sa sœur, portée disparue. Très vite, Aloy et Seyka vont faire équipe pour désamorcer cette tour Zénith et partir à la recherche de leurs cibles respectives.

Une aventure qui ne sera pas sans péripéties et révélations ! Bien que les enjeux restent relativement simples dans Burning Shores, on y voit s’amorcer les prémices du prochain jeu Horizon. On peut remercier ce fameux Zénith antagoniste pour cela, qui sait se révéler menaçant à sa manière. On comprend tout de suite de qui Guerrilla Games s’est inspiré pour sa personnalité… Mention spéciale d’ailleurs à sa confrontation finale, absolument dantesque, et qui justifie à elle seule l’exclusivité PlayStation 5 ! Disons juste que les dinosaures ne sont pas les seules choses anciennes qui peuvent prendre vie dans l’ex-Cité des Anges…

La relation Aloy / Seyka est une des meilleures dynamiques de la série Horizon jusqu’ici. Bien qu’elles ne se connaissent finalement que depuis peu, leur alchimie crève l’écran. On dit souvent que les opposés s’attirent, et c’est quelque part le cas ici : Aloy préfère agir calmement, Seyka est impulsive ; la Nora favorise ses montures volantes, la Quen ne jure que par ses talents de navigatrice. Et pourtant, malgré tout ce qui les rend différentes, ce qui les rapproche rend leur relation d’autant plus attachante. Burning Shores marque d’ailleurs la première fois qu’Aloy peut faire un choix romantique : on vous laisse découvrir ça par vous-même.

Le rêve Hollywoodien

Mais qu’en-est-il de cette fameuse Côte Embrasée d’un point de vue Gameplay ? La zone en elle-même est constituée de plusieurs îles. Un bateau à moteur ou une monture volante seront donc à privilégier pour l’exploration. Certains repères géographiques clés de Los Angeles se devinent par endroits : les archives du Capitole, une portion d’autoroute relativement célèbre, la grande roue près de la mer… Mais surtout les lettres Hollywood, gardées par une ancienne machine de guerre. Un parc d’attractions à thème sur les dinosaures est également au rendez-vous.

Inutile de dire que visuellement, cette Côte Embrasée est magnifique. Horizon Forbidden West n’était pas à plaindre, certes, mais restait un jeu cross-génération ; ici, Guerrilla Games a pu mettre à profit la puissance de la PlayStation 5 pour proposer un rendu paradisiaque. Distances d’affichage, rendu de l’eau, éclairage : il y a de quoi jouer avec le mode Photo !

Bagarre embrasée

La Côte Embrasée grouille bien entendu de machines elle aussi. En plus du bestiaire complet du jeu de base, Burning Shores nous met face à une machine grenouille coriace ainsi qu’à un nouveau type de monture volante. Des ajouts assez timides, mais qualitatifs. De nouvelles compétences et sursauts de Bravoure permettent d’ailleurs de rendre Aloy toujours plus agressive à jouer. Du reste, le jeu se déroulant en post-game, les affrontements seront bien sûr prévus pour des joueurs un tant soit peu expérimentés. Attention donc si vous reprenez Burning Shores après avoir laissé dormir le jeu trop longtemps…

Burning Shores est plutôt généreux de nature, ceci dit. J’ai repris le jeu avec de l’équipement à peine amélioré, et j’ai très vite pu récupérer moultes items légendaires. Les armures et armes proposées sont évidemment très fortes. C’est peut-être l’occasion d’augmenter un peu la difficulté de votre partie si vous ne souhaitez pas rouler sur les machines face à vous. Pour les améliorer, il faudra crapahuter dans la Côte Embrasée pour collecter une nouvelle ressource. Une toute nouvelle arme est aussi au rendez-vous après avoir tombé un des boss du DLC ! Elle rend certains affrontements un peu faciles, mais c’est une bonne récompense après toutes ces aventures dans l’Ouest prohibé.

Le début de la fin ?

Finir l’intrigue principale de ce DLC Burning Shores prendra un peu moins de six heures, sans trop traîner. Ajoutez à cela les quelques quêtes annexes, le nouveau Creuset à explorer et tous les collectibles à récupérer : il y a de quoi passer de bons moments en compagnie d’Aloy. Cependant, ce n’est pas un DLC qui va révolutionner la formule initiale non plus. Horizon Forbidden West reste le même jeu, avec ou sans DLC. Si vous êtes partants pour plus d’Horizon, Burning Shores sera un super moment. Si vous ressentez une fatigue des open worlds, vous risquez d’y trouver un deuxième service pas forcément à votre goût. À prendre en compte avant de passer à la caisse donc.

Pour conclure…

Horizon Forbidden West : Burning Shores est un excellent épilogue pour les fans de la licence. Les prémices d’Horizon 3 s’y amorcent doucement, tout en proposant un dernier coup de polish sur le Gameplay du 2. Les fans occasionnels pourront néanmoins passer leur chemin sans trop y perdre pour autant.

La  note  de la  rédaction

4/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Visuellement impeccable

Le combat final, et l’antagoniste

La relation Seyka / Aloy

Les points négatifs

Plus de la même chose, en bien comme en mal

Peu de quêtes annexes

Vous devriez Lire aussi
E3 PC Gaming Show + Future Games Show

Dans le même genre

Laisser un commentaire