De Neiges et de Flammes – Tome 1

Petite nouveauté apparut au catalogue de mai des éditions Glénat, De Neiges et de Flammes, la première œuvre de Kiko Urino à être traduite en français. Au cœur de cette histoire de fantasy au pitch intrigant se trouve une promesse, celle qui lie la princesse du royaume du feu au prince du royaume de neige. Une histoire d’amour qui met ses personnages et leurs relations au centre du récit, oubliant peut-être les lecteurs dans ce processus. Nous étions chauds pour le découvrir à sa sortie le 15 mai 2024, mais sa lecture nous a un peu refroidit.

Cette critique a été réalisée avec un exemplaire fourni par l’Éditeur.

Frontierland

Deux garçons voyagent avec un dragon sans ailes dans les terres froides du royaume des neiges pour tenir une promesse faite il y a trois ans à la princesse du pays du feu. Ces trois jeunes bravent les dangers du monde extérieur pour se retrouver “au milieu” de leurs deux royaumes. Mais ce périple aura des conséquences irréversibles sur leurs avenirs respectifs…

Kiko Urino est une autrice atypique, dessinant pour plusieurs magazines et s’essayant à plusieurs genres au gré de ses envies et de sa curiosité. École de choristes, boys love international, dystopie où l’amour a fait place à un mariage par “match”… elle s’est attaquée à tous les sujets pour décrire toutes sortes de relations humaines. Lorsqu’elle se lance dans la fantasy avec De neiges et de flammes, ses lecteurs sont surpris dans un premier temps… mais très vite, comprennent que sa démarche n’a pas changé : c’est sous ce prisme imaginaire qu’elle racontera la fougue de deux jeunes gens qui feront tout pour se retrouver.

Glénat

De Neiges et de Flammes s’ouvre sur un tête-à-tête entre un jeune garçon et une jeune fille nommée Uluru, dans lequel ils discutent autour d’un œuf de dragon prêt à éclore. Changement de décor, nous retrouvons le garçon qui se nomme Kislim accompagné de son dragon et d’un autre enfant en pleine tempête de neige. À peine devenus adultes et ayant échappé à une mystérieuse épidémie qui décime les enfants avant l’âge de 13 ans, les deux frères se sont lancés à la découverte du monde avec pour mission de respecter la promesse, faite par le prince du pays des neiges Kislim à la princesse du pays du feu Uluru, de se retrouver dès leur majorité à la frontière entre leurs deux pays.

C’est donc en compagnie de son frère Al et du dragon sans ailes Doro que Kislim s’échappe du château. Mais entre les monstres qui pullulent dans la région et les gardes du palais lancés à leur trousse, les princes auront bien du mal à arriver sans encombre au bout de leur voyage, d’autant que ce dernier risque bien de leur réserver encore quelques surprises.

Une fantaisie tout feu tout flamme

De Neiges et de Flammes est la première œuvre traduire en français de Kiko Urino et va donc être celle avec laquelle les lecteurs de l’hexagone vont découvrir le travail de cette mangaka, assez éclectique dans ses choix, multipliant les genres et les sujets au gré de ses fantaisies, avec pour seul point commun de mettre les relations humaines au centre de ses récits. Prépublié depuis 2021 sur le site de l’éditeur Shinchôsha, Kurage Bunch, De Neiges et de Flammes (Kimi ni Aitai de son titre original) ne compte pour l’instant que deux volumes disponibles dans l’archipel avec un écart d’un an entre les deux tomes.

Voilà qui promet une longue attente avant de connaître la suite des aventures de Kislim et d’Uluru, l’autrice ayant dans l’intervalle travaillé sur un boy’s love en one shot intitulé Internet Love! (qui est d’ores et déjà annoncé pour paraître au catalogue Glénat dans les prochains mois) et ayant commencé il y a peu une nouvelle série : Arisu, Dokomademo. Officiant en tant que mangaka depuis les années 2010, on peut dire que Kiko Urino n’est jamais restée dans sa zone de confort en ce qui concerne ses œuvres, passant de la comédie en milieu scolaire au boy’s love sans jamais refaire deux fois la même chose, sa seule envie étant de décrire au mieux toute sortes de rapports humains au travers de son travail.

Pour cela, elle s’appuie sur un style graphique assez minimaliste, où le dénuement et l’épuration de certaines cases mettent en valeur les personnages, surtout leurs visages, et les sentiments qu’ils renvoient. C’est un parti pris certain, mais qui ne plaira pas à tout le monde tant on peine à se départir d’un sentiment d’immobilisme figeant l’action qui perd rapidement en rythme. 

Ça a jeté un froid !

À la lecture de De Neiges et de Flammes tome 1, je me suis instantanément rappelé les sentiments qui m’avaient assailli à la lecture de Wolf & Parchment tome 1, qui m’avait laissé sur le bord de la route. Si pour ce dernier, je n’avais pas réussi à rentrer dans cet univers découlant d’une autre série où l’on était censé connaître déjà les personnages et le contexte géopolitique, ici c’est la narration éclatée de Kiko Urino qui fait que l’on se sent totalement étranger à ce monde. En effet, la mangaka nous plonge de façon très abrupte dans son histoire, nous révélant des bribes d’informations au fur et à mesure du tome, mais sans réelle connexion entre les flashback et le moment présent.

On sent qu’elle sait parfaitement où elle veut en venir et où elle compte nous emmener, mais pressée de dépeindre ces interactions sociales qu’elle affectionne tant, en oublie que ce n’est pas le cas de ses lecteurs. Il n’en reste alors qu’une incompréhension empêchant un attachement aux protagonistes et à leur sort, voire au pire un décrochage complet de l’histoire. Pour l’instant, je me situe dans la première catégorie ! N’étant pas très attirée par la patte graphique de la dessinatrice, je pensais pouvoir me rabattre sur l’histoire ainsi que je l’avais fait pour Fool Night qui a su me conquérir avec une intrigue passionnante à défaut de dessins à mon goût.

Malheureusement, l’absence d’un grand nombre d’informations ancrant l’univers de De Neiges et de Flammes dans un réalisme tout relatif (cela reste de la Fantasy) fait que je ne me suis sentie que très peu concernée par le destin de Kilsim et d’Uluru. Pourtant, en jouant sur l’humour comme le fait si bien Killing me / Killing You, Kiko Urino aurait pu nous permettre de passer outre, mais en choisissant de rester très premier degré, il ne reste rapidement plus que l’ennui. Comme je ne suis pas femme à condamner définitivement dès le premier tome (Tower of God m’en est témoin !), je vais attendre le deuxième tome de De Neiges et de Flammes avant de me prononcer plus avant, même s’il va falloir être patient puisque la publication du tome 2 n’a pour l’instant toujours pas de date de sortie.

Pour conclure…

Pour la première incursion de Kiko Urino dans l’hexagone, Glénat a choisi De Neiges et de Flammes, dans lequel la mangaka se lance dans la Fantasy. Spécialisée dans la retranscription des relations sociales, l’autrice en oublie ici le principal avec une intrigue sans réelle cohérence, simple enchaînement de moments chronologiques et de flashbacks censés étoffer son univers. Elle laisse donc son lecteur de côté, au risque que celui-ci ne parvienne jamais à s’immerger dans cette histoire d’amour entre les héritiers royaux de deux pays que tout oppose. Qui plus est, on ne développe que peu d’empathie pour les deux héros Kislim et Uluru, ce qui couplé au rythme assez lent du tome 1 n’aide pas à se laisser convaincre d’attendre la sortie du volume suivant pour voir si une bonne surprise est à venir. Les optimistes tableront là-dessus pour attendre De Neiges et de Flammes tome 2, mais pour les autres, ce sera sans doute next !

Vous devriez Lire aussi
Among Us, le guide 100% non officiel

Dans le même genre

Laisser un commentaire