At Dead of Night

At dead of Night est un jeu d’horreur indépendant. Édité et développé par Baggy Cat Ltd. Il est sorti le 19 Novembre 2020 et pour l’instant disponible uniquement sur Windows.

L’histoire de At dead of Night

At Dead of Night commence avec Maya. Une jeune étudiante qui se rend à un festival à pied, censée retrouver des amis en chemin pour camper. Le temps tournant à l’orage, ses amis ont pris les devants et, sans attendre la jeune femme, sont partis à l’hôtel le plus proche pour y passer la nuit (bon là, on sent déjà que l’ambiance est pas top).

Elle est juste prévenue rapidement par un appel d’une de ses amis, entrecoupée à cause du manque de réseau. La jeune femme se rend donc à l’hôtel.

À son arrivée, elle fait la rencontre de l’étrange propriétaire des lieux, Jimmy Hall. Il l’informe que la chambre est déjà réglée et préparée et l’invite à regarder son spectacle où il joue un personnage du nom de Hugo Punch. Lorsque Maya refuse son invitation, on constate qu’il est très contrarié (et là on se dit que c’était peut-être pas la meilleure chose à faire).

Pour la suite de l’histoire, je vous laisserai la découvrir par vous-même en jeu (si vous en avez le courage mouahaha).

Un peu de gameplay de At Dead of Night

Première partie

La première partie de At Dead of Night consiste à trouver des objets. Pour cela, il faut fouiller chaque chambre une par une. À ce moment-là, vous avez tout votre temps. Le « méchant » n’est pas encore à votre poursuite. Soyez donc méticuleux. Pour ma part, compte tenu du fait que j’ai un sens de l’orientation catastrophique et afin de ne pas me perdre dans les couloirs, j’ai opté pour la méthode logique. Quand vous prenez l’ascenseur, juste en face il y a une plaque indiquant le numéro des chambres et leur direction. J’ai donc procédé par ordre numérique. De cette façon, j’étais sûre de ne pas en oublier une ni de me perdre (enfin beaucoup moins en tout cas).

At dead of Night, interaction avec les objets

Seconde Partie

Ça y est, Amy est apparue, première crise cardiaque pour moi (et ça ne sera pas la dernière). Maintenant que nous avons rassemblé tous les objets, il va falloir poser les bonnes questions aux fantômes afin de découvrir ce qui leur est arrivé. En effet, pour finir le jeu et sortir de l’hôtel, vous devrez terminer l’histoire de chacun des spectres. Ce sera l’occasion pour vous d’en apprendre un peu plus sur Jimmy et son passé. De plus il y a plusieurs fin possibles en fonction des personnes que vous réussirez à sauver ou non. Attention à ne pas vous faire attraper lors de vos investigations.

At Dead of Night, spirit box

Le gameplay

Le déplacement et les interactions avec les objets sont très “point and click”. Je vous avoue que cela m’a un peu déroutée, moi qui me sert toujours des touches “Z,Q,D,S”. Le fait de bouger uniquement grâce au clic de la souris est un peu bizarre au début. Et puis rapidement, on prend l’habitude et on y fait moins attention. De plus, les transitions pour bouger et tourner sont très fluides.

En résumé, plusieurs options s’offrent à nous niveau déplacements et interactions. Bouger, se cacher (dans un placard ou une salle de bain), observer à travers les judas et, pour finir, ouvrir et fermer les différents meubles.

 gameplay

Il y a la possibilité d’interagir avec ceux qui sont dans l’au-delà grâce à une spirit box, sorte de radio talkie-walkie. Il faut trouver la boussole qui permet d’indiquer la direction des fantômes. Le miroir sert à voir la localisation d’indices, des événements passés...
Je vous avoue que les moments où Maya pose des questions aux fantômes, j’avais envie de lui dire « mais chut, fais pas ça malheureuse ! ». Oui je sais, c’est moi qui appuie sur le bouton pour la faire communiquer et c’est indispensable pour la suite du jeu. N’empêche que je n’avais pas du tout envie de leur faire la causette moi.

Vous aimez l’horreur ? Venez lire notre article sur le jeu Home Sweet Home.

Ambiance sonore et graphique de At Dead of Night

J’ai particulièrement apprécié certaines scènes. Les graphismes sont très jolis. Je prends l’exemple de la cinématique du début où l’on a parfois du mal à différencier si Maya est une actrice ou si c’est les graphismes en jeu. Ce qui est pas étonnant quand on sait que certaines parties du jeu sont des full motion video (FMV). Certains endroits dans l’hôtel sont très anxiogènes, j’ai particulièrement apprécié les décors et lumières d’un couloir avec ses couleurs rouges.

Graphisme du jeu

Côté ambiance sonore, j’ai bien aimé, c’est vraiment prenant. Les appels qui semblent plus être des supplications qu’autre chose m’ont fait froid dans le dos.

Quant aux moments où on entend la petite fille sangloter. Là j’avais juste plus du tout envie d’avancer.

Lorsque l’on est en danger, on sent vraiment la pression monter, ce qui favorise les moments de surprise et les sursauts.

Pour conclure…

Il ne faut pas oublier que c’est un jeu indépendant et, à ce titre, il s’en sort vraiment très bien niveau graphismes, ambiance sonore et gameplay. On accroche rapidement à l’histoire et, malgré la peur, on ne peut s’empêcher d’avancer pour connaître la suite. Si je devais résumer le jeu, je dirais que c’est une sorte d’escape game horrifique. Seuls petits bémols, le jeu n’est pas disponible en français et j’ai eu quelques bugs, notamment ma sauvegarde qui a été supprimée. J’ai dû recommencer du début deux fois. De plus, une scène d’introduction ne s’est pas lancée.

La  note  de la  rédaction

4/5

Les notes de la rédaction

Les points positifs

Les graphismes

L’ambiance sonore

L’histoire

Les points négatifs

Pas disponible en français

Bugs sauvegarde et scène d’intro non lancée

Peut être un peu répétitif dans le fonctionnement

Dans le même genre

Laisser un commentaire